[24] Vivre en Périgord n°49 mai à nov 2017
[24] Vivre en Périgord n°49 mai à nov 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de mai à nov 2017

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (190 x 238) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : un budget 2017 tourné vers l'action, la solidarité et l'innovation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
et les communautés de communes à implanter des zones d’activités économiques, des villages d’artisans, ceci sur tous les territoires. Depuis le début de ce mandat, nous sommes innovants et nous avons adapté le mode de fonctionnement et l’organisation de notre collectivité aux évolutions de la Loi NOTRe. Notre rôle, aujourd’hui, c’est de faire en sorte, non seulement que notre département continue d’attirer de nouvelles populations, mais aussi qu’il offre aux jeunes familles les conditions de travail, d’épanouissement et le cadre de vie qui leur donnent envie et leur permettent d’y vivre. C’est au regard de cet objectif essentiel que nous avons choisi d’établir des priorités et de redéfinir certains critères d’attribution de nos aides, qu’il s’agisse de l’accompagnement des communes, de notre politique environnementale, de nos actions de proximité, de notre aide au tissu associatif ou bien aux 16 ENTRETIEN Germinal Peiro étudiants… La Loi NOTRe a clarifié la répartition des tâches entre les collectivités, elle a en particulier confié la responsabilité des transports scolaires à la Région, qui en aura la charge dès la rentrée de septembre, mais elle a surtout conforté les Départements dans leurs missions de solidarité et de péréquation. Vous souhaitez faire de la Dordogne une terre d’excellence environnementale. Quels projets vous semblent-ils les plus emblématiques dans ce domaine ? Je suis intimement persuadé que l’attractivité de notre département dans les années et les décennies qui viennent est étroitement liée à cet enjeu. En dehors des aspects de protection et de préservation de notre cadre de vie, je considère en effet qu'il y a là un levier de développement essentiel sur le plan économique. C’est pourquoi nous devons multiplier nos actions en matière de développement durable, comme nous le faisons depuis le début de ce mandat. Je pense par exemple à la généralisation de la charte zéro pesticide, à notre volonté de subventionner les projets d’assainissement qui suppriment les rejets directs en rivière, à l'obtention du label « Département Fleuri », à la poursuite de la réalisation de l'inventaire de la flore et de la faune sauvage de Dordogne, à la création de nouvelles zones de préemption dans le cadre de notre politique en matière d'Espaces Naturels Sensibles (ENS), à l’obtention par la Dordogne du label « Territoire Bio Engagé », à notre adhésion à la plateforme Agrilocal pour soutenir la vente directe, les circuits courts et les produits bio… Les exemples sont nombreux !
" Une gestion transparente et responsable au service d’un projet ambitieux " Dépenses sociales  : 221,28 M € . Elles représentent un peu plus de 54% du budget de fonctionnement. Jeannik Nadal Rapporteur du Budget Épargne brute*  : 40.6 M € *(part de fonctionnement épargnée pour participer aux investissements) Evolution du budget 2016-2017 « Ce budget 2017 est responsable et volontaire. Il conforte notre capacité, malgré les difficultés, à assumer pleinement nos missions en termes de collèges, d’entretien du réseau routier, de soutien à la vie associative et bien entendu, d’action sociale. Mais nous continuerons aussi à investir pour moderniser nos territoires. Ce budget est donc tout sauf un budget de renoncement. Les choix que nous effectuons sont à la fois ambitieux et équilibrés. Ils permettent de préserver notre solvabilité, c’est-à-dire nos possibilités d’action pour les années à venir. Nous poursuivons par exemple notre programme de diminution progressif de recours à l’emprunt. En 2017, le Département souscrira seulement 39 millions d’euros d’emprunts nouveaux. Je rappelle qu’en 2011, il empruntait 47,5 millions d’euros. » Taxe sur le foncier bâti  : +1,4 € par mois et par contribuable uniquement pour les propriétaires d’un ou plusieurs biens immobiliers. Baisse des dotations de l’État  : - 5,6 M € Cette contribution du Département au redressement des finances publiques de notre pays démarrée en 2015 s’est étalée sur 3 ans. Cette diminution devrait donc être la dernière. Stabilisation des dépenses totales de fonctionnement et de la masse salariale Baisse moyenne du budget de fonctionnement des services départementaux  : - 276.800 € Participation du Département au SDIS  : 17 M € en 2017 Emprunt 2017  : 39 M € (évolution sur les dernières années  : 2011  : 47,5 M €  ; 2012  : 45 M €  ; 2013  : 42,5 M €  ; 2014  : 40 M €  ; 2015  : 40 M €  ; 2016  : 39,5 M € (chiffres Budgets Primitifs) Objectif de réduction annuelle de l’emprunt  : 500 000 € Taux moyen actuel des intérêts d’emprunts  : 1,97% BP 2016 BP 2017 RECETTEs dE FoNCTioNNEMENT 442.734.756 € 446.970.892 € RECETTEs d’iNVEsTissEMENT 60.476.901 € 57.571.182 € dEPENsEs dE FoNCTioNNEMENT 396.696.323 € 406.409.839 € (dont 213.800.000 € de dépenses sociales) (dont 221.280.000 € de dépenses sociales) dEPENsEs d’iNVEsTissEMENT 106.515.334 € 98.132.735 € BUdGET ToTAL 503.211.657 € 504.542.574 € 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :