[19] Corrèze Magazine n°145 jan/fév/mar 2020
[19] Corrèze Magazine n°145 jan/fév/mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°145 de jan/fév/mar 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Corrèze

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : viabilité hivernale, pour la sécurité et le confort des usagers.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
La santé et l’accès aux soins figurent aujourd’hui parmi les principales préoccupations des Corréziens. En Corrèze, si l’offre hospitalière et médicosociale s’avère très satisfaisante, il n’en va pas de même pour l’accès aux soins de proximité en médecine générale  : une très grande partie du territoire est classée en zone déficitaire par l’Agence Régionale de Santé Nouvelle Aquitaine (ARS). En complément de toutes les initiatives privées ou publiques dans ce domaine, le Conseil départemental a fait le choix d’agir pour garantir à tous les Corréziens, quel que soit leur lieu d’habitation, Une organisation territoriale souple et efficace Le Centre départemental de santé a été conçu pour répondre aux besoins sur les territoires en carence, sans créer de concurrence entre les différents modes d’accès à la médecine générale. 12 Dossier 4 Un accès aux soins de proximité pour les Corréziens L’ouverture récente des deux antennes du Centre départemental de santé, à Egletons et Neuvic, s’inscrit dans la cadre du plan Ambition Santé voulu par le Conseil départemental pour anticiper le déficit de médecins généralistes en Corrèze. Deux centres sont aujourd’hui opérationnels. Le centre Corrèze Santé d’Égletons, par sa position géographique centrale en Corrèze et un accès autoroutier direct, permet de rayonner en tout point du département. Il est aussi le « siège » du Centre départemental de Santé avec une équipe administrative de 3 personnes assurant le secrétariat médical et la gestion administrative et financière centralisée. Installé à proximité immédiate de la Maison de Santé Pluridisciplinaire du Pays d’Égletons un accès à des soins de qualité et de proximité. Le Département a ainsi lancé son plan Ambitions Santé Corrèze, comportant de nombreuses actions, p armi lesquelles la création du Centre départemental de Santé Corrèze Santé. Ce dernier intervient sur des territoires souffrant d’un manque de médecins généralistes. Une première antenne a ouvert à Egletons, puis une seconde à Neuvic, en attendant Bort-les- Orgues, Sornac et Chamberet, une fois le recrutement des médecins effectué. La situation médicale en Corrèze La Corrèze compte 240 000 habitants. dans un objectif de cohérence et de complémentarité, il est composé de deux cabinets de consultation et d’un espace d’accueil et administratif. Le second centre a été mis en place fin septembre, au sein de la Maison de Santé Pluridisciplinaire de Neuvic. Trois nouvelles ouvertures sont programmées dans les semaines et les mois à venir dans les communes de Bortles-Orgues, Sornac et Chamberet. Le centre de Sornac sera installé dans des locaux mis à disposition par la Commune CORREZE MAG N°145 JANVIER 2020 Les personnes âgées de plus de 65 ans représentent aujourd’hui 25% de la population corrézienne et seront 33% en 2040. Cette perspective représente un défi pour notre département avec des besoins médicaux croissants dans les décennies à venir. En Corrèze, on estime à 20% le nombre de personnes sans médecin traitant. 1 médecin sur 4 devrait cesser son activité d’ici 2025. En parallèle, 35% des médecins généralistes corréziens ont plus de 60 ans, et les 2 autres centres de Bort-les-Orgues et Chamberet seront installés dans les Maisons de Santé déjà existantes. De nouvelles ouvertures de centres pourront être décidées au fil des recrutements et en fonction des besoins locaux, permanentes ou temporaires de manière à couvrir un besoin plus ou moins ponctuel (absence de longue durée d’un médecin, phase de transition dans la reprise d’un cabinet…).
Marilou PADILLA- RATELADE Conseillère départementale d’Ussel Présidente de la commission cohésion sociale du Département Pour quelles raisons le Département a décidé la mise en place du Centre départemental de santé ? Parce que la santé est une des principales préoccupations des Corréziens et que nous faisons partie des départements en déficit du nombre de médecins généralistes. Nous avons pris contact avec le Département de la Saône-et-Loire qui, le premier a créé un centre départemental de santé pour pallier au manque de médecins et répondre aux besoins de la population. Nous avons visité ce centre, avons pris des idées et les avons adaptées en fonction des besoins identifiés. Nous avons pris en compte les estimations données par l’Agence Régionale de la Santé sur la partie du territoire la plus en difficulté pour trouver des médecins. Le choix s’est porté sur Egletons parce que c’est une commune centrale dans le département et par rapport à la zone déficitaire. Comment fonctionne Corrèze Santé avec le Département ? Le Centre départemental de santé dépend du Conseil départemental puisque c’est ce dernier qui salarie les médecins qui y travaillent. Nous pratiquons le tiers-payant, les honoraires sont perçus par le centre de santé qui a sa propre comptabilité en lien avec la CPAM comme dans un cabinet médical classique. Corrèze santé, ce n’est pas un bâtiment  : c’est un esprit, une organisation. Est-ce le rôle d’un Département ? Le travail du Département c’est la cohésion sociale, c’est le maintien des populations sur tous les territoires, et de faire en sorte que tous les Corréziens aient les mêmes droits et puissent trouver les mêmes services. La santé fait partie de ces besoins. Nous sommes très bien dotés en centres hospitaliers et en centres médico-sociaux mais nous avons un déficit réel en médecins pour pouvoir assurer un service de proximité aux Corréziens. Pour qu’ils puissent vivre au pays, il faut qu’ils puissent s’y soigner. Dans la première partie de mise en service du Centre d’Egletons, 200 consultations ont été données en quelques jours. C’est la preuve qu’il y avait une attente réelle. Si Corrèze Santé disparaît c’est qu’on aura complètement rempli notre mission, c’est qu’on aura trouvé suffisamment de médecins qui ont pu un moment donné pallier au manque et qu’ils ont fini par s’installer. Des médecins qui ont la Corrèze en cathéter Dossier4 Pour répondre aux enjeux en matière d’offre de soins et d’attractivité médicale, le Conseil départemental a établi, en concertation avec ses partenaires (ARS, CPAM, MSA, Ordre des Médecins, professionnels de santé, élus locaux) un plan qui se développe autour de 3 actions phares. Il y a d’abord le soutien à l’implantation des maisons et pôles de santé pluriprofessionnels. La Corrèze en compte actuellement 16 sur son territoire et 3 sont en projets à Juillac, Arnac- Pompadour, Saint-Privat. Ces structures sont aujourd’hui indispensables pour mailler le département et attirer des professionnels. Pour faciliter leur implantation, le Département a fait le choix d’accompagner les collectivités avec une aide à l’investissement pouvant atteindre 100 000 € par projet. Ensuite, des mesures d’accompagnement financier ont été décidées pour les étudiants et internes en médecine pour favoriser l’installation de ces derniers en Corrèze. Le Département a mis en place une aide aux étudiants en 3ème cycle de médecine venant faire leur stage en Corrèze, en contrepartie d’une installation future dans le département pendant 5 ans. Un jeune étudiant vient d’ores et déjà de s’engager dans cette démarche lors de la rentrée universitaire 2019 et s’installera en Corrèze en 2021. CORREZE MAG N°145 JANVIER 2020 Enfin, le Centre Départemental de Santé Corrèze Santé. Pour élaborer son projet, le Conseil départemental s’est inspiré du projet de Centre de Santé Départemental développé en Saône-et-Loire depuis 2 ans. Avec ce projet, le Département propose une alternative pour les médecins qui souhaitent s’installer à la campagne, travailler en salariat et en équipe, tout en étant délestés de la charge de travail administratif et en ayant le choix du temps de travail. 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :