[22] Côtes d'Armor n°175 mai/jun 2020
[22] Côtes d'Armor n°175 mai/jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°175 de mai/jun 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Côtes-d'Armor

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 5,3 Mo

  • Dans ce numéro : cet été, cap sur les Côtes d'Armor.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 / À DÉCOUVRIR... Rêves de clown en Côtes d’Armor Sourires à l’hôpital Apporter réconfort et sourire aux enfants et adultes hospitalisés, telle est la mission que s’est fixée l’association Rêves de clown. Grâce à elle et au dévouement de ses bénévoles, quatre clowns professionnels interviennent à Lannion, Trestel et Saint-Brieuc. L éa Poirier, alias Citronnelle, est clown professionnelle. Elle travaille depuis trois ans pour l’association Rêves de clown. Avec ses compères Socratine, Pop-corn et Mingus, ils interviennent dans les hôpitaux de Lannion, Saint-Brieuc, ainsi qu’au centre de rééducation fonctionnelle de Trestel. Pour l’heure, en raison de la pandémie de Covid 19, les clowns ont dû interrompre leurs interventions jusqu’à nouvel ordre. « Nous avons suivi une formation de quatre semaines, explique Léa, sur l’hygiène, la participation aux transmissions, la prise en charge de la douleur… en milieu hospitalier ». Rêves de clown, créée en 1998 à Lorient par Michel Notmann, fait appel exclusivement à des artistes professionnels pour accompagner enfants et adultes malades dans des hôpitaux de toute la Bretagne. « Être clown au service du social, c’est un métier du sensible qui s’apprend, poursuit Léa. En général, le matin, nous accompagnons les enfants, sou vent avec leurs parents, au bloc opératoire. No - “ Faire s’estomper les angoisses tre but est de dédramatiser la situation, de faire s’estomper les angoisses, en organisant une course par exemple, puis c’est la salle des bisous, juste avant l’anesthésie. Voir un enfant sourire dans ces moments-là, c’est très valorisant, on change un moment, on lui explique comment ça va se passer, ça crée du lien ». Les clowns, qui interviennent toujours en duo, sont là aussi « Être clown au service du social, c’est un métier sensible qui s’apprend ». PHOTO - ARCHIVES CD22 - THIERRY JEANDOT Côtes d’Armor magazine pour détourner l’attention de l’enfant pendant des soins parfois douloureux. « Un enfant qui avait peur d’une piqûre arrive à ne même pas la sentir », indique Léa. Le rôle déterminant des bénévoles Visites des chambres avec tours de magie, bulles, marionnettes sont le lot quotidien des clowns, qui interviennent aussi depuis un an dans les services d’oncologie adultes. « Nous ne les infantilisons pas et ils sont toujours contents de nous voir ». Mickaël Mautray est coordinateur des bénévoles de l’association dans le secteur de Saint-Brieuc. Son rôle est de mettre en place des stands d’appel aux dons lors de grandes manifestations. « On y propose de l’information sur Rêves de clown, et de petites activités comme de la sculpture de ballons, de la pêche, du maquillage pour les enfants. Nous sommes 27 bénévoles aujourd’hui mais nous avons besoin d’encore plus de monde. Il faut savoir que 10 € de don, c’est une visite de clowns à l’hôpital ». Les bénévoles, eux aussi, suivent une formation, et il ne faut pas croire qu’ils s’engagent parce qu’ils ont eu eux-mêmes des enfants malades. « Mes enfants vont très bien, reprend Mickaël, je me suis engagé dans l’association parce qu’elle correspond à mes attentes : faire du bien sans être mis en avant ». Si vous voulez faire un don à l’association ou devenir bénévole, rendez-vous sur le site revesdeclown.org. ◀ ▶ Contact Mickaël Mautray, 06 83 16 79 33 revesdeclown.org Bernard Bossard
PHOTO THIERRY JEANDOT N°175 / Juillet - Août 2020 À DÉCOUVRIR / 25 un outil unique à l’échel le régionale ! La Plateforme C’est Technique Mutualisée ac - cueille gratuitement les compagnies ar tistiques qui souhaitent créer des décors de spectacles. « Nous mettons à leur disposition des espaces et du matériel adaptés, expose Daniel Riot, président de l’association. Nous leur proposons également, s’ils le souhaitent, l’appui de techniciens spécialisés. Ce service permet aux artistes de travailler dans de bonnes conditions, localement, et de réduire considérablement les coûts. » 800 m 2 d’ateliers Initialement créée à Quessoy par le Théâtre de Folle Pensée, la Plateforme Technique Mutualisée s’est exportée à Plédéliac en 2018 et vient de s’agrandir. Au total, 800 m 2 sont disponibles, permettant l’accueil simul tané de trois compagnies. L’ancien garage, actuellement en cours d’aménagement, intè gre des ateliers de menuiserie, de métallerie et de couture, ainsi qu’une cabine de peinture. Il permet aussi la réalisation de travaux de résine Plateforme Technique Mutualisée - Plédéliac Un lieu inédit pour la création de décors Manque d’espace, budget contraint, besoins en matériel ou en compétences spécifiques... Pour les compagnies artistiques, la création de décors n’est pas toujours une mince affaire ! La Plateforme Technique Mutualisée, reprise en 2017 par l’association Côté Lumière, vise à leur faciliter la tâche. Un outil d’autant plus précieux que la crise sanitaire a durement impacté le monde culturel. Daniel Riot, Président de l’association Côté Lumière, en compagnie de Ronan Ménard et Christophe Lecouflet, les principaux techniciensconstructeurs de la plateforme avec Virgile Baron (absent sur la photo). “ On fait de la pièce unique ou encore la création de machineries… L’outil est prioritairement ouvert aux compagnies du département, mais s’ouvre aussi plus largement, lorsque le planning le permet. « Notre point fort est que la mise à disposition de l’espace et du matériel est entièrement gratuite, précise Daniel Riot. Seule l’intervention de nos techniciens spécialisés est rémunérée. » Pour Ronan Ménard et Christophe Lecouflet, membres de l’équipe de constructeurs de la plateforme, l’outil est particulièrement propice à la création. « Ici, les compagnies se conseillent les unes les autres, partagent les idées… Cela contribue largement au processus créatif. Et puis quand on a de l’espace, les bons outils et les compétences à disposition, on peut aller beaucoup loin. » Depuis la reprise de la plateforme par Côté Lumière, une cinquantaine de décors a vu le jour à l’atelier. « Il y a des petits décors comme des très gros, explique Ronan Ménard, mais tous demandent le même effort. On fait de la pièce unique et c’est ça qui est intéressant. On teste, on s’adapte aux besoins, on expérimente… Il n’y a pas de règles, on est dans l’artisanat. » Des projets de développement Sur le territoire, les collectivités locales ont vite pris conscience de l’atout que représente la plateforme pour la création culturelle locale. « Le Département soutient le projet avec grande conviction, témoigne Thierry Simelière, vice-Président en charge de la Culture. En créant du lien entre les compagnies et en permettant la réduction des coûts de production, la plateforme démontre une réelle utilité culturelle et sociale, et plus encore dans le contexte de crise sanitaire qui touche de plein fouet le monde culturel. De plus, Côté Lumière porte un projet global ambitieux ; elle mérite toute notre attention. » En effet, l’association souhaite à terme déployer un plateau technique complet, pour que les compagnies puissent tester leurs décors sur place, en situation réelle. « Cela nous permettrait aussi d’accueillir des scolaires, pour leur faire découvrir l’envers du décor, explique Daniel Riot. En parallèle, nous souhaitons aussi développer une offre de formation en éclairage, son, création de décors… » Pour l’heure, la PTM est d’ores et déjà bien identifiée par les compagnies locales. Ces trois dernières années, une trentaine d’entre elles ont bénéficié des services de l’association. ◀ Virginie Le Pape ▶ Plus d’infos : www.laplateforme22.org cote-lumiere@orange.fr PHOTO THIERRY JEANDOT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :