[21] Côte-d'Or magazine n°127 décembre 2012
[21] Côte-d'Or magazine n°127 décembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°127 de décembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de Côte-d'Or

  • Format : (220 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 11 Mo

  • Dans ce numéro : circulation hivernale, vigilance maximale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
TRIBUNES LIBRES > Le groupe des Forces de Progrès• Michel BACHELARD (Dijon II)• Noël BERNARD (Genlis)• Yves COURTOT (Pouilly-en-Auxois)• Jean ESMONIN (Chenôve)• Roger GANEE (Saint-Jean-de-Losne)• Pierre GOBBO (Arnay-le-Duc)• Robert GRIMPRET (Montbard)• Gérard LEGUAY (Selongey)• Céline MAGLICA (Dijon V)• Alain MILLOT (Dijon VII),• Patrick MOLINOZ (Venarey-Les Laumes)• Gabriel MOULIN (Bligny-sur-Ouche)• Jean-Paul NORET (Laignes)• Jean-Yves PIAN (Dijon VIII)• Pierre POILLOT (Liernais)• Roland PONSAÂ (Dijon IV)• Colette POPARD (Dijon III)• Pierre-Alexandre PRIVOLT (Nuits-Saint-Georges)• Jean-Claude ROBERT (Gevrey-Chambertin)• Paul ROBINAT (Sombernon) GROUPE DES FORCES DE PROGRÈS Socialiste, radical et divers gauche SOLIDARITÉ : LES NON-BÉNÉFICIAIRES PLUS NOMBREUX QUE LES FRAUDEURS ! Il serait bon que le Président du Conseil général et sa majorité s’intéressent aux travaux menés par les spécialistes dont les conclusions sont limpides : en matière d’allocations de solidarité, le non-recours est nettement supérieur aux fraudes constatées. Ce n’est pas une raison pour abandonner toute poursuite contre les fraudeurs. Sous réserve qu’il s’agisse bien de fraude. Car à l’examen en Côte-d’Or, de nombreux « fraudeurs » sont en réalité les victimes de la non-communication entre le Conseil général et les autres organismes (CAF,…). Faute de coordination et d’information, des bénéficiaires ont cumulé des prestations non compatibles en l’absence de tout contrôle entre 2009 et 2012. sommes versées au titre de la Prestation de Compensation du Handicap ou de l'Allocation Personnalisée d'Autonomie. En réalité, le département n’a pas le choix des sommes et des allocations versées : elles sont de droit quand une personne répond aux conditions pour en bénéficier. Le Président du Conseil général a-t-il fait estimer le nombre de bénéficiaires potentiels qui ne demandent rien alors qu'ils le pourraient en Côte-d'Or ? Pour ce qui nous concerne, nous refusons d’entretenir un discours populiste droitier indigne et dangereux : les plus fragiles ne sont pas des « assistés-fraudeurs » qui profitent de « travailleurs surtaxés ». La solidarité n’est pas un vain mot. Le département de la Côte d’Or comme tous les autres départements assure en première ligne les solidarités intergénérationnelles. Son rôle d’amortisseur social en période de crise est essentiel. Et il est inacceptable de pointer du doigt certains comportements ou des situations très minoritaires pour mieux stigmatiser l’abondance de « largesses » injustifiées. Le montant mensuel du RSA ne constitue pas une "rente" très élevée. Pas plus que les autres La hausse mécanique du nombre de bénéficiaires du côté des dépenses et la stagnation des compensations apportées par l’Etat du côté des recettes constitue ce qu’on appelle l’effet ciseaux sur les budgets départementaux. La vraie porte de sortie de cette impasse ne consiste donc pas à stigmatiser des « profiteurs » mais bien à retrouver des marges d’autonomie financière à l’exact opposé de l’endettement galopant pratiqué en Côte-d’Or depuis 2008 ! Vous pouvez accéder à l’ensemble de nos interventions et nos propositions en session du Conseil général sur notre site : www.forcesdeprogres.net. Les propos contenus dans les articles d’expression des groupes d’élus n’engagent pas la responsabilité du Directeur de la publication. 30 Côte-d’Or magazine I N°127 I Décembre 2012
TRIBUNES LIBRES GROUPE INITIATIVES CÔTE-D’OR UMP - Nouveau Centre - Indépendants LAÏCITÉ BIEN COMPRISE NE SIGNIFIE PAS EXCLURE Lors de la session du 23 novembre la gauche départementale, dans une attitude constante, a, une nouvelle fois, attaqué les dotations accordées par le Conseil Général aux collèges privés. Outre le fait que ces contributions sont des contributions obligatoires, il s’agit pour nous d’une question de justice et d’équité pour les plus de 3 400 élèves des 7 collèges privés de Côte-d’Or. Inscrite dans le marbre constitutionnel de notre république, la liberté d’enseignement fait partie des principes les plus forts qui existent dans notre pays. Elle procède de la liberté de conscience et d’éducation, laïque ou confessionnelle, qui est reconnue aux parents. Nous considérons, pour notre part, que cette liberté doit être garantie et respectée car, tout autant que les collèges publics, les collèges privés participent au service public de l’éducation et l’enseignement privé a toute sa part dans la réussite des élèves. Conseil Général avec la Fondation des Orphelins Apprentis d’Auteuil, au motif qu’elle serait « catholique ». Or cette fondation, reconnue par l’Etat d’utilité publique, éduque et forme plus de 13 000 jeunes en difficulté chaque année, et ce depuis plus de 83 ans. Pour notre part, nous souhaitons que le Conseil Général puisse s’appuyer sur tous les acteurs qui participent aux solidarités humaines dans notre département et qui justifient d’un savoir-faire et d’une expertise unanimement reconnus. A ce titre, nous travaillons également en partenariat avec la Fondation Emmaüs et le Secours Catholique dont nul n’ignore les fondements spirituels et l’action au bénéfice de tous. Il est vraiment dommage que des élus qui se réclament de la justice et de l’équité s’éloignent de ce chemin par pur dogmatisme. Les différentes études menées sur le parcours des élèves démontrent d’ailleurs une grande mixité dans les parcours car de nombreux élèves accomplissent leur scolarité aussi bien dans le public que dans le privé. Nous nous réjouissons que la guerre scolaire, dont certains semblent nostalgiques, ne soit aujourd’hui qu’un lointain souvenir. Dans une logique similaire, nous avons regretté que l’opposition critique une action menée par le En essayant de rallumer des conflits qui n’ont aujourd’hui plus lieu d’être, ils cherchent à interdire l’action publique et solidaire à tous les acteurs qui fondraient leur action sur une philosophie religieuse. Pour nous la laïcité est une valeur fondamentale de notre république et ne se construit pas dans l’exclusion publique d’une partie de nos concitoyens. > Le groupe de la Majorité Départementale• Joël ABBEY (Pontailler-sur-Saône)• Charles BARRIÈRE (Is-sur-Tille)• Emmanuel BICHOT (Nolay)• Hubert BRIGAND (Châtillon-sur-Seine)• Emmanuelle COINT (Seurre)• François-Xavier DUGOURD (Dijon VI)• Martine EAP-DUPIN (Précy-sous-Thil)• Marc FROT (Baigneux-les-Juifs)• Dominique GIRARD (Auxonne)• Alain HOUPERT (Grancey-le-Château)• Henri JULIEN (Aignay-le-Duc)• Anne-Catherine LOISIER (Saulieu)• Catherine LOUIS (Saint-Seine-l’Abbaye)• Georges MORIN (Montigny-sur-Aube)• Gilbert MENUT (Fontaine-lès-Dijon)• Marc PATRIAT (Semur-en-Auxois)• Jean-Pierre REBOURGEON (Beaune Sud)• Ludovic ROCHETTE (Dijon I)• François SAUVADET (Vitteaux)• Denis THOMAS (Beaune Nord)• Laurent THOMAS (Mirebeau-sur-Bèze)• Nicolas URBANO (Fontaine-Française)• Claude VINOT (Recey-sur-Ource) Côte-d’Or magazine I N°127 I Décembre 2012 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :