[24] Vivre en Périgord n°36 jan/fév/mar 2013
[24] Vivre en Périgord n°36 jan/fév/mar 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de jan/fév/mar 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 6,2 Mo

  • Dans ce numéro : une action sociale de proximité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
DOSSIER Compenser le handicap et faciliter le projet de vie Comme tous les domaines de l’action sociale, la politique en faveur des personnes en situation de handicap s’inscrit dans un schéma départemental. La Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), lieu d’accueil et d’instruction de toutes les demandes, la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) et le financement de l’accueil en établissement sont les trois piliers de cette politique qui veut aider les personnes en situation de handicap à mieux vivre dans la société. La Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), guichet unique placé sous la tutelle du Département, instruit les demandes coordonnées d’orientation, de PCH, d’Allocation Adulte Handicapé, de reconnaissance de travailleur handicapé. La Prestation de Compensation du Handicap (PCH) versée par le Conseil général prend en charge les aides et aménagements rendus nécessaires par le handicap : aides humaines ou techniques, aménagement du logement ou du véhicule, financement d'éventuels surcoûts de 2 747 personnes aidées transport, ou des charges spécifiques liées au handicap (téléassistance...). La demande est présentée à la Maison Départementale des Personnes Handicapées. Chaque situation est examinée par une équipe pluridisciplinaire qui aide la personne à définir ses besoins. La Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) décide de l’attribution et du montant de la PCH. n MDPH 05 53 03 33 55 ou N°vert 0800 800 824 L’aide sociale...à l’hébergement : une personne handicapée peut bénéficier d’une aide au financement des frais d'hébergement en établissement ou Pôle Personnes Handicapées, service des établissements, 05 53 02 28 72 service social et médico-social type Foyer d'Hébergement (FH), Foyer Occupationnel (FO), Foyer d'Accueil Médicalisé (FAM), Foyer d'Insertion Professionnelle et Sociale (FIPS), Service d'Accompagnement à la Vie Sociale (SAVS), Service d'Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés (SAMSAH), Section d'Accueil de Jour (SAJ)à domicile : elle permet le maintien à domicile de personnes handicapées de moins de 60 ans, justifiant d'un taux d'incapacité permanent d'au moins 80% ou ne pouvant avoir un emploi. C’est une participation à l’aide ménagère ou au portage de repas. n Déposées au CCAS ou au CIAS, ces demandes sont instruites par les services du Département L'accueil familial pour adultes handicapés ou âgés Le Département a agréé 230 « accueillants familiaux », personnes ou couples, leur permettant d’héberger des personnes âgées et/ou handicapées. Ces agréments correspondent à une capacité totale de près de 500 places. Cette solution d’hébergement, temporaire ou durable, est une alternative au maintien à domicile. Outre la garantie d’un certain confort, l’accueil familial apporte chaleur humaine, vie sociale et accompagnement permanent. n Intervention précoce Le Centre d'Action Médico- Sociale Précoce (CAMSP) assure le suivi - dépistage, traitement et rééducation - des Service personnes âgées à domicile 05 53 02 66 72 05 53 02 28 41 CAMSP Périgueux : 05 53 53 23 58 Bergerac : 05 53 27 80 09 Terrasson : 05 53 50 21 01 enfants en difficulté dans leur développement et/ou présentant des facteurs de risque pouvant engendrer un handicap. Service financé à 80% par l'Assurance Maladie et à 20% par le Conseil général. n 12
Réunir les conditions d’une insertion durable Le Conseil général soutient l’insertion sociale et professionnelle des allocataires du RSA par le financement des ateliers de remobilisation, des Ateliers et Chantiers d’Insertion (ACI) et des actions d’accompagnement social et/ou professionnel. Le Conseil général mobilise les financements du Fonds Social Européen (FSE) pour soutenir son Programme Départemental d’Insertion (PDI). L'Aide Personnalisée de Retour à l'Emploi (APRE) Créée par la loi généralisant le RSA, l’APRE couvre, sous conditions, les frais engagés par les bénéficiaires du RSA lors d’une reprise d’emploi. Un contrat d’engagements réciproques est passé entre le bénéficiaire et le Département. 7440 allocataires du RSA Chantier d’insertion à Saint-Antoine-Cumond Le Revenu de Solidarité Active (RSA) Depuis juin 2009, le RSA remplace le RMI, l’Allocation de Parent Isolé (API) et les aides au retour à l’emploi. Il assure aux personnes de plus de 25 ans un revenu minimum si elles sont sans ressources, un complément de revenu si elles ont une activité professionnelle limitée. Depuis septembre 2010, les moins de 25 ans peuvent prétendre au RSA jeune sous certaines conditions. La CAF et la MSA étudient le droit au RSA et en assurent le paiement par délégation du président du Conseil général (lui-même décideur pour certaines catégories d’allocataires). Calculé trimestriellement, le RSA varie selon la composition et les ressources de la famille. Outre l’allocation, il donne droit à la Couverture Maladie Universelle et à un accompagnement social et/ou professionnel personnalisé assuré par les référents insertion présents dans les unités territoriales ou par les conseillers de Pôle emploi. Le bénéficiaire a aussi des devoirs. Il est tenu de rechercher un emploi (ou de créer sa propre activité), d’entreprendre les actions nécessaires à une meilleure insertion. L’allocation peut être suspendue en cas de non respect des engagements. n Chantier d’insertion à Saint-Agne Pôle RSA tél. : 05 53 02 28 03 « Répondre à la demande d’insertion » Mireille Bordes, vice-présidente du Conseil général chargée de l'insertion et de l'économie solidaire « Le Département a fait un effort très important pour que dans chaque unité territoriale, les référents insertion accompagnent les bénéficiaires du RSA, veillant à leurs droits comme à leurs devoirs. Cet accompagnement contractualisé permet de mieux résoudre les difficultés de chacun. L’augmentation du nombre d’allocataires en raison de la crise économique complique cependant la tâche de nos référents. Nous veillons à ce qu’il y ait une offre d’insertion sur l’ensemble de la Dordogne. Les récentes assises de l’insertion nous ont montré qu’il fallait renforcer cette offre sur le secteur Thiviers-Nontron et sur le Sarladais. » 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :