[22] Côtes d'Armor n°141 avril 2015
[22] Côtes d'Armor n°141 avril 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°141 de avril 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Côtes-d'Armor

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... un vent nouveau sur le port départemental du Légué.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
34 Sport I CÔTES D’ARMOR MAGAZINE Xue Fei, actuellement classée 4 e meilleure joueuse française de badminton. PHOTO BRUNO TORRUBIA Qi Xue Fei Une pépite chinoise à Rostrenen En l’espace de quatre mois, elle est devenue la quatrième meilleure joueuse de badminton en France. Arrivée en décembre dernier, la Chinoise Qi Xue Fei cristallise tous les espoirs du Bad’Club de Rostrenen, désormais aux portes de la Nationale 1. « Il y a quelques jours, Xue Fei a joué contre la meilleure joueuse française. Elle lui a carrément mis la raclée ! », s’amuse encore Arthur, l’un des huit joueurs de l’équipe du Bad’Club qui évolue en Nationale 2. Âgée de 23 ans et venue tout droit du centre d’entraînement de Nanjing, plus gros pourvoyeur du centre national chinois de badminton, Xue Fei est arrivée à Rostrenen Cyclisme Circuit du Mené Le 6 avril 2015 se tiendra la 25 e édition du Circuit du Mené, l’une des grandes courses cyclistes fédérales bretonnes destinées aux jeunes cyclistes de niveau amateur, catégorie Espoir. Proposée par le Comité d’Organisation du Circuit du Mené, la course se déroulera traditionnellement en deux étapes à travers le Mené dans le Pays Centre Bretagne, avec un contre la montre en matinée et une course en ligne l’après-midi. Une classique bretonne unique en son genre, à laquelle participent chaque année plus de 150 coureurs. circuitdumene.com en décembre. Un renfort inestimable pour le club, qui mesure chaque jour l’aubaine de bénéficier d’une telle joueuse, déjà très sollicitée par les autres clubs. Faire venir cette sportive de haut vol n’a pas été simple. Sa venue résulte de longs mois d’échanges et de tractations, largement facilités par Lili Huang, professeur de chinois au lycée de Pontivy, qui a pu jouer les intermédiaires entre Xue Fei, sa famille, son centre d’entraînement qui ne voulait pas laisser partir sa protégée, et le club rostrenois. Ici, Xue Fei bénéficie d’un statut d’étudiante, et est hébergée le week-end chez le président du Bad’Club, Jacques Sibéril, et son épouse Anaïg, professeur de Français Langue Étrangère. En semaine, elle vit en colocation à Brest, où elle s’entraîne chaque jour. Le badminton, Xue Fei est tombée dedans quand elle était toute petite, comme des millions de jeunes Chinois. En Chine, où le badminton est élevé au rang de sport national, les centres d’entraînement prennent les enfants très tôt sous leur tutelle. Pour ces jeunes, ce sport est une belle opportunité de trouver un bon emploi, et de faire quelque chose d’intéressant. « Je joue depuis que j’ai quatre ans, précise Xue Fei. Mais comme mes parents travaillaient beaucoup, ils n’avaient pas le temps de jouer continuellement avec moi. Ils m’ont donc inscrite dans une école de badminton ». Tel qu’il y est structuré, le badminton offre pourtant peu d’opportunités de matchs et de compétitions. C’est l’une des raisons qui a incité la sportive à Aux portes de la Nationale 1 venir en France. « Les matchs à l’entraînement sont moins stimulants que les matchs de compétitions. Or ici, des compétitions ont lieu presque tous les week-ends, ce qui est très motivant. C’est pour cette raison que mon coach en Chine m’a indiqué que venir en France serait une bonne chose pour moi », poursuit Xue Fei. À raison de deux heures d’entraînement quotidien, contre huit par jour en Chine, Xue Fei, qui aborde son métier avec énormément de concentration et de sérieux, apprécie la qualité de vie des sportifs français, et s’en étonne encore. « En Chine, les gens ne prennent pas beaucoup le temps de s’amuser car ils travaillent énormément », expliquet-elle. Jacques Sibéril se félicite des qualités physiques de sa recrue. « C’est une joueuse exceptionnelle, rapide et vive, au jeu nerveux et explosif ». Autre atout, et non des moindres, Xue Fei, avec sa gentillesse et son esprit d’équipe, fait l’unanimité au sein de son équipe. « Sa présence ici est aussi une belle aventure humaine. Xue Fei est très volontaire, très désireuse de s’intégrer », souligne Anaïg Sibéril, qui lui dispense des cours de français. À ce jour, Xue Fei bénéficie d’un visa de six mois qui devrait l’amener à repartir en Chine en juin. Mais d’ici là, beaucoup de choses peuvent se passer... En grande partie grâce à cette joueuse en or, le Bad’Club trône en tête de sa poule. « Xue Fei, c’est notre pierre précieuse. On est un club qui joue dans la cour des stars avec elle », affirme Jacques Sibéril. Neuf ans seulement après sa création, et fort d’un parcours exceptionnel, le Bad’Club de Rostrenen n’a jamais été aussi près de la Nationale 1. Stéphanie Prémel
35 Guide Le Avril 2015 Département accompagne ou soutient la majeure partie de ces manifestations Rubrique réalisée par Yves Colin. Contact > lemagazine@cg22.fr Jeune public Cinéma Exposition Théâtre Lecture Spectacle Photo Musique Complet’Mandingue à Saint-Brieuc La fête enchantée ÉVÉNEMENT Du 24 avril au 20 mai Pas sages, le festival « Au bout de 18 ans, rien n’est gagné. Pourtant avec les temps que l’on traverse, on a vraiment besoin de projets interculturels ». SteveBourgade est l’un des fondateurs du festival Complet’Mandingue. Comme pour beaucoup de manifestations culturelles, il sait que chaque édition a des allures de couperet. En 1996, il faisait partie de ce groupe d’amis, passionnés de percussions, qui avaient choisi de développer des échanges culturels avec l’Afrique de l’Ouest, notamment le Sénégal, en créant l’association Djabotu Binghi, littéralement La famille du rythme du cœur. Presque 20 ans plus tard, l’association briochine enseigne à l’année à environ 120 élèves percussionnistes et danseurs, les rythmes mandingues au sein de la Villa Carmélie. Parmi les rendez-vous phares de l’association, le festival Complet’mandingue est une quinzaine d’immersion totale dans la culture de l’Afrique de l’Ouest, à travers toutes les expressions artistiques possibles. Pour 2015, outre des ateliers de danse et de percussions (plusieurs niveaux de pratique Le bal de l’Afrique enchantée. Dédié à la culture d’Afrique de l’Ouest, le festival briochin fête cette année sa 18 e édition du 4 au 18 avril. Des ateliers de danse, de percussions, des événements’dingues en tout genre et deux soirées-concerts en guise de temps forts. sont proposés), la manifestation se décline en partenariat avec le cinéma Club 6, dans plusieurs bars et propose également de goûter aux saveurs de la cuisine mandingue. Un chef cuisinier interviendra par exemple à la brasserie 1701 pour en revisiter complètement la carte (dimanche 12 avril, Saint-Brieuc). Et, bien sûr, l’équipe des cuisiniers du fameux poulet yassa seront attendus de pied ferme le week-end des 17 et 18 avril pour la clôture du festival. Le retour de Sandra Nkaké et le bal de l’Afrique enchantée « Nous voulons confirmer le virage amorcé en 2014 en organisant deux soirées-concerts à la salle de Robien », précise SteveBourgade. C’est à lui que l’on doit ce double plateau. Le vendredi sera rock et soul avec Janice in the noise, « une caribéenne de Londres » et Push Up, la formation « super classe » emmenée par Sandra Nkaké, révélation à l’unanimité de l’édition 2014. Voilà pour la première soirée, si on ajoute le DJ briochin Dandy Rock. Le lendemain sera placé sous des esthétiques plus africaines. Toma Sidibé, habitué du festival et figure de proue mandingue, partagera l’affiche avec Tio percussion, un ensemble de percussions principalement féminin et « absolument fabuleux ». Les auditeurs de France Inter seront heureux d’apprendre la participation au festival des producteurs Soro Solo et Vladimir Cagnolari pour animer le Bal de l’Afrique enchantée. Le spectacle, issu de leur émission de radio dominicale, colle parfaitement à l’esprit de Complet’Mandingue en « revisitant toutes les esthétiques africaines depuis les années 1950 dans une ambiance survoltée, c’est un concert à vivre ! » Les concerts auront lieu dans une salle de Robien réaménagée après un « gros effort de décoration » et un souci de chaleur et de convivialité optimales. « Avec des artistes au plus près pour procurer une autre énergie » et une ambiance dont est garante la centaine de bénévoles appliquée à poursuivre la belle aventure. Yves Colin Complet’Mandingue, du 4 au 18 avril. Programme complet de la quinzaine sur completmandingue.org. Tarif pour les soirées : 14 à 16 € le vendredi, 16 à 20 € le samedi. JULIEN BOREL D.R. Janice in the noise.rt Is PPIGES tea Depuis trois ans, Itinéraires Bis, la structure départementale de développement culturel, coordonne Pas-sages, un dispositif moteur dans la médiation culturelle, par l’organisation de rencontres productives entre des artistes et des « jeunes », disons adolescents et jeunes adultes. Cette année, ce programme donne lieu, du 24 avril au 20 mai, à un festival : Pas-sages, le festival. Une vingtaine de représentations de danse, théâtre et musique, des expositions et de nombreux ateliers (23 !) vont se succéder, principalement dans la région guingampaise et à Lamballe (mais également de manière isolée dans plusieurs autres communes du département). Le programme, s’il s’oriente clairement vers le public adolescent, concerne également les plus grands et offre de nombreuses occasions d’assister en famille (entre amis, entre voisins, collègues, ou seul, c’est comme vous voulez) à des spectacles variés dans les genres mais semblables dans la qualité. Les spectacles : Boom tchak ! du Hip tap project (danse), Serendou (musiques du monde), Mon cirque du théâtre des Tarabates (marionnettes), My Brazza de David Bobée et Ronan Chéneau (danse), À la renverse de Karin Serres (théâtre), Pour Ethan de Mickaël Phélipeau (danse), Cow Love de la Société protectrice de petites idées (danse, cirque), La grande distribution de Quignon sur rue (arts de rue), Ravie de Sandrine Roche (théâtre), Charlot festival d’Il monstro (ciné-concert), Le 20 Novembre du Lyncéus théâtre (théâtre), Sur la bouche de la Cie Grand appétit (théâtre), Bpm de la Cie Poc (cirque), conférence T’as vu c’que t’écoutes de Sapritch, La part des rêves de François Cervantes et Anouch Paré (théâtre), Barbe-Neige et les 7 petits cochons au bois dormant de Laura Scozzi (théâtre). Les expositions : Sammy Engramer (arts plastiques), Les adolescents par Isabelle Vaillant (photographie) et En quête de soi par MarynnGallerne (photographie). Horaires et tarifs sur itinéraires-bis.org



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :