[21] Côte-d'Or magazine n°189 avril 2019
[21] Côte-d'Or magazine n°189 avril 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°189 de avril 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Côte-d'Or

  • Format : (210 x 260) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 9,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'agriculture 2.1.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
LE DOSSIER L’AGRICULTURE 2.1 AGRICULTEUR D’AUJOURD’HUI UN MÉTIER EN MUTATION Le métier d’agriculteur connaît depuis de nombreuses années de profondes modifications, parfois subies, parfois initiées par les agriculteurs eux-mêmes. Le monde agricole a connu un enchaînement d’évolutions au long cours, de mutations structurelles progressives inscrites dans les transformations plus globales de la société. Les activités et conditions de travail de l’agriculture ont changé constamment. Elles sont le résultat d’influences locales, d’innovations sociales, de stratégies nationales et européennes... Peu à peu, les agriculteurs ont dû s’adapter aux besoins émergents  : souhait des consommateurs de manger bio et/ou local, nécessité de s’adapter au changement climatique, prise en compte du développement durable dans leurs pratiques culturales, obligation de répondre aux aléas économiques... 18 CÔTE-D’OR LE MAG’189 AVRIL 2019 UNE AGRICULTURE MODERNE La mécanisation et les nouvelles technologies ont conduit les exploitants agricoles à s’adapter à de nouvelles pratiques. L’informatisation des exploitations agricoles, amorcée dans les années 1980, a progressivement modifié leurs modes de gestion, de production et de commercialisation. La modernisation du matériel agricole (équipé de GPS, d’outil d’aide à la décision...) leur permet de gagner en précision et en efficacité. Par ailleurs, les agriculteurs ont ressenti le besoin de se structurer davantage. Aujourd’hui, ils se regroupent de plus en plus, ce qui, avec l’agrandissement de la taille des exploitations favorise l’emploi d’une main-d’œuvre salariée. En France, la part des exploitations ayant recours à de la main-d’œuvre permanente non familiale a doublé en vingt ans pour atteindre 18% en 2013 et 32% pour les grandes exploitations. « Marc FROT Vice-président du Conseil Départemental, Président de la Commission Aménagement du territoire, Économie, Logement, Agriculture et Développement Durable « Le métier d’agriculteur a évolué mais son exercice reste marqué par la tension et le stress, notamment du fait de la volatilité croissante des prix agricoles et des aléas climatiques. S’il est moins pénible physiquement, le travail est certainement plus complexe  : gestion du personnel, tâches administratives, maîtrise de techniques plus pointues, réglementations qui leur semblent parfois déconnectées des réalités du terrain... Mais le Département est aux côtés des agriculteurs pour les aider à s’adapter aux défis d’aujourd’hui ! »
DES REVENUS AGRICOLES SOUS TENSION... SELON LES PRODUCTIONS ! Si l’on se base sur l’assiette de cotisations déclarée annuellement à la Mutualité sociale agricole (MSA) par les agriculteurs, rapportée aux échelles régionale et nationale, la Côte-d’Or est dans une situation contrastée en termes de revenus agricoles. Elle appartient à la même strate que la région du Bordelais ou aux plaines du bassin parisien. Toutefois, la distribution territoriale des revenus agricoles est très inégale en Côte-d’Or ! Les revenus tirés de la viticulture dans le Beaunois peuvent être jusqu’à trois, voire quatre fois plus importants que les revenus agricoles du nord-ouest du département (Châtillonnais et Montbardois). La filière viticole côte-d’orienne est en effet économiquement forte, dynamique, génératrice d’emplois. À l’inverse, l’élevage allaitant et laitier est nettement moins rémunérateur, tout comme les productions végétales dans certaines zones. Au niveau national, toutes productions confondues, la MSA estime qu’en 2016, 30% des agriculteurs avaient un revenu inférieur à 350 € par mois, tandis que la moyenne du revenu mensuel se situait entre 1 083 et 1 250 € . 40 000 salariés agricoles en Côte-d’Or Un quart des exploitations agricoles côte-d’oriennes emploie au moins un salarié agricole permanent en dehors du cadre familial 14% du travail agricole réalisé en Côte-d’Or l’est grâce à des salariés saisonniers ou occasionnels 45% des exploitants installés déclarent travailler plus de 50 h/semaine, contre 3% des salariés des exploitations agricoles 85% des exploitants installés déclarent travailler 6 ou 7 jours par semaine (contre 8% des salariés) AGRICULTEUR  : UN BEAU MÉTIER... PARFOIS DÉVALORISÉ ! L’agriculture est un beau métier, mais c’est un métier difficile souvent entaché de préjugés. Les stéréotypes sont tenaces et des images héritées du passé sont véhiculées, qui n’ont rien à voir avec la réalité ou les conditions effectives d’exercice du métier. Pourtant les agriculteurs d’aujourd’hui conduisent de multiples démarches pour améliorer leur façon de produire ou d’élever la qualité de leurs productions  : conduites culturales raisonnées, respect des protocoles sanitaires, démarches qualité... Par méconnaissance, les agriculteurs souffrent encore trop souvent d’une image négative renvoyée par la société ou les media. C’est d’autant plus difficile à vivre qu’auparavant le métier d’agriculteur était associé à une image valorisante. LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :