[22] Côtes d'Armor n°131 mai 2014
[22] Côtes d'Armor n°131 mai 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°131 de mai 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Côtes-d'Armor

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... si loin, si proche, ici l'Europe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 Actualité CÔTES D’ARMOR MAGAZINE Née à Saint-Brieuc en 1919, elle devient princesse du Monténégro Geneviève Prigent, sitoaianez ha priñsez Certaines personnes ont un destin. Geneviève Prigent en est une. Née en 1919, à Saint-Brieuc, elle sera princesse du Monténégro. À son divorce, elle devient, à Paris, pionnière de l’orthoptie et, de retour à Trébeurden, se bat pour la défense de la nature. DASTUMAD NICOLAS PETROVITCH-NJEGOSH DASTUMAD NICOLAS PETROVITCH-NJEGOSH (1) harluet : exilé (2) lagadeeunourez : orthoptiste (3) arnodenn : examen (4) torzhellegezh : tuberculose (5) skrapañ : rafler N a n’eus ket unan evel Gene viève Prigent ! Pelec’h kregiñ evit kontañ he buhez ? Gant he ganedigezh e Sant- Brieg ? Gant he zitl priñsez, goude dimeziñ da v-Michel Petrovitch- Njegosh, ur priñs harluet (1) eus Montenegro (e Yougoslavia gwechall) ? Gant he labour evel lagadeeunourez (2) en Pariz, pa oa nevez ar medisinerezhse ? Gant he stourmevit difennan natur er bloavezhioù 1970 ? Krogomp gant istor ar briñsez ! E-barzh an tren he deus graet Geneviève anaoudegezh gant Michel Petrovitch- Njegosh. Penn-kentañ an hañv e oa, goude he arnodennoù (3) medisin e Roazhon e oa ar vaouez yaouank o tistreiñ da di he zud. Aze e oa un den o vont da hañviñ war bord ar mor evit pareat e dorzhellegezh (4). E vedisiner en doa erbedet anezhañ d’ur c’heneil e Breizh. Flapet o deus an dud yaouank. « Saint-Brieuc, trois minutes d’arrêt… » ha kenavo ! Ken ur wech all kentoc’h, rak tad Geneviève e oa keneil medisiner Michel. Ouzh taol ar familh Prigent, eneilti Trebeurden eo bet pedet an Ao. Petrovitch- Njegosh ha buan a-walc’h eo kroget istor karantez Geneviève ha Michel. Karantez, sellaze ! Met e-kreiz an Eil Brezel-bed ha gant un den en harlu abaoe 1916 rak aloubet eo bet e vro vihan gant Aostria-Hungaria, paz an Istor bras a ya gant an istor garantez-se. Ret eo d’ar c’houblad yaouank mont e-barzh un tren c’hoazh, war-zu Alamagn. Gant Judevien, Hungared ha Polonedemaint ha ne gan ket an hañv ken. War ar vevenneo bet laosket a-gostez priñsed Montenegro evit bezañ ostizidi ar Reich bras. Pebezh touell ! Klasket e vez gant an Alamaned kendrec’hiñ ar priñs da adkavout e gador ha ren hervez sellan Nazied. Ne asant ket koulskoude, n’int ket ostizidi ar Reich ken. Adkroget eo Geneviève Prigent, serzh e-bourzh he bag. torzhellegezh ar priñs hag aotreet eo da vont da Sant-Brieg da vezañ oberataet gant e dad-kaer. Met e miz Mae 1944, e ti kenderved Geneviève e Sant-Nikolaz-ar-Pelem, eo skrapet (5) Michel ha paotred ar gumun gant an Alamaned. Dougerez eo Geneviève. Gwilioudiñ a raio e-kreiz emgannoù al Liberasion. Mizioù diwezhatoc’h e vo dieubet Michel eus kamp Ravensbrück. Gant ar jeneral Tito eo pedet Gene - viève ha Michel Petrovitch-Njegosh da vont da Yougoslavia sokialour da vevañ. Plijadur he deus o labourat evit aozañ distro repuidi Yougoslavia, met ne chomont nemet un nebeut mizioù rak n’emañ ket ar priñs en e vleud. En Pariz e 1949 e torront o dimeziñ. Geneviève he deus da adkregiñ gant he studioù, ur mab da desevel hag ur vicher da difraostañ. Dont a raio a-benn. Ha pa vo poent dezhi distreiñ d’ar vro e tibabo villa he zud en Trebeurden. Aze e tigoro he c’habined lagadeeunourez hag aze e stourmo evit an natur ha gwirioù mab-den. Bevet he deus Geneviève Prigent betek miz Genver 1990, pa oa kroget labourioù porzh Trebeurden. Met se a zo un istor all. Stéphanie Stoll ce mois-ci sur Consultez la version française de cet article E-padeizh vloaz eo bet Geneviève Prigent priñsez Montenegro.
Dossier N°131 | MAI 2014 11 Si loin, si proche Rédaction : Véronique Rolland Photographies : Thierry Jeandot Ici l’Europe Pages 11/12/13 Si loin, si proche Ici l’Europe Partages culturels Danse avec l’Europe Bénéficiant d’une image positive hors de son territoire, l’Europe des 28 peine à trouver sa place dans la réflexion et le quotidien de ses citoyens, se sentant peu concernés par les questions européennes. Paraissant très éloignée de la vie locale, elle frappe pourtant chaque jour à leur porte. Certains l’ouvrent, d’autres pas, d’autres encore entendent à peine ses coups. Pages 14/15 Création d’entreprise L’Europe fait confiance aux seniors Insertion professionnelle Accompagner l’orientation des jeunes Si le fonctionnement des institutions européennes demeure complexe, le rapport du citoyen européen à cette institution l’est parfois tout autant. En Bretagne, « L’Europe bénéficie d’une bonne image, ne serait-ce qu’à travers les résultats lors des élections européennes, note Marc Humbert, professeur d’économie politique à l’université Rennes 1. Par ailleurs, les agriculteurs bretons sont ceux qui sont allés le plus souvent à Bruxelles pour défendre leurs droits et obtenir gain de cause ». Si la Bretagne a tiré bénéfice de l’Europe, ici comme ailleurs, le grand public s’y intéresse rarement. « Jusqu’à présent, l’Europe a été l’affaire des élites, poursuit Marc Humbert, et certainement pas celle des peuples européens. Ces derniers ne se sont pas saisis de cette question, pas plus à travers les mouvements sociaux, populaires, syndicalistes ou mêmes politiques ». Il est vrai qu’à partir du Traité de Paris en 1951 (1), il faudra attendre 28 ans, pour y associer les citoyens à travers l’élection du Parlement européen au suffrage universel en 1979. « Jusque-là, le citoyen européen n’existe pas ! » Depuis, des efforts ont pourtant été réalisés pour asso- cier les individus à la marche européenne. « Avec la crise économique, l’Acte unique entérine la libération des capitaux en misant sur le fait que l’Europe économique sera contrôlée par une Europe sociale, rappelle le professeur. L’ambition étant de forger un modèle social européen, discuté et ratifié par le citoyen. C’est sur le traité de Maastricht, la première fois qu’on en appelle au référendum ». Une voix, au loin… Las, si l’objectif était de permettre à la mondialisation de contribuer au bien-être des citoyens et pas uniquement à celui des entreprises les plus compétitives, dans les faits, le deuxième volet est passé à la trappe. Un reproche régulièrement entendu dans le public lorsqu’il motive son désintérêt. Des voix s’élèvent contre l’Europe, arguant que ses citoyens...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :