[22] Côtes d'Armor n°175 mai/jun 2020
[22] Côtes d'Armor n°175 mai/jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°175 de mai/jun 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Côtes-d'Armor

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : cet été, cap sur les Côtes d'Armor.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
38 / PORTE-PAROLE Christian Coail Président du Groupe des élus socialistes et républicains Conseiller départemental du canton de Callac. Cinderella Bernard Conseillère départementale du canton de Bégard, présidente du groupe Communiste et Républicain. Groupe Socialiste et Républicain Les leçons de la crise La crise du Covid impacte déjà notre quotidien. Mais elle va aussi toucher le département. Au niveau des recettes déjà, puisqu’il dépend de taxes liées à l’activité économique. Sur le plan des dépenses, ensuite, dès lors qu’il fera face à une hausse substantielle des dépenses sociales, notamment le RSA. L’effet ciseaux entrevu depuis quelques années va se faire plus violent encore. On espère donc que la réforme de l’assurance chômage, suspendue pour le moment, n’entrera pas en vigueur, sous peine d’amplifier la hausse de demandeurs du RSA, affaiblissant d’autant la situation financière des départements. Placer l’Humain au centre Pendant le confinement, on a vu, en première ligne, des métiers souvent dévalorisés dans notre société, notamment sur le plan salarial. Il faudra récompenser leur implication et une médaille ne suffira pas. Si l’on a évoqué l’engagement des soignants, des caissières, les aides à domicile semblent encore une fois les grandes oubliées. Si l’État les néglige, les collectivités ne devront pas oublier, Groupe Communiste et Républicain Les jours d’après... Nous venons de vivre une situation historique qui a montré toute la nécessité de préserver les services publics de proximité, la production industrielle locale, et de revaloriser les métiers indispensables à notre dignité humaine (secteurs médicaux, sanitaires et sociaux, alimentation, gestion des déchets, …) Nous tenons à apporter toute notre reconnaissance à celles et ceux qui se sont retrouvés en première ligne dans la gestion de cette crise elles, l’engagement qui est le leur et les risques qu’elles ont pris pendant cette crise. L’humain est au cœur de nos sociétés et doit être valorisé comme il se doit. C’est une question de justice sociale, mais aussi un impératif pour la cohésion de la société. Le service public a aussi démontré son caractère stratégique prouvant que ses agents, loin d’être des coûts, sont avant tout des richesses au service des autres. Penser le monde d’après Le Département doit aussi participer à la relance. Nous saluons à cet égard sa participation au fonds de soutien initié par la Région Bretagne. Si le traitement social de la crise est fondamental, l’écologie ne doit pas être négligée car l’inaction climatique d’aujourd’hui, c’est la crise sociale de demain ! L’argent que l’on doit investir pour limiter le réchauffement devra être doublé ou triplé demain si on ne le fait pas aujourd’hui, avec en prime une situation écologique dégradée et sans doute irrécupérable. Nous devons nous adapter car la planète ne s’adaptera pas à nous. Pour ce faire, il conviendrait de changer l’indicateur sanitaire avec une pensée particulière pour ceux qui ont contracté le virus dans l’exercice de leurs missions à l’instar des personnels des hôpitaux de Lannion et Trestel et de l’usine agroalimentaire Kermené du Mené. Cette période aura marqué notre capacité à inventer collectivement (élus, citoyens, professionnels) les solidarités pour faire face à l’isolement et apporter la meilleure protection possible. Côtes d’Armor magazine sur lequel nos sociétés sont gérées : le PIB. C’est un moyen bien imparfait de mesurer la création de richesses. Déconnecté du social (on peut avoir une croissance sans emploi) le PIB est complètement étranger à l’impératif écologique. Nous devrions ainsi défendre, comme le propose Hubert Védrine, le principe d’un PIB écologique prenant en compte le coût des actions humaines pour l’environnement. Car on doit bien avoir à l’esprit qu’environnement, social et économie sont liés. Les indicateurs doivent dès lors l’intégrer et l’action publique aussi. ◀ Contact ▶▷ 02 96 62 63 22 À nous tous de préserver cela les jours d’après en étant aux côtés de ceux qui auront été fragilisés par cette crise, en privilégiant la consommation locale et en faisant de la transition sociale et environnementale notre priorité commune. Pour l’humain d’abord ! ◀ Contact ▶▷ 02 96 62 63 90
N°175 / Juillet - Août 2020 Mickaël Chevalier Président du Groupe majoritaire du Centre et Droite Républicaine Conseiller départemental du canton de Broons. Groupe de la Majorité départementale CDR Entretien avec… Face à l’épidémie de coronavirus, comment le département s’est-il adapté ? La période de confinement n’a pas empêché le département de fonctionner et d’assumer ses missions auprès des publics dont il a la responsabilité, en particulier les personnes fragiles, personnes âgées, personnes en situation de handicap, enfants confiés… Dans le cadre du plan de continuité de l’activité, l’administration départementale s’est réorganisée pour garantir le service public aux usagers. Le télétravail, les démarches dématérialisées et les accueils téléphoniques ont été renforcés tout en maintenant une présence physique d’agents au siège et dans les territoires dans le respect des règles sanitaires. Par ailleurs, une dizaine de collèges publics sont restés ouverts pour accueillir des enfants de personnels soignants et du secteur social. Le département a su s’adapter au contexte inédit imposé par le confinement. Comment le département a-t-il pris en compte la problématique du manque de masques ? Le Président Alain CADEC s’est fortement mobilisé sur ce sujet pour trouver des solutions permettant de doter en masques les personnels salariés et les agents du secteur social et médico-social qui accompagnent les costarmoricains les plus vulnérables frappés par la perte d’autonomie, le handicap ou les difficultés sociales. Dès le mois de mars, 250 000 masques ont été commandés dans le cadre d’une démarche groupée avec la Région et les autres départements bretons auxquels se sont ajoutés 500 000 masques réceptionnés en mai. Une commande complémentaire de 500 000 masques a été faite récemment. Le département a également passé commande de 15 000 masques pour ses agents à une entreprise costarmoricaine reconnue pour son savoir-faire technique. La crise du coronavirus a mis en lumière des situations difficiles au plan social. Qu’en pensez-vous ? C’est vrai malheureusement, le confinement a fragilisé beaucoup de nos concitoyens au plan économique et social. C’est pourquoi, sous l’égide du Président, le département a renforcé son soutien financier aux associations caritatives et aux banques alimentaires costarmoricaines en leur accordant une aide totale de près de 180 000 € ces derniers mois. Les chèques d’accompagnement personnalisé réservés aux personnes en difficultés ont été élargis et le montant des aides alimentaires d’urgence a été doublé. Les allocations individuelles de solidarité ont été maintenues en faveur des bénéficiaires avec des délais rallongés pour les dossiers arrivant à échéance. Notre collectivité, qui est le chef de file de l’action sociale, est aux côtés des plus fragiles à travers ses politiques et ses engagements financiers. En janvier dernier, au budget 2020, nous avons voté 320 000 € de crédits pour aider les ménages avec de faibles ressources et financer les actions de prévention auprès des costarmoricains en situation de fragilité. Dans les politiques que nous mettons en œuvre, nous agissons en gestionnaires responsables et solidaires. Quels sont les autres domaines où le département a continué d’agir durant le confinement ? Il y en a plusieurs. Je pense au secteur du logement où nous avons pris des mesures dans le cadre du Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL) pour soutenir l’accès et le maintien des ménages dans le logement, mais aussi pour prévenir les situations d’expulsions et d’endettement. Dans le domaine de l’insertion, nous avons renouvelé à hauteur de plus d’1,3 Million d’€ notre accompagnement financier aux acteurs départementaux de l’insertion (ateliers-chantiers, entreprises d’insertion, régies de quartiers). Chaque année, nous consacrons près de 3 Millions aux politiques d’insertion socio-professionnelle pour PORTE-PAROLE / 39 favoriser le retour à l’emploi durable des personnes qui en sont éloignées. S’agissant de l’emploi, nous avons reconduit le financement de près de 100 emplois associatifs locaux pour un engagement de 750 000 €. Le département soutient financièrement aujourd’hui 314 emplois associatifs au sein de 229 associations employeurs. Notre collectivité entend poursuivre son aide à l’emploi associatif local pour accompagner les nombreuses associations qui structurent et animent nos territoires dans les domaines du sport, de la culture, de la jeunesse, des solidarités et de l’environnement. En ce sens, nous avons adopté au budget 2020 une nouvelle autorisation d’engagement de 7,5 Millions d’€ pour financer l’aide à l’emploi associatif sur la période 2020-2023 en partenariat avec les cofinanceurs locaux. La période du confinement a mis à l’arrêt de nombreux secteurs de l’économie. Comment le département contribue-t-il à la relance de l’économie sur son territoire ? Nous agissons à plusieurs niveaux. Le département participe avec les autres grandes collectivités bretonnes au financement du Fonds régional « Covid-résistance » qui vient en aide aux petites entreprises en difficultés et aux associations du secteur marchand et non marchand. Notre collectivité soutient les entreprises par le biais des marchés publics et des chantiers départementaux notamment dans le domaine des infrastructures (routes, bâtiments, collèges, aménagement numérique…). En janvier dernier, nous avons voté un budget d’investissement de 90 Millions d’€ en hausse de 10 Millions d’€ par rapport au budget 2019. Après plus de deux mois de confinement, notre département est pleinement conscient de la nécessité de relancer l’économie et d’accompagner les acteurs costarmoricains dans la reprise de leurs activités afin de préserver l’emploi. ◀ Contact ▶▷ 02 96 62 62 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :