[23] La Creuse n°56 nov/déc 2012
[23] La Creuse n°56 nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°56 de nov/déc 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Creuse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : et si on covoiturait ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
D I A G O N A L E S et aussi... CONFÉRENCE SUR LA MÉMOIRE Sans mauvais jeu de mot, c’est une date à retenir : le jeudi 29 novembre, à 19 heures au CMN de Sainte-Feyre (salle André Leune), Eovi Mutuelle organise une conférence ayant pour thème « Les secrets de notre mémoire de 7 à 77 ans ». Ce sujet est particulièrement sensible avec l’avancée en âge et différents spécialistes interviendront : les Dr Moreigne, gériatre du Centre hospitalier de Guéret, et Leslie Cartz-Piver, neurologue du centre de la mémoire et de recherche de Limoges. La conférence permettra d’aborder des questions essentielles sur le sujet : comment protéger notre capital mémoire ? La mémoire, qu’est-ce que c’est ? Comment la définir ? Comment les souvenirs, les apprentissages, les savoirs, les émotions s’inscrivent-ils dans le cerveau ? Pourquoi la mémoire est-elle sélective ? Mémoire et sens, qu’est-ce que la mémoire sensorielle ? Mémoire individuelle et mémoire collective, comment se construisentelles ? A tout âge, apprendre pour apprendre ? En ouverture de la conférence, la troupe de théâtre de Sainte-Feyre « Les vieilles blouses » donnera une représentation sur le sujet de la mémoire. RENCONTRES SOLIDAIRES Il est temps de coopérer Les Rencontres solidaires du Conseil Général de la Creuse se sont inscrites avec force dans le paysage de l’économie sociale et solidaire. Au point que, cette année, le ministre viendra à Guéret. EN lançant les Rencontres solidaires, il y a quatre ans, le Conseil Général de la Creuse répondait à la fois à une nécessité (réfléchir sur de nouveaux modes de développement à échelle humaine) et à une réalité (le poids de l’économie sociale et solidaire en Limousin, en particulier en Creuse). Mais cette journée de réflexion était un pari. Pari gagné, car elle a rapidement connu une audience très large. Pari honoré, cette année, avec la venue à Guéret du ministre de l’Economie sociale et solidaire (ESS), Benoît Hamon. Organisées dans le cadre du Mois de l’ESS, les Rencontres solidaires du Conseil Général proposent, pour cette quatrième édition, de s’interroger autour du thème « Coopérer ». En cette année 2012 désignée « Année internationale des coopératives » par l’ONU et l’ACI (alliance coopérative internationale), le thème s’impose. Mais il s’impose sans doute encore plus au moment où l’économie traditionnelle marque le pas, interroge et inquiète, touchant les limites d’un modèle exclusivement inscrit dans les logiques de croissance et de productivité. Et ce temps de réflexion sera l’occasion de mesurer la pertinence de l’ESS comme une « réponse à la crise », selon la formule de Jean-François Draperi, économiste et grand spécialiste de l’ESS. ■ LES RENCONTRES SOLIDAIRES JEUDI 29 NOVEMBRE 2012 – ESPACE ANDRÉ LEJEUNE À GUÉRET• 10H00 : « COOPÉRER, C’EST FAIRE SOCIÉTÉ ? », PAR ERIC FAVEY, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ADJOINT DE LA LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT• 11H00 : « COOPÉRER, ÊTRE SOLIDAIRE POUR PRÉSERVER NOTRE MODÈLE DE PROTEC- TION SOCIALE », PAR THIERRY BEAUDET, PRÉSIDENT DE LA MGEN• 14H00 : « MOBILISATION CITOYENNE ET COLLECTIVITÉS TERRITORIALES : UNE COOPÉRA- TION POUR UN AUTRE RAPPORT À LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE », PAR JÉRÔME DECONINCK, DIRECTEUR DU FONDS TERRE DE LIENS• 14H45 : « L’ESS, UNE RÉPONSE À LA CRISE ? », PAR JEAN-FRANÇOIS DRAPERI, DIREC- TEUR DU CENTRE D’ÉCONOMIE SOCIALE TRAVAIL ET SOCIÉTÉ (CESTES), RÉDACTEUR EN CHEF DE LA REVUE INTERNATIONALE DE L’ÉCONOMIE SOCIALE. 4 LA CREUSE N°56 > novembre/décembre 2012 www.c r e u se.fr
D I A G O N A L E S et aussi... MANIFESTE DES NOUVELLES RURALITÉS TRANSPORT DE BOIS RONDS D’abord, tester les routes Le convoyage des bois ronds nécessite des dérogations au Code de la Route, en raison des tonnages transportés. Le Conseil Général a fait tester les itinéraires susceptibles de donner lieu à dérogations. LE Code de la Route n’autorise théoriquement pas la circulation sur les routes départementales de véhicules de plus de 40 tonnes. Toutefois, un décret de 2009 fait dérogation pour les transports de bois ronds, qui peuvent recourir à des équipements atteignant jusqu’à 57 tonnes, pour peu qu’ils soient munis de 6 essieux permettant de répartir la charge ; ce décret prévoit l’organisation d’itinéraires dérogatoires. C’est ainsi qu’en Creuse, le Conseil Général travaille à l’élaboration d’un itinéraire dérogatoire permanent englobant : la RD941 sur toute sa longueur ; la RD8 entre la RD941 à Bourganeuf et la RD982 au Mas-d’Artiges ; la RD912 entre la RD941 à Bourganeuf et l’accès au pôle Cosylva-Bourganeuf Bois ; la RD22 entre la RD941 et l’accès à la zone d’activité de Langladure II ; l’axe Est Limousin entre la limite de la Corrèze et la RN145 à l’échangeur de Gouzon ; la RD940 entre la RD941 à Pontarion et la RN145 à l’échangeur centre de Guéret. A cet itinéraire dérogatoire permanent s’ajouteraient des dérogations temporaires, gérées au cas par cas. L’ensemble de ce dispositif, appelé Transbois, nécessite toutefois de connaître l’état de la voirie susceptible d’y être incorporée : au niveau des ouvrages d’art pour connaître leur résistance aux charges ; au niveau des chaussées en mesurant leur déformation provoquée par le passage d’un poids lourd. C’est dans ce cadre que le Conseil Général a conduit, au mois d’octobre, une série de tests réalisés par la société Vectra : un véhicule spécial (notre photo) reproduisant les contraintes qui provoquent la déflexion de la chaussée (sa déformation verticale sous le poids qu’elle subit) a pu faire toutes les mesures nécessaires. Il en découlera un diagnostic précis qui permettra de finaliser le réseau dérogatoire permanent creusois. ■ Les présidents des conseils généraux de l’Allier (Jean-Paul Dufrègne), de la Nièvre (Patrice Joly), du Cher (Alain Rafesthain) et de la Creuse (Jean-Jacques Lozach) se sont retrouvés, au début de l’été, à l’Hôtel du Département du Cher, à Bourges, pour signer un manifeste sur les nouvelles ruralités. Ils entendaient ainsi dire que les territoires qu’ils administrent sont confrontés à des handicaps qui freinent leur développement mais qu’ils représentent aussi des espaces de projets. Vastes espaces, capacité d’innovation, bassins de vie à l’échelle humaine, cadre de vie préservé : les atouts de ces départements ruraux ne manquent pas. Malheureusement, leurs déficits d’infrastructures, de services publics, la crise de l’emploi traditionnel et de la démographique médicale sont des handicaps qui freinent leur développement. Par cette action, les quatre présidents ont souhaité promouvoir l’équilibre et l’interdépendance entre l’urbain et le rural, qui se pose en modèle alternatif. Cette initiative s’adresse au gouvernement, aux élus, aux associations d’élus nationaux et locaux et au grand public, pour promouvoir les dynamiques de leurs territoires. D’une même voix, ils affirment : « La ruralité est une chance, pour peu que l’on (s’)y investisse ». LA CREUSE N°56 > novembre/décembre 2012 www.c r e u se.fr 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :