[19] Corrèze Magazine n°147 jui/aoû/sep 2020
[19] Corrèze Magazine n°147 jui/aoû/sep 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°147 de jui/aoû/sep 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Corrèze

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 25,8 Mo

  • Dans ce numéro : votre été en Corrèze avec le département.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Social La nouvelle vie de l’EPDA du Glandier La restructuration de l’Etablissement public départemental autonome du Glandier est achevée. Désormais, l’EPDA fonctionne sur quatre sites répondant aux besoins actuels des résidents et des agents. Cette réalisation s’inscrit dans la démarche du Département favorisant l’insertion professionnelle des publics qu’il accompagne dans le cadre de sa politique de solidarité. Les bâtiments de la célèbre Chartreuse du Glandier (fondée au XIII e siècle par les moines Chartreux), sur la commune de Beyssac, ne répondaient plus aux exigences d’accueil de personnes en situation de handicap. Les résidents avaient besoin de locaux plus modernes, notamment en termes d’accessibilité et de fonctionnalité. Cette réhabilitation d’ampleur s’est Les sites de l’EPDA Lubersac - Le foyer de vie compte une quinzaine de places et accueille des personnes ayant travaillé et qui sont en capacité de maintenir un lien social avec le village. Elles sont accompagnées par une équipe pluridisciplinaire dans le but de prévenir les effets du vieillissement et de favoriser l’inclusion sociale. - Le foyer d’hébergement a pour particularité d’avoir une douzaine d’appartements externalisés dans la commune. Ces deux sites partagent le pôle de soins, des locaux de vie communautaire, une salle de restauration et les services techniques qui interviennent sur tous les sites de l’EPDA. - Le Service d’aide par le travail est réservé aux personnes en situation de handicap qui ne peuvent travailler ni en milieu ordinaire ni en entreprise adaptée. appuyée sur un nouveau déploiement des bâtiments dans quatre constructions neuves, à Lubersac, à Vigeois et à Arnac-Pompadour, et il a représenté un investissement de 16 millions d’euros. L’EPDA du Glandier (il a gardé son nom) emploie près de 230 agents  : personnel médical, socio-éducatif et services généraux. Il accueille 270 adultes présentant une déficience intellectuelle C’est une structure qui permet de donner un travail aux différents publics accueillis tout en favorisant leur autonomie sociale. L’insertion en milieu ordinaire de travail est possible dès lors que les capacités sont avérées. Vigeois Le foyer d’accueil et de soins se distingue en proposant une offre renforcée de prise en soins qui nécessite un accompagnement plus soutenu que le volet éducatif. C’est la raison pour laquelle il a été implanté à proximité de la Maison d’accueil spécialisée (les constructions sont reliées) afin de faciliter les mutualisations. Arnac-Pompadour Le foyer de vie est composé de trois unités et il a été pensé afin de faciliter la participation des personnes aux activités, dont celles menées au cœur de la commune dans un pavillon dédié. 18 CORREZE MAG N°147 JUILLET 2020 associée ou non à des troubles moteurs, sensoriels et/ou psychiatriques. Décidés en 2016, les travaux de restructuration ont débuté en 2018 et valident une stratégie d’amélioration des services à la personne et d’inclusion dans la vie locale, deux notions auxquelles le Département est très attaché. Historique de la Chartreuse du Glandier En 1920, la Préfecture de Paris fait l’acquisition du Glandier pour en faire un sanatorium qui sera géré par l’Office Public d’hygiène Sociale du Département de la Seine afin d’y accueillir des jeunes patients atteints de tuberculose. Avec l’éradication de la maladie, le Département de Paris conserve le domaine qui accueille à partir de 1965 des enfants handicapés mentaux, pour la plupart originaires de la région parisienne. Dans les années 1980, il s’est transformé en établissement médico-social pour adultes, avant de devenir, en 2005, l’Établissement public départemental autonome (EPDA) du Glandier.
Témoignages Résidents Véronique F. « Je suis très contente d’être dans un des nouveaux foyers. J’ai une porte pour sortir directement donc on a plus de liberté. Ce n’est plus la peine d’attendre pour aller à la douche parce qu’on l’a dans la chambre, et pareil pour les toilettes. Ça nous change la vie, je suis contente d’être là ! Jean-Louis G. « Ça me plait. On est bien ici parce qu’on a une chambre avec salon et salle de bain et parce que c’est plat. Au château il y avait des escaliers et l’ascenseur. C’est mieux ici parce qu’on est plus suivi que quand on était à la résidence. J’ai une voiture sans permis et il y a assez de place pour me garer. MaximeL. Aide-soignante Christèle V. Employée depuis 2006 « « Au château, c’était dur de monter et descendre l’escalier. Les chambres n’étaient pas assez confortables et étaient vieilles. Désormais nos heures de repas sont décalées afin de faciliter l’accès à la restauration et ne plus manger en même temps que les résidents du foyer. C’est plus confortable. « J’ai vu évoluer les différents projets de restructuration nécessaire pour accompagner au mieux les personnes accueillies. L’accessibilité pour les résidents était compliquée à la Chartreuse du Glandier comme au Château de Lubersac. La fonctionnalité des chambres était devenue obsolète. J’avais toutefois du mal à me projeter et craignais quant à l’adaptation des résidents aux nouveaux sites. Certains ont presque toujours vécu à la Chartreuse du Glandier, dans un cadre repérant. Cependant, l’information au fur à mesure de l’avancée des travaux et les réunions d’information sur les projets de chaque site ont porté leurs fruits. Maintenant que nous y sommes, je trouve qu’un établissement de plain pied offre un cadre de vie et de travail plus agréable. Nous avons réfléchi à de nouvelles pratiques professionnelles. La modernité des locaux et le fait d’avoir une salle de bain individuelle sont de grandes avancées. Nous avons fait un bond en avant pour la socialisation et l’inclusion des personnes en situation de handicap, en demande de lien et reconnaissance sociale. « « CORREZE MAG N°147 JUILLET 2020 Social 4 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :