[24] Vivre en Périgord n°36 jan/fév/mar 2013
[24] Vivre en Périgord n°36 jan/fév/mar 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de jan/fév/mar 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : une action sociale de proximité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
AU RYTHME DU PÉRIGORD Des livres à découvrir… Stéphane Laumonier, aidé par Thierry Félix et Philippe Bigotto, vient de sortir en BD « Jacquou le croquant – Le Serment ». Le jeune héros y apparaît sous le trait semi-réaliste du Sarladais, bercé entre blanc, noir, jaune et sépia. Dans ce premier tome, dédié à l’enfance de Jacquou, la couleur est donc quasiabsente. « Le but, c’est de progresser vers la couleur à mesure qu’on évolue dans le récit et que le personnage se construit. C’est en quelque sorte le passage de l’ombre à la lumière, puisqu’à la fin, Jacquou organise la révolte pour se venger du comte de Nansac. » Il s’agit de la quatrième bande dessinée de Stéphane Laumonier, né à Paris mais Sarladais depuis ses 9 ans. « Jacquou le Croquant – le Serment » (aux Éditions Dolmen) est le premier des trois tomes dédiés au héros périgourdin, où chacun d’entre eux est consacré à une période de sa vie : enfant, adolescent, adulte. Avec de fréquents rappels du texte original, cet album est un bon moyen de découvrir cette œuvre, véritable peinture sociale de la société périgordine au XIX e siècle, et une vision graphique originale pour ceux qui l’on déjà lue. Bande dessinée Jacquou le Croquant – le Serment, Éditions Dolmen Ingénieur et géologue, Jean-François Vidalie s’intéresse depuis de longues années au vignoble du bergeracois et plus particulièrement au Monbazillac. Il signe un ouvrage sur sa passion, travail d’une grande précision entrepris depuis plusieurs années déjà. Son livre fera certainement référence, à la fois en retraçant l’histoire de ce joyau viticole et en en révélant les secrets et les mystères. Monbazillac, c’est tout à la fois un village, un terroir, un château, un vignoble et un vin (et quel vin), puisque ce n’est ni plus ni moins que le premier liquoreux du monde ! Jean-François Vidalie est Périgourdin, très attaché à ses racines. Dans son ouvrage il fait la synthèse d’un Périgord aux mille facettes, à travers ses points d’ancrages que sont les paysages, la biodiversité, l’eau, la terre et les terroirs. Monbazillac ou la Révélation d’un secret en Périgord, éditions Couleurs Périgords Dans la nouvelle édition de « Truffe et Trufficulture », les auteurs Jean- Marc Olivier, Jean-Charles Savignac et Pierre Sourzat présentent au lecteur les données actuelles de la trufficulture et apportent conseils et méthodes pour connaître, cultiver et savourer la truffe. Portée par les progrès de la recherche et de l’expérimentation sur le terrain, elle s’est enrichie au fil des ans tout en étant confrontée aux changements radicaux de la vie rurale contemporaine. Ces évolutions récentes nécessitent donc un renouvellement, une mise à jour de son contenu et une actualisation technique de ses méthodes. L’enjeu est de taille : la production trufficole participe à l’économie agricole du pays. La truffe est une des rares productions qui ne souffre pas d’excédents sur les marchés, bien au contraire ! Derrière la réalité économique, se profile aussi une autre réalité, culturelle. La truffe et sa culture, son commerce, ses utilisations font partie de l’identité de plusieurs régions productrices en France, en Italie et en Espagne ; avec elle et par elle, on parvient à l’universel, à une gastronomie mondiale dont elle constitue un des ingrédients de choix qu’une multitude de grands cuisiniers réclament pour la magnifier. Truffe et Trufficulture, éditions Fanlac Le foie gras se prête à toutes les fantaisies sur les tables de fête. Cru, cuit, ou micuit, il nous surprend au gré d’alliances audacieuses. Il se réinvente en macaron, en carpaccio, en pot au feu, en terrine, pané, poêlé, mijoté ou même glacé… La passion de Philippe Mesuron l’a conduit à la télévision où il a participé avec brio à l’une des émissions les plus médiatiques du moment. Ce succès lui a aussi permis de réaliser un de ses rêves les plus chers : publier pour faire partager au plus grand nombre les saveurs du Périgord. Ainsi, après un ouvrage sur les pique-niques, les éditions Albin Michel viennent de publier les recettes de Philippe Mesuron, des recettes très originales et (relativement) faciles à réaliser… Aujourd’hui, l’auteur, petit-fils d’agriculteur a ouvert une table d’hôte à Cubjac où il développe une cuisine simple mais inventive, dans le culte des bons produits. Le foie gras dans touts ses états, éditions Albin Michel 26
Lascaux, endroit désert, endroit pierreux : ça c’est pour l’étymologie que nous rappelle avec tact et humour le professeur Yves Coppens dans sa préface du dernier Lascaux publié par Jean-Michel Geneste aux éditions Gallimard. Le très prestigieux éditeur national n’a pas hésité une seconde pour faire entrer dans sa collection « découvertes » le sanctuaire paléolithique qu’est Lascaux. Un guide complet à l’iconographie parfaite pour tout savoir sur la révélation et les mutations de la grotte, un bel hommage « aux grands artistes (qui ont) magistralement mis en scène près d’un millier de figures animales, créant le plus beau sanctuaire d’art pariétal du monde, désormais patrimoine de l’humanité. ». Lascaux, éditions Gallimard Sorti au moment de l’inauguration de Lascaux, l’Exposition Internationale à Cap Sciences Bordeaux en octobre dernier, l’ouvrage « Les Métamorphoses de Lascaux » de PedroLima est devenu naturellement le catalogue de l’exposition. Richement illustré par le photographe Philippe Psaïla, il raconte la découverte de Lascaux, sa fermeture au public et l’histoire de ses copies successives, qui, de Lascaux II à la 3D, nous permettent d’en admirer les beautés et d’en comprendre le sens caché. Véritable hommage aux génies de la préhistoire, ce livre ouvre aussi un dialogue, à travers les millénaires, entre artistes d’hier et d’aujourd’hui. Ceux du Paléolithique, qui nous ont légué le plus beau des messages, et ceux qui, par leurs gestes patients, font chaque jour renaître, sous leurs pinceaux, le fabuleux chef d’œuvre… L’auteur PedroLima, journaliste scientifique a signé de nombreux articles sur Lascaux et sur la Préhistoire notamment dans de grands quotidiens français. Les métamorphoses de Lascaux, éditions Synops Le château de Sauveboeuf à Aubas a connu depuis sa construction maintes péripéties, la plus traumatisante fut certainement sa destruction par Richelieu en 1633. Le site bénéficie aujourd’hui de toutes les attentions du publicitaire Claude Douce, qui après une restauration remarquable l’a ouvert au public et propose dans les mois qui viennent de faire partager son incroyable collection de 500 000 pièces qui proviennent des collections réunies au 19 e siècle par les précurseurs des études préhistoriques. Dans un ouvrage sincère, Claude Douce exprime les moments forts de son existence, sans impasse, simplement. Si les autobiographies de contemporains sont parfois lourdes à la lecture, celle-ci, faite de rencontres et de passions, rompt radicalement avec les lenteurs et la monotonie. Le message de Claude Douce se devine : d’où que l’on vienne, une vie se construit. Il faut lire cet « itinéraire de passions ». Biface, éditions PC Les Archives départementales présentent une exposition et un documentaire sur le film Les enfants du paradis, de Marcel Carné, d’après un scénario et des dialogues de Jacques Prévert, à partir de documents originaux prêtés par la Fondation Jérôme Seydoux – Pathé. Cette exposition se fait en partenariat avec l’association Ciné-Cinéma, à l’occasion de la programmation du film en salle à Cap’Cinéma, et l’Odyssée Périgueux. L’exposition Le film a été réalisé sous l’Occupation, à partir de 1943, à Nice puis à Paris. Sorti en 1945, il a été classé par l’Unesco au Patrimoine mondial. L’exposition évoque, sous différentes facettes, les conditions d’élaboration et de tournage du film : choix des acteurs, conditions et Les enfants du paradis : les archives d’un film contraintes - techniques, financières, politiques - de tournage. De nombreux documents originaux : photographies des acteurs et personnalités (Arletty, Jean- Louis Barrault, Pierre Brasseur, Maria Casarès, Marcel Carné, Jacques Prévert, etc), des scènes du film, des coulisses, du plateau, décors d’Alexandre Trauner, documents d’archives. Le documentaire Diffusion en continu du documentaire (durée : 52 mn) « Il était une fois… Les enfants du Paradis ». Un film écrit par Julien Bonan, Serge July et Marie Genin et réalisé par Julie Bonan. [Avec : Claude Brasseur, fils de Pierre Brasseur - Bertrand Tavernier, cinéaste - Gérard Fromanger, ami de Jacques Prévert - Edward Turk, écrivain - Jean Roger Bontemps, électricien de plateau - Michel Souvais, biographe d'Arletty - Pascal Ory, historien - Marcel Carné, cinéaste (archive) - Jacques Prévert, scénariste (archive) - Arletty, actrice (archive) - Jean-Louis Barrault, acteur (archive) - Pierre Brasseur, acteur (archive) - Alexandre Trauner, décorateur (archive)]. Archives départementales de la Dordogne 9 rue Littré - 24000 Périgueux 05 53 03 33 33 cg24.archives@dordogne.fr http://archives.cg24.fr Entrée libre et gratuite Jusqu’au début du mois de février lundi à vendredi – 8 h 30 à 17 h 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :