[24] Vivre en Périgord n°50 déc 17 à avr 2018
[24] Vivre en Périgord n°50 déc 17 à avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°50 de déc 17 à avr 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (190 x 238) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 15,7 Mo

  • Dans ce numéro : très haut débit, le déploiement s'accélère.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ACTUALITÉS LE LABEL TOURISME PÊCHE POUR ROUFFIAC Fin septembre, Bruno Lamonerie, président de la Sémitour-Périgord et Jean-Marie Rampnoux, président de la Fédération départementale de Pêche de la Dordogne ont signé une convention pour la labellisation des hébergements du site départemental de Rouffiac. Cette qualification Tourisme-Pêche entre dans le cadre du Schéma départemental de développement du loisir pêche et se déclinera sur l’ensemble des autres sites départementaux. Le label valorise les sites et les conditions de pratique de la pêche par la constitution d’un réseau de parcours adapté à la demande. Il implique également la labellisation de parcours d’excellence, notamment à travers l’offre d’hébergement, de services et d’animations en fonction des clientèles. Le site départemental de Rouffiac propose ainsi des hébergements de différentes natures situés directement en bordure du plan d’eau et des équipements déjà adaptés pour l’accueil des pêcheurs. Les actions autour du développement de la pêche en Périgord encouragent un loisir de pleine nature accessible à tous et un vecteur de développement local et touristique. 4 Résistance LA BRIGADE RAC HONORÉE Le 19 août 1944, la ville de Périgueux est libérée du joug nazi. C’est une résistance unie qui parvint à ce résultat après d’intenses combats d’approches et d’encerclement de la ville. Il revint aux hommes de la brigade RAC du nord Dordogne et de son bataillon Violette d’entrer les premiers dans Périgueux. 73 ans après, la brigade RAC a désormais une stèle commémorative inaugurée le 21 octobre dernier au rond-point de la Beauronne à Périgueux, qui prendra désormais le nom de Brigade RAC. Aux côtés des officiels, d’anciens de la brigade et de leurs familles, Jeannik Nadal, vice-président du Département, a souligné l’héroïsme des Résistants qui ont, non seulement libéré Périgueux et la Dordogne, mais également participé à libérer complétement la France avec l’épopée du 50 ème Régiment d’Infanterie, libérateur d’Angoulême, Cognac et de la poche de Royan. BERGERAC, EHPAD DE LA MADELEINE  : UNE PREMIÈRE EN DORDOGNE L’Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) de La Madeleine à Bergerac est le premier EHPAD du département à disposer d’une unité accueillant des personnes âgées victimes de démence ou de la maladie d’Alzheimer et ne pouvant être accueillies dans une structure ouverte. Pour certains, la situation n’est pas irréversible  : des patients retrouvent leurs facultés et peuvent ainsi regagner leurs précédents foyers, chez eux ou en EHPAD. Inaugurée par Annie Sedan, vice-présidente du Conseil départemental, la préfète de la Dordogne et le directeur de l’institution, Sylvain Connangle, l’Unité d’Hébergement Renforcé (UHR) de la Madeleine accueille aujourd’hui 14 personnes. A cette occasion, Annie Sedan a souligné la priorité donnée par le Département aux politiques en direction des personnes âgées et dépendantes. Le projet d’UHR de la Madeleine a ainsi été soutenu par le Conseil départemental à hauteur de 250 000 € . UN JEUNE FAUCON PÉLERIN RELÂCHÉ AU DOMAINE DE CAMPAGNE Au titre de sa compétence en matière de préservation du patrimoine naturel et paysager, le Conseil départemental de la Dordogne noue des partenariats avec tous les acteurs dans ce domaine, notamment la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) et l’Association Nationale des Fauconniers et Autoursiers (ANFA). Le 13 octobre dernier, un jeune faucon pèlerin femelle a été relâché sur le site du domaine départemental de Campagne. L’animal, recueilli aux Eyzies à la fin du mois de mai, déshydraté et fortement amaigri, a été soigné au centre de soins de la faune sauvage à Audenge. À la suite de la remise en liberté du jeune faucon, le président Germinal Peiro et le président de LPO Aquitaine, Alain Le Gall, ont signé une convention de partenariat pour 2017/2021 prévoyant une assistance technique et pédagogique de la LPO auprès du Département.
« BIEN MANGER  : CELA S’APPREND » Restauration collective, la Dordogne mise sur le bio En matière de restauration collective, les repas peuvent être bio et de qualité  : Jean-Marc Mouillac en est convaincu. Depuis le premier mai de cette année, il est animateur-formateur en restauration collective chargé de développer le bio auprès du Département. Le Département de la Dordogne s’est toujours particulièrement soucié de promouvoir - notamment au sein des cantines des collèges dont il a la compétence - une restauration collective de qualité, intégrant une forte démarche bio. Il a aujourd’hui décidé de passer à la vitesse supérieure. Le travail de conseil de Jean-Marc Mouillac ne s’arrête pas simplement aux collèges. Il aide aussi les communes, les maisons de retraite (les EHPAD) et les Maisons Familiales Rurales. Un champ d’action passionnant qui l’occupe à plein temps. Il en est convaincu, il y a beaucoup de grain à moudre. Doté d’une solide expérience en la matière, il a œuvré près de 28 ans en restauration collective dont 11 ans en lycée, avant d’officier aux cuisines de la cantine de Marsaneix, entièrement passée au bio sous sa houlette. Il professe quelques idées simples et de bons sens. « Bien cuisiner, c’est d’abord respecter les saisons. Manger de tout, n’importe quand, ce n’est pas possible », dit-il. « Il faut aussi se remettre à cuisiner et pas simplement à réchauffer des plats préparés. Cela redonne un vrai sens au métier de cuisinier et les équipes y sont sensibles ». Dernière chose et pas des moindres  : le développement du bio et d’une cuisine de qualité passent par des produits locaux et des circuits cours. Après quelques mois de travail dans cette direction, il sent un véritable engouement. « Tout est question de volonté et de choix ». Il cite l’exemple du collège de Clos- Chassaing à Périgueux où il vient de travailler. Tout le monde se sent concerné, l’équipe aux cuisines, mais aussi la communauté éducative. Le chef d’établissement a ainsi mis cet engagement de cuisiner bio au projet d’établissement. Le résultat est là  : en 2 mois, nous sommes passés de 0% de bio dans les repas à 40% pour 500 repas/jour ! Jean-Marc Mouillac en est convaincu  : la clé du succès, c’est l’engagement de tous  : collectivités, salariés des cuisines, usagers. En 2012, le « Grenelle de l’Environnement » a amplifié la démarche. Aujourd’hui, des collectivités comme le Département prennent le relais. C’est aussi au monde de la restauration à se prendre en main. Jean-Marc Mouillac est l’un des principaux animateurs d’une association nationale fédérant les restaurateurs professionnels  : « Les Pieds dans le plat ». Peu à peu, les idées reçues tombent, comme le sentiment que le bio est plus cher. C’est faux, si la démarche est locale. Tout le monde y gagne, les producteurs locaux et bien plus encore les usagers avec un retour en force du goût qui participe d’une véritable éducation à l’alimentation, au refus du gaspillage. De fait, ce n’est pas en Périgord que l’on contredira l’idée que l’alimentation et le goût sont essentiels ! 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :