[21] Côte-d'Or magazine n°199 avril 2020
[21] Côte-d'Or magazine n°199 avril 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°199 de avril 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Côte-d'Or

  • Format : (210 x 260) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 10,7 Mo

  • Dans ce numéro : covid-19, restez chez vous !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
LE DOSSIER » SAVOIR-FAIRE 100% CÔTE-D’OR » UNE MARQUE AU SERVICE DE LA QUALITÉ POUR TOUS « Cette nouvelle appellation contribue à faire connaître encore davantage la Côte-d’Or. Elle met en valeur notre département à travers un élément incontournable de son patrimoine, qui participe à son rayonnement à l’international  : le vin ». » BOURGOGNE CÔTE D’OR », LA NOUVELLE APPELLATION DONT TOUT LE MONDE PARLE ! viticole régionale avec dénomination complémentaire L’appellation « Bourgogne Côte d’Or » a été validée en juin 2017 par l’INAO. Une reconnaissance pour la Côte-d’Or et les vignerons situés sur sa zone de production (36 communes en Côte de Nuits et Côte de Beaune et 4 communes « frontalières » en Saône-et-Loire). Le premier millésime « Bourgogne Côte d’Or » est arrivé sur le marché début 2019 et la profession, qui s’est battue pendant 20 ans pour la création de cette appellation, se montre confiante quant à son avenir. « C’est une appellation qui commence à bien marcher. On note un vrai intérêt du côté des producteurs comme des consommateurs. Cette appellation, c’est un plus commercialement, 20 CÔTE-D’OR LE MAG’199 AVRIL 2020 car on peut expliquer à nos clients l’origine du vin. Chacune des parcelles se rattache à une même identité viticole, cela permet de définir clairement notre territoire et d’éviter la confusion entre les différents terroirs », explique Patrick Javillier, qui produit à Meursault des vins blancs en appellation Bourgogne Côte d’Or (4 des 11 hectares de son domaine) et qui, avec Philippe Charlopin, a fait partie des premiers à y croire. L’info en + Tous les viticulteurs, sous réserve que leurs parcelles se situent sur les communes retenues et qu’ils respectent les conditions de production précisées dans le cahier des charges, peuvent utiliser la dénomination « Bourgogne Côte d’Or ». Chiffres-clés 308 domaines produisent sous l’appellation Bourgogne Côte d’Or 413 ha sont déclarés en appellation Bourgogne Côte d’Or (en 2019)  : 266 ha en rouges et 147 ha en blancs 10 millions de bouteilles de Bourgogne Côte d’Or pourraient être produites et vendues partout dans le monde chaque année « En Côte-d’Or, il y a du malt et des brasseurs locaux de qualité... Après le vin, la « bière Côte-d’Or » pourrait donc être la prochaine boisson locale ». PREMIER MILLÉSIME POUR LE DÉPARTEMENT ! Début 2019, le Département de la Côte-d’Or a acquis 63 ares et 66 centiares de Pinot noir et de Chardonnay en appellation Bourgogne Côte d’Or sur la commune de Pommard, au lieu-dit Les Chazots. L’exploitation des parcelles a été confiée à une entreprise d’insertion et la vinification du raisin après les premières vendanges au domaine Rossignol-Février (Volnay). La première production départementale représente environ 4 500 bouteilles. À travers cette acquisition, le Département souhaite proposer un site pilote dans le domaine de la viticulture, au sein duquel seront expérimentées des mesures adaptées aux évolutions climatiques. Par ailleurs, il a entamé pour ses parcelles une démarche de certification en agriculture biologique, qui devrait aboutir en 2022.
VERS UNE PRODUCTION DE LÉGUMES « 100% CÔTE-D’OR » D’ici début mai, ce sera au tour des légumes « 100% Côte-d’Or » de briller sur les étals locaux. Pour y arriver, le Département a engagé un travail de réflexion avec Terre de Saône, filiale du groupe Dijon Céréales, afin que la filière légumes puisse, elle aussi, profiter de la marque « Savoir-faire 100% Côte-d’Or ». Parmi les produits de saison, oignons en bottes, radis roses, pommes de terre, salades ou encore carottes, produits dans le département, pourraient porter les couleurs de la marque avant l’été. Un nouveau gage de fraîcheur et de qualité pour les consomm’acteurs côte-d’oriens soucieux de l’environnement et respectueux du travail des agriculteurs. Chiffres-clés 798 ha de légumes frais 485 ha de pommes de terre 510 exploitations ayant des surfaces en bio ou en conversion UNE ZONE DE MARAÎCHAGE BIO D’ICI 2021 Le Département de la Côte-d’Or s’est lancé pour défi de créer une zone de maraîchage de 20 hectares (ha), au Sud de Dijon. L’objectif visé est d’approvisionner, d’ici 2021, les collèges et les EHPAD du département avec des produits locaux, 100% bio. 2 ha serviront de support d’apprentissage pour les lycées agricoles spécialisés en maraîchage. De nouvelles formes d’agriculture seront expérimentées sur 1 ha. La construction d’un bassin pour l’irrigation, de serres et des travaux d’aménagement d’accès sont actuellement en cours d’étude. « Marc PATRIAT, président de Dijon Céréales « Notre groupe coopératif, bien implanté sur toute la Côte-d’Or, est heureux de pouvoir apporter sa contribution à cette filière qui met en avant les savoir-faire locaux et notamment celui, traditionnel, du bassin maraîcher de la région d’Auxonne » MARC PATRIAT, PRÉSIDENT DE DIJON-CÉRÉALES, ENTOURÉ D’ÉRIC VACHON, RESPONSABLE DE LA SCEA DES TROIS MAISONS ET D’EMMANUEL RICHOMME, DIRECTEUR D’EXPLOITATION DE TERRES DE SAÔNE LE LOCAL S’INVITE AUSSI À LA CANTINE ! Dans le cadre de sa politique en faveur d’une alimentation de qualité et de proximité pour la restauration des collèges, le Département souhaite plus de légumes issus de productions locales dans les cantines. Le taux global d’approvisionnement en produits locaux était de 18,3% en 2019, dont près de 4% en bio. Plusieurs expérimentations ont déjà été menées en faveur du développement des filières agricoles locales. L’objectif aujourd’hui est de travailler sur la structuration des logistiques alimentaires, via la charte d’engagement au Projet Alimentaire Territorial départemental. Les chefs de restauration collective se forment régulièrement sur les techniques culinaires autour du « mieux manger ». « Alexis MYOTTE, 12 ans, Conseiller Départemental Junior du collège Arthur Rimbaud de Mirebeau-sur-Bèze. « Avoir des produits locaux à la cantine, c’est bien car c’est meilleur pour nous, ça aide les agriculteurs et c’est bon pour la planète ! » LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :