[21] Côte-d'Or magazine n°190 mai 2019
[21] Côte-d'Or magazine n°190 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°190 de mai 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Côte-d'Or

  • Format : (210 x 260) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8,6 Mo

  • Dans ce numéro : protéger la nature.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
LE DOSSIER PROTÉGER LA NATURE PROTECTION DE LA NATURE LES ACTEURS EN CÔTE-D’OR Le Département s’investit aux côtés d’associations et de collectivités locales pour protéger le patrimoine naturel de la Côte-d’Or et la biodiversité. Chambre d’Agriculture, Office National des Forêts, associations naturalistes et d’éducation à l’environnement, syndicats, collectivités... le Département travaille avec de nombreux partenaires afin de protéger la nature avec efficacité et cohérence en Côted’Or. L’accompagnement des partenaires est un des fondements du Schéma des ENS et de la biodiversité, et vise la recherche de synergies plutôt que la juxtaposition de politiques. Le Département élabore ainsi des conventions de partenariat avec des acteurs de la protection de l’environnement, avec lesquels il partage les mêmes enjeux. Il existe deux types de conventions  : celles qui définissent des objectifs à long terme (4 ans) et des conventions annuelles. Dans ce cadre, le Conseil Départemental accompagne notamment les actions du Conservatoire des 20 CÔTE-D’OR LE MAG’190 MAI 2019 Espaces Naturels de Bourgogne, de la Ligue de Protection des Oiseaux, de la Société d’Histoire Naturelle d’Autun, du Conservatoire Botanique National du Bassin Parisien, de l’Association Bourgogne-Franche-Comté Nature, de la communauté de communes de Gevrey-Chambertin et Nuits-Saint-Georges ou encore de l’association La Choue, qui étudie et protège les rapaces nocturnes. L’info en plus Aujourd’hui, les pollinisateurs présentent un fort déclin et les ruches élisent de plus en plus domicile en ville. Les abeilles semblent y être moins menacées que dans certaines zones rurales. Le Département a souhaité contribuer à ces refuges citadins et à l’activité apicole en installant trois ruches sur un de ses bâtiments dans ses jardins. « Le Département a contractualisé une convention partenariale avec une dizaine d’acteurs oeuvrant dans le champ de la protection de l’environnement en Côte-d’Or. Cela lui permet d’intégrer une stratégie globale en faveur de la biodiversité départementale ».
« « Notre nouveau schéma départemental des ENS et de la biodiversité est transversal et intégrateur. Il a été élaboré en lien avec une vingtaine de partenaires (économiques, associatifs, forestiers, syndicats de rivières, gestionnaires d’espaces naturels, collectivités, Chambre d’Agriculture...), et les services départementaux concernés par la biodiversité (les routes, notamment). Le nouveau schéma 2018-2025 garde les 3 grandes orientations du premier (2012-2017), mais prévoit la mise en œuvre d’actions nouvelles  : actions visant à soutenir les démarches locales de trame verte et bleue, actions destinées à définir des bio-indicateurs dans une perspective d’adaptation au changement climatique et actions permettant de faire connaître le Département comme un acteur majeur de la protection de la biodiversité ». « Jean-Noël THOMAS Chef du service Environnement et Milieux naturels du Département de la Côte-d’Or Arnaud GUILLIEN (EARL de la Croze), agriculteur à Chivres, lauréat du concours général des Prairies fleuries du Salon de l’Agriculture 2017 « Je suis engagé dans une MAE climatique sur 35 ha, qui permet de concilier la valeur agronomique et la valeur écologique des prairies. Mes parcelles en MAE, situées à Chivres, Labergement-lès-Seurre et Trugny, sont des parcelles de fauche où l’on fait du foin en juin-juillet, puis que l’on exploite en pâturages jusqu’en novembre. Cela permet de valoriser l’herbe et de favoriser la biodiversité - 60 espèces végétales y ont été recensées. Je mets en œuvre une gestion extensive des prairies. J’apporte du phosphore et de la potasse sur ces parcelles. Il est important de mettre en lumière les bonnes pratiques des agriculteurs, qui sont trop souvent considérés comme des pollueurs ! » « En finançant les MAE, le Département marque son soutien à une agriculture respectueuse des équilibres environnementaux ». LES MESURES AGRO- ENVIRONNEMENTALES, C’EST QUOI ? En complément de la recherche de maîtrise foncière pour protéger des espaces naturels, le schéma départemental des ENS et de la biodiversité prévoit un soutien à la maîtrise d’usage notamment dans le Val de Saône avec depuis 2013, la contractualisation de Mesures Agro- Environnementales (MAE). Ces MAE visent le maintien de la biodiversité des prairies humides du secteur par la mise en œuvre de pratiques agricoles favorables (retard de fauche, absence de fertilisation…) définies par le Département et animées par la Chambre d’Agriculture de Côte-d’Or et la Ligue pour la Protection des Oiseaux. Les MAE en chiffres Près de 620 ha ont été contractualisés depuis 2013 sur les communes de Chivres et Lamarche-sur-Saône pour un montant de 150 300 € ARNAUD GUILLIEN DANS SA PRAIRIE PRIMÉE AU CONCOURS GÉNÉRAL DES PRAIRIES FLEURIES AU SIA 2017 LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :