[24] Vivre en Périgord n°49 mai à nov 2017
[24] Vivre en Périgord n°49 mai à nov 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de mai à nov 2017

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (190 x 238) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : un budget 2017 tourné vers l'action, la solidarité et l'innovation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
LE FAUCHAGE RAISONNÉ  : QUAND L’ENTRETIEN DES JARDINS ET DES BORDS DE ROUTE PRÉSERVE LA BIODIVERSITÉ Le Département aménage et entretient près de 5000 kilomètres de routes bordées d’accotements, de fossés et de talus. Pour assurer la sécurité des usagers tout en préservant la biodiversité de ces milieux naturels, le Conseil départemental a initié depuis plus de dix ans un plan de gestion raisonnée des bords des routes. La démarche engagée par le Département pour préserver les espaces naturels permet de répondre aux besoins des usagers tout en respectant la biodiversité des milieux. Elle permet également de réduire les consommations de carburant et les coûts d’entretien du matériel. La gestion raisonnée des dépendances vertes consiste à relever la hauteur de fauche, à limiter la largeur de coupe aux bordures de chaussées et à repousser le débroussaillage des fossés et des talus à l’automne afin de permettre la reproduction des espèces vivant sur ces milieux. Ainsi, le fauchage raisonné n’est pas une absence d’entretien mais un entretien adapté qui permet de concilier les enjeux de sécurité et de préservation de la biodiversité locale. Cette approche contribue également au développement d’une végétation spontanée qui participe à la qualité des paysages. En 2017, une démarche expérimentale permettra de limiter le fauchage à deux interventions annuelles. La première consistera en une intervention de sécurité, à savoir un fauchage d’une largeur de machine sur l’ensemble des accotements accompagné des dégagements visuels nécessaires à la sécurité des usagers de la route. En fin d’été, la totalité de l’emprise sera coupée lors du deuxième passage, avec un entretien des lisières et un débroussaillage afin de prévenir le risque incendie. « Faucher autant que nécessaire, mais aussi peu que possible » La gestion raisonnée s’applique également à l’entretien des parcs et jardins. Les agents du pôle Paysage et Espaces verts du Conseil départemental sont sensibilisés et formés à ces nouveaux modes de gestion, plus écologique, qui consistent à limiter les fréquences de tontes au strict nécessaire. Il s’agit de faucher « utile » en tenant compte des impératifs de sécurité et de la préservation de la biodiversité. 30 Chez les particuliers aussi  : tondre moins et moins court Les principes de fauchage raisonné s’appliquent aussi dans les jardins privés. En limitant les tontes, en apprenant à jardiner de façon plus naturelle et en bannissant l'usage des pesticides, les habitants peuvent renforcer la portée de cet effort collectif. Pour un territoire préservé Zéro Pesticide en Dordogne Depuis 2006, la Dordogne a débuté son action contre les herbicides puis les produits phytosanitaires. Dès lors, la Charte Zéro Pesticide a été soumise aux communes du département. Aujourd’hui, elles sont 283 signataires. En pratique, l’application de la charte passe avant tout par la formation des agents communaux afin de repenser leurs pratiques. Le but n’est pas de remplacer les pesticides actuels par de nouveaux mais de mettre en place une gestion de l’espace différente, comme le remplacement de certains végétaux par d’autres plus adaptés ou par le passage du désherbage au fleurissement. Les conséquences sont des reconquêtes végétales dans les communes en favorisant des installations spontanées et des plantations. Mais c’est aussi l’intégration d’un fleurissement durable et d’une démarche écologique globale.
Tour de France en Dordogne  : Une promotion internationale C’était un pari  : peu avant l’ouverture de Lascaux, Centre International de l’Art Pariétal à Montignac, Germinal Peiro, Président du Conseil départemental prenait contact avec la direction du Tour de France pour proposer la candidature de la Dordogne pour la 104 ème édition du Tour de France. Christian Prudhomme, le patron du Tour, qui en 2016 avait programmé le contre la montre de la Caverne du Pont-d’Arc (grotte Chauvet) a répondu avec enthousiasme à la proposition périgourdine. Le 18 octobre dernier, le parcours était dévoilé à Paris, en présence d’une délégation d’élus de Dordogne. 3521 kilomètres, 34 départements traversés, 21 étapes  : pour la première fois depuis 25 ans, la plus grande course du monde visitera les cinq principaux massifs montagneux de l’Hexagone. Elle adressera aussi un clin d’œil à la candidature de Paris pour les Jeux Olympiques 2024. Dans la dernière étape parisienne, le 23 juillet, le peloton traversera la nef du Grand Palais, l’un des sites du projet des Jeux Olympiques. Mais auparavant, il faudra également compter sur la riche et spectaculaire traversée de la Dordogne. 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :