[22] Côtes d'Armor n°173 nov/déc 2019
[22] Côtes d'Armor n°173 nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°173 de nov/déc 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Côtes-d'Armor

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : agir au quotidien.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
PHOTO THIERRY JEANDOT Commission permanente du 16 septembre Au quotidien auprès des Costarmoricains Culture Dans le cadre de ses politiques volontaristes en faveur d’une culture accessible au plus grand nombre, le Département alloue 181 000 € de subventions à différentes structures à travers tout le territoire. Il s’agit d’encourager l’émergence artistique et la création contemporaine ; d’accompagner la présence artistique et les projets culturels de territoires (cinéma, audiovisuel, arts visuels) et de soutenir la médiation culturelle et artistique  : éducation artistique et culturelle, schéma départemental d’enseignement de la danse, schéma départemental d’enseignement du théâtre, plan de formation à la danse, lecture publique. 181 000 € pour la culture Éducation La restauration dans les collèges représente pour le Département une dépense de 24 M € par an, soit 8 € par repas. Il n’en facture qu’une partie aux familles  : 3,20 à 3,30 € par repas pour un forfait 4 jours/semaine et 2,90 à 3 € pour un forfait 5 jours/semaine. Par ailleurs, le Département alloue une aide à la restauration aux familles d’enfants boursiers qui peut atteindre 2 € par repas pour les enfants boursiers à taux 1. Le montant global de ces aides représente pour le Département un coût de 410 000 € en 2019. 410 000 € pour l’aide à la restauration des collégiens boursiers Personnes âgées La Conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie des personnes âgées (CFPPA) est un dispositif phare de la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement. Il s’agit d’une instance de coordination au service du développement de politiques de prévention. Elle Alain Cadec Président du Département. vise un public de 60 ans et plus et s’adresse également aux proches aidants de ces personnes âgées. La CFPPA est chargée d’établir un diagnostic des besoins des personnes âgées, de recenser les initiatives locales à travers des appels à projets portant sur l’accès aux droits, le logement et les aides techniques, la prévention de la santé physique et mentale et l’accompagnement des aidants. À la suite du premier appel à projets, la Conférence a validé l’octroi de subventions en faveur de 32 projets portés par 20 structures. Ces projets, très variés, concernent l’ensemble du territoire départemental et portent notamment sur des actions de prévention santé, d’accès aux droits, de rupture de l’isolement, d’activités physiques adaptées, de travail sur la mémoire, d’aide aux aidants, etc. Un budget de 878 000 € est alloué à ces actions, sur une période de 4 ans. 878 000 € pour l’accompagnement des personnes âgées et de leurs aidants Violences faites aux femmes La préoccupation très forte du Département concernant le soutien aux initiatives de lutte contre les violences faites aux femmes est très largement incarnée par l’association Adalea et son service « Accueil Écoute Femmes », et ce depuis de nombreuses années. L’intervention d’Adalea porte particulièrement sur l’accueil et l’écoute physique et téléphonique des femmes victimes de violences conjugales, l’accompagnement psychosocial de ces femmes, la prise en compte des enfants qui vivent dans ce climat de violence et les actions de sensibilisation et de formation pour les professionnels du département. Ainsi, le Département alloue à Adalea une subvention de 148 000 € dédiée majoritairement au financement de trois postes d’éducateurs et psychologue qui accompagnent les femmes victimes et leurs enfants. Accompagner les femmes victimes et leurs enfants ILS ONT DIT EN SESSION Christian Coail, président du Groupe Socialiste et Républicain « À l’heure où la société réclame des solutions écologiques ambitieuses, où certains veulent faire des agriculteurs des bouc-émissaires, il est impératif d’avoir un débat digne de ce nom sur la transition écologique. Car si ces débats n’ont pas lieu dans les enceintes de la démocratie représentative, ils auront lieu ailleurs, et pas forcément de manière apaisée et rationnelle ». Cinderella Bernard, présidente du Groupe Communiste et Républicain « L’urgence climatique est l’autre expression, avec les inégalités sociales, de ce que produit un système économique sans régulation, dont l’unique but est d’exploiter le plus possible l’homme et la planète. Mais il n’y a pas d’écologisme sans anti-capitalisme ! ». Mickaël Chevalier, président du Groupe du Centre et de la Droite républicaine « Si beaucoup de changements doivent se faire au niveau des états pour respecter les engagements de l’accord de Paris de 2015 sur le climat, les collectivités ont également leur rôle à jouer pour protéger l’environnement et favoriser le développement durable. Depuis plusieurs années, notre Département pratique l’écologie concrète ». PHOTO THIERRY JEANDOT PHOTO THIERRY JEANDOT PHOTO THIERRY JEANDOT
Côtes d’Armor magazine - N°172/Novembre - Décembre 2019 À SUIVRE/17 ACTIONS DÉPARTEMENTALES La session d’automne de l’assemblée départementale aura d’abord été marquée par un hommage unanime à la mémoire de Jacques Chirac. Parmi les points abordés, on retiendra la participation du Département au Plan pauvreté, le contournement sud de Saint-Brieuc, ou encore la politique éducative. L e Plan pauvreté prévoit une participation financière de l’État à hauteur de 500 000 € par an, à laquelle il faut ajouter une participation équivalente du Département. « La stratégie nationale croise de nombreuses actions déjà engagées par le Département. Nous ne découvrons pas la pauvreté », souligne Sylvie Guignard, vice présidente aux Personnes âgées. Le Département propose que cette convention avec l’État s’articule autour de quatre priorités  : la prévention des sorties sèches de l’Aide sociale PHOTO THIERRY JEANDOT Les élus en session le 30 septembre Lutte contre la pauvreté, routes et éducation « Nous ne découvrons pas la pauvreté Sylvie Guignard. à l’enfance ; le déploiement de l’accueil social inconditionnel de proximité ; le déploiement du dispositif de référent de parcours pour les personnes accompagnées ; l’amélioration de la prise en charge et de l’accompagnement des bénéficiaires du RSA vers l’insertion professionnelle. L’assemblée a par ailleurs examiné une délibération sur la stratégie d’amélioration d’accès aux droits et aux services sociaux. « L’accès aux droits doit passer avant tout par une relation humaine de proximité », déclare Sylvie Guignard. Pour ce faire, le Département entend notamment s’appuyer sur les communes, dont les mairies doivent être un lieu d’information et d’orientation de premier niveau. Un point d’étape de l’année touristique a été présenté par Erven Léon, vice-président à l’Économie. « Le bilan de l’été est l’un des meilleurs de la décennie, annonce Erven Léon, avec un printemps contrasté, un mois de juillet très satisfaisant et un très bon mois d’août. On observe en Bretagne une augmentation de 3 à 6% des nuitées et entre 86 et 90% des professionnels se disent satisfaits ». Concernant la poursuite des travaux de la rocade de contournement au sud de Saint- Brieuc, « l’État est aux abonnés absents », déclare Jean-Yves de Chaisemartin, vice-président aux Infrastructures. En effet l’État a fait savoir qu’il ne participerait pas au financement de la section reliant les Plaines-Villes au Merlet, point de raccordement à la RN12. Le plan initial de financement prévoyant une répartition à parts égales de 20 M € chacun entre l’État, la Région, le Département et l’agglomération, il est désormais proposé de répartir les 20 M € de manquement de l’État entre les trois collectivités, ce qui représente 26,5 M € chacune. Au chapitre des politiques éducatives, le Département alloue une dotation de fonctionnement de 3,9 M € aux collèges. 2,224 M € sont affectés aux fluides (gaz, électricité, eau) des établissements et 1,550 M € au fonctionnement des collèges et à l’accompagnement des projets éducatifs. ◀ Bernard Bossard PHOTO THIERRY JEANDOT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :