[24] Vivre en Périgord n°49 mai à nov 2017
[24] Vivre en Périgord n°49 mai à nov 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de mai à nov 2017

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (190 x 238) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : un budget 2017 tourné vers l'action, la solidarité et l'innovation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
V I V R E E N P É R I G O R D MAI 2 0 1 7 Expression 36 des groupes politiques CONTACTS DES GROUPES Groupe Socialiste et Apparentés 05 53 02 59 07 p.bel@dordogne.fr Groupe Communiste, Front de Gauche et Républicain 05 53 02 20 31l.perea@dordogne.fr Groupe le Rassemblement de la Dordogne 05 53 02 59 28s.etourneaud@dordogne.fr Face aux conservatismes de tous ordres, nous choisissons l’intérêt général. Lors du vote du budget 2017, nous avons une nouvelle fois manifesté notre volonté concrète de faire de la Dordogne une terre moderne, accueillante, agréable à vivre, une terre d’excellence. Notre action poursuit un objectif majeur  : rendre le Périgord toujours plus attractif pour permettre à ses habitants, non seulement d’y vivre, mais aussi d’y travailler dans les meilleures conditions possibles. Pour y parvenir, les projets d’infrastructures restent primordiaux, qu’il s’agisse de Très Haut Débit, de transport aérien ou de liaisons ferroviaires... Mais nous ne souhaitons pas délaisser ce qui demeure l’une de nos principales compétences, à savoir la modernisation de nos 5000 kilomètres de routes départementales. La voiture demeure en effet pour la très grande majorité des Périgourdins le moyen de transport le plus utilisé. Nous continuons donc d’agir non seulement pour réduire les temps de trajet, mais aussi pour améliorer la sécurité et le confort des usagers. Comme nous l’avons fait à travers les grands travaux réalisés depuis une vingtaine d’années, qu’il s’agisse par exemple de l’A89, des déviations de Bergerac, de Sarlat, de Mussidan, nous poursuivrons cet effort d’amélioration, à travers les contournements de Nontron (en cours), de Bourdeilles, de Saint Aulaye, de Ribérac, comme nous réaliserons le contournement de Beynac, qui est lui aussi un projet d’intérêt général. Il bénéficiera à l’activité économique, aux habitants de la vallée, mais aussi aux touristes et aux professionnels de l’hôtellerie et aux commerçants locaux. Désenclaver ce village, c’est oxygéner et embellir un site qui figure parmi les plus beaux de France. Nous avons vu, sur le tronçon de la voie de la vallée entre Couze et Bergerac, ce qu’il pouvait advenir quand les conservateurs de tous ordres, y compris certains écologistes, cherchent à remettre en cause de tels projets  : le risque de l’immobilisme au détriment du progrès pour tous. Elus de gauche, nous voulons faire de la Dordogne un territoire accueillant et durable, mais dynamique. C’est pour cela que nous continuerons d’agir avec conviction et détermination pour l’attractivité de la Dordogne, pour la sécurité et l’avenir de ses habitants, dans le cadre légal et démocratique, avec le souci constant de l’intérêt collectif et non des intérêts particuliers. Henri Delage, président du Groupe Socialiste et Apparentés
Un budget départemental 2017 « plus gestionnaire que révolutionnaire ! » Année après année, l’Etat baisse de façon unilatérale les dotations des Départements, tout en augmentant les coûts et dépenses obligatoires qu’ils supportent pour assurer les missions qui leurs sont confiées. Alors que la Dordogne compte 20 000 chômeurs et 16% de sa population en dessous du seuil de la pauvreté, le budget voté acte l’étau qui se resserre sur les finances départementales, sans revendication, gérant plutôt que d’essayer de faire bouger les lignes, rentrant les éléments dans les cases, qu’ils soient de l’humain ou du matériel, plutôt que d’exiger d’agrandir les cases. En fait, un budget de renoncement face aux attentes des habitants dans une logique de gestion de la pénurie plutôt que dans une volonté réellement transformatrice. L’équation est simple  : payer plus pour moins de services rendus. Nous ne pouvons plus accepter le désengagement de l’Etat qui abandonne les Départements face à leurs missions de service public. La menace est réelle et concerne chaque habitant de chaque Département de France, sans exception. A contrario, notre combat est pour des services publics et des champs d’intervention publique locale élargis, véritables boucliers anticrise et vecteurs de solidarité s’appuyant sur des fonctionnaires territoriaux, qui loin d’être un poste budgétaire à dégraisser, sont la première ressource des collectivités, travaillant avec leurs compétences, leurs savoir-faire, leur expérience, leur intelligence, au service de l’intérêt général. Jacques Auzou, Groupe Communiste, Front de Gauche et Républicain Quelles priorités pour les Périgourdins ? Lors de la session consacrée au budget primitif 2017, il semble que la priorité essentielle de la majorité socialiste concerne le contournement de Beynac et l’augmentation des impôts des Périgourdins. Que dire et penser de ce projet, vieux de plus de 30 ans, dont le coût prévisionnel à hauteur de 32 millions d’euros HT est LE seul investissement de la mandature de Germinal Peiro, alors même qu’il ne requiert que peu d’adhésion au sein de la population locale. Le groupe « Le Rassemblement de la Dordogne » souhaite vivement que des engagements clairs et précis soient pris en faveur de l’entretien et de l’amélioration du réseau routier départemental ainsi que le déploiement du Très Haut Débit sur l’ensemble du territoire. En effet, il nous semble plus opportun, afin de maintenir et de faciliter l’installation des entreprises qui sont créatrices d’emploi, mais également favoriser la mobilité des Périgourdins au quotidien, d’améliorer les voies de circulation et les nouveaux outils de communication plutôt que de faciliter l’accès au site de Beynac uniquement sur la période estivale. Que penseront les touristes, quand ils emprunteront cet axe mais ne pourront pas utiliser leur téléphone portable ? ; ils seront confrontés aux problématiques récurrentes auxquelles font face les Périgourdins au quotidien. Ce manque de vision à long terme et de rationalité de la part de la majorité départementale nous amène à nous interroger sur l’avenir de notre Département. Les mois à venir seront décisifs. Nous devons unir nos forces et les bonnes volontés afin de faire de la Dordogne un département plus attractif tant sur le plan économique que sur le plan touristique. Thierry Boidé, président du Groupe le Rassemblement de la Dordogne 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :