[19] Corrèze Magazine n°142 avr/mai/jun 2019
[19] Corrèze Magazine n°142 avr/mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°142 de avr/mai/jun 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Corrèze

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 8,7 Mo

  • Dans ce numéro : coupe du monde de kayak à Treignac.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Dossier Social 20 La parole  : une alternative aux poursuites Depuis une dizaine d’années, des stages de responsabilité parentale sont mis en place en Corrèze, à l’adresse des parents, notamment dans le cadre d’une peine de substitution. Ce stage est mis en place à la demande du procureur de la République (ou du tribunal correctionnel) dans le cadre d’une peine de substitution, d’une peine complémentaire ou d’une alternative aux poursuites. Le stage se déroule en trois séances collectives réparties sur un trimestre et il fonctionne sous la forme de groupes de parole dans l’objectif de soutenir la parentalité et de prévenir les risques de répétition. Valoriser les échanges entre enfants et parents, ajuster les postures et les solutions en réponse à la variété des problématiques, et favoriser l’entraide sont également des attendus de ces séances. A l’issue du stage, une attestation de présence est remise aux parents et une autre est transmise à l’institution judiciaire. A partir de la plateforme en ligne, le service CVCatcher analyse les compétences du demandeur d’emploi et récupère les annonces qui lui correspondent. Le lien mis en place par le Département sur le site de Boost Emploi est d’une grande simplicité de fonctionnement. Une fois le lien activé, CVCatcher télécharge le CV puis, après analyse, sélectionne les annonces correspondant aux attentes et aux compétences Du nouveau en ligne de la personne. Le candidat est ainsi projeté dans un espace personnalisé avec des offres au plus près de son profil. www.correzeboostemploi.fr A noter  : Jeudi 20 juin - Forum BoostEmploi à Lubersac Assistant familial, une vocation nécessaire Fin 2020, près d’un tiers des assistants familiaux de la Corrèze sera parti à la retraite. Le service de l’Aide Sociale à l’Enfance du Conseil départemental poursuit plus que jamais sa campagne de recrutement. Sept et sept. Les deux dernières promotions (octobre et février) post-formation mises en place par le Département pour préparer au métier ont permis à 14 assistants familiaux de réaliser leur premier accueil. Alors que le Département a besoin de 50 assistants familiaux, 23 ont déjà été recrutés à ce jour. Pour eux, il s’agit d’une prise en charge au quotidien  : hébergement, nourriture, hygiène, santé, suivi scolaire, loisirs... mais également de poser un cadre et des repères éducatifs, sans oublier un travail d’écoute et d’observation. L’assistant familial travaille en étroite collaboration avec des travailleurs sociaux, des psychologues, et des partenaires médico-éducatifs, afin de rendre compte des observations de la vie de l’enfant, d’évoquer les difficultés rencontrées, et de participer à des groupes d’échanges. Travailleur social, salarié du Conseil départemental, l’assistant familial bénéficie d’un contrat à durée indéterminée et perçoit un salaire mensuel variable selon le nombre d’enfants accueillis ainsi que des indemnités d’entretien pour subvenir aux besoins de l’enfant. 05 55 93 73 52 pmi@correze.fr
Annick TAYSSE Conseillère départementale de Tulle Restrictions… Faire des économies, c’est souhaitable si c’est pour se donner les moyens d’alléger le fardeau de la fiscalité des Corréziens (en baissant le taux de la taxe foncière par exemple) ou pour dépenser davantage sur des projets réellement utiles aux citoyens. Mais faire des coupes sombres, année après année, dans le secteur social, compétence principale des Christophe ARFEUILLERE 1er Vice-président du Conseil départemental Renforcer la justice sociale Après une large concertation avec les Corréziens, au fil des réunions cantonales et avec le budget participatif, nous venons d'adopter le budget 2019 du Département. Fidèle à nos engagements, ce budget réaffirme les grands marqueurs politiques de notre majorité  : - la proximité, - le soutien à l'activité économique et à l'emploi, - l'équilibre des territoires, - et la justice sociale. Départements, c’est pénaliser les personnes les plus fragiles. Et pourtant, c’est ce que font les élus de la droite départementale depuis 4 ans. Le souhait des personnes âgées, en Corrèze comme ailleurs, est de rester le plus longtemps possible à leur domicile, de retarder leur entrée en EHPAD pour conserver leur cadre familier et souvent aussi pour des raisons financières. Pourtant, depuis 2015, les élus de la majorité départementale ont fait des choix politiques qui réduisent de manière significative l’aide à domicile ou APA (allocation personnalisée à l’autonomie) permettant aux personnes âgées en perte d’autonomie de bien vieillir chez soi. Amputées de plusieurs millions d’euros, ces aides touchent de moins en moins de personnes âgées  : en trois ans, la chute a atteint près de 30%, soit 1.455 bénéficiaires en moins, dans un département pourtant caractérisé par le vieillissement de sa population ! Depuis 2015, nous avons remis la justice sociale au cœur de nos politiques de solidarité. Notre politique d'insertion professionnelle a permis de réduire de 15% en 3 ans le nombre de bénéficiaires du RSA en Corrèze, contre seulement 5% au niveau national. Nous avons misé sur l'accompagnement au retour à l'emploi et généralisé les contrats d'engagements réciproques, fixant les droits et les devoirs de chacun. Pour 2019, nos priorités sont la santé, l'enfance, les personnes âgées et handicapées, en mobilisant 3,3 millions d'euros de plus qu'en 2018. Pour les personnes âgées, le budget 2019 s'élève à 46 millions d'euros, soit 1,3 million d'euros supplémentaire, dont 1 million pour l'APA (Allocation Personnalisée pour l'Autonomie). Depuis 2016, le nombre de nouvelles demandes d'APA a diminué avec l'application de la loi "d'Adaptation de la Société au Vieillissement", voulue par François Hollande, qui intègre désormais les revenus et le patrimoine dans les modalités de calcul. Expression politique La majorité de droite a même fait supporter aux bénéficiaires de l’APA un surcoût de 5 € par heure d’aide à domicile (soit 40 € par mois et par personne en moyenne) en faisant passer cette taxe pour une « contribution au redressement des comptes publics de la nation ». Pour bon nombre de personnes âgées, cette politique se traduit par une réduction significative de la qualité des services assurés à domicile. Telle est la réalité derrière les belles intentions affichées dans le nouveau schéma de l’autonomie et les discours très prometteurs sur la mise en œuvre d’une « politique du bien vieillir en Corrèze ». Les élus de la droite ont pris le parti de pénaliser nos aînés, des Corréziennes et des Corréziens parmi les plus fragiles. Tel n’a jamais été et ne sera jamais notre choix. www.correzeagauche.fr En parallèle, nous portons un effort particulier en prenant en charge à 100% les prestations pour les Corréziens ne disposant que du minimum vieillesse. En complément, un système de "cousu main" permet d'examiner, au cas par cas, les situations individuelles particulières justifiant un effort financier de la collectivité. Si le nombre de bénéficiaires s'est légèrement réduit en Corrèze, il reste bien supérieur à la moyenne nationale, et comparable aux départements voisins  : 4,6% des Corréziens âgés de plus de 60 ans sont bénéficiaires de l'APA. Ce taux est de 3,7% au niveau national, 4,3% en Haute-Vienne et 4% dans le Puy de Dôme. Renforcer la solidarité par plus de justice sociale, c'est ce qui guide notre action pour mieux accompagner les Corréziens les plus fragiles. 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :