[19] Corrèze Magazine n°141 jan/fév/mar 2019
[19] Corrèze Magazine n°141 jan/fév/mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°141 de jan/fév/mar 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de la Corrèze

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 8,0 Mo

  • Dans ce numéro : notre année, notre Corrèze.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Culture Rencontre avec Michel Peyramaure 20 Sur la Foire du Livre Cette 37 e édition n’a pas trahi les précédentes. C’est une foire qui s’est déroulée avec un peu moins de vedettariat que d’habitude, semblet-il. Ce que je regrette, c’est qu’il n’y ait pas davantage de places pour les auteurs régionaux. Ils sont légion en Corrèze, l’un des départements de France les plus riches en auteurs. J’ai participé à toutes les foires du livre depuis sa création. Elle évolue au sein d’une structure très stable, il n’y a jamais de surprise désagréable. J’en suis satisfait car la Foire du livre c’est un peu ma création. C’est parti d’une idée d’un certain Georges Deswell, relieur à Brive, au cours d’un repas à la Crémaillère, avec des amis. La première s’est déroulée avec le soutien de l’éditeur Robert Laffont et de son directeur littéraire Jacques Peuchmaurd. Françoise Ségéral faisait partie de l’équipe. Sur la Corrèze J’ai beaucoup écrit sur l’histoire de la Corrèze. Le plus célèbre est probablement « Le bal des Ribaud », mon deuxième livre. Il a fait un tabac. Il se déroule en Corrèze, aux temps médiévaux. Il est encore en vente. J’ai trouvé une expression pour définir la Corrèze  : la douceur sauvage. A bientôt 97 ans, le chef de file de l’Ecole de Brive n’a pas posé la plume et les ouvrages se bousculent sur ses claviers. Michel Peyramaure livre quelques pensées et mots sur sa passion de toujours  : l’écriture. Sur ses lecteurs Ils aiment mes livres, je crois, parce qu’ils aiment l’Histoire. Je ne suis pas un historien mais je me passionne pour l’histoire depuis mon plus jeune âge. Ce qui leur plait, c’est que ce sont des romans historiques. J’ai d’ailleurs reçu le premier et dernier prix Alexandre Dumas. Cela nécessite un important travail de documentation. Cela me permet de m’enrichir en permanence de nouvelles connaissances. Sur ses projets Je n’ai pas du tout l’intention de déposer la plume. Une série sur les dames de poésie va sortir dès le début de l’année sur cinq poétesses, dont Anna de Noailles. J’ai un ouvrage sur Louis XI et Jean Sans-Peur, c’est-à-dire le Roi contre le Duc de Bourgogne. J’ai également un ouvrage, que je viens de terminer, qui évoque l’avantguerre, la guerre et l’après-guerre vus par une femme qui a quitté Paris pour Veix. J’ai choisi ce lieu car il est en dehors du monde. Sur les critiques Je suis ravi d’avoir de bonnes critiques littéraires. Quant aux mauvaises, je m’en fous. On ne peut pas satisfaire tout le monde, sinon j’aurais des ventes considérables ! Sur l’Histoire L’Histoire amène à créer des personnages qui n’ont pas existé et à les faire vivre dans le contexte historique. Face au personnage historique irréfutable, il y a le personnage fictif qui est là pour renforcer l’action et apporter à l’histoire une sensibilité qui échappe très souvent aux livres d’Histoire proprement dits. Sur la reconnaissance J’ai reçu, cette année, la médaille de la Ville de Brive. Monsieur le maire me l’a remise le soir de l’inauguration de la Foire du livre, en présence de Delphine de Vigan. C’est un geste qui prouve que j’existe et qu’on me reconnaît comme un enfant du pays. Sur les auteurs corréziens Les auteurs corréziens, je les lis, je les aime et les apprécie beaucoup. Beaucoup moins les autres auteurs, ceux de l’édition nationale, que je connais mal et que je ne lis pas. Moi, je suis un classique. Je continue à lire mes auteurs favoris.
Bernard COMBES Conseiller départemental de Tulle L’équité territoriale, une urgence Il y a un an, bien avant le soulèvement des Gilets jaunes, j’avais présenté au Conseil départemental, au nom des élus du groupe Corrèze à gauche, une motion demandant des mesures structurelles en faveur des territoires ruraux comme le nôtre. Cette motion avait été adoptée à l’unanimité. Christophe ARFEUILLERE 1er Vice-président du Conseil départemental Proximité, écoute et respect des engagements  : fil rouge de notre action Près d’un an et demi après l’arrivée du Gouvernement, le nouveau monde poursuit son action tout en restant déconnecté des territoires et des attentes des Français. Pourtant, à l’heure où de nombreux services s’éloignent et que nos concitoyens perdent confiance en la parole politique, l’action de proximité, l’écoute et le respect des engagements sont plus que jamais essentiels. Les choix annoncés par le chef de l’Etat et le gouvernement me font craindre que seule la question du pouvoir d’achat des foyers modestes, certes vitale, sera prise en compte. Et que les territoires ruraux seront une fois de plus les grands oubliés. Les habitants de ces départements ne veulent plus être des citoyens de seconde zone. Les cahiers de doléances remplis par les Gilets jaunes dans bien des mairies corréziennes le montrent amplement. Et les élus de toutes ces communes, qui se battent pour ne pas perdre une école, une entreprise, un bureau de poste ou un guichet de gare, le savent bien. Ce n’est pas du rapiéçage que nous demandons, mais une véritable transfusion sanguine en faveur des espaces ruraux. Des territoires en passe de devenir des déserts économiques, des déserts d’emplois, des déserts de services publics, sans parler des déserts médicaux. Proximité, écoute et respect de nos engagements  : voici le fil rouge qui guide notre action depuis 3 ans. La proximité, elle est d’abord incarnée par les élus de nos communes, en particulier les Maires des petites communes qui rencontrent de plus en plus de difficultés pour exercer leur fonction au fil des années, notamment avec la baisse des dotations financières de l’État. Face à ces difficultés, nous avons fait le choix de soutenir les communes et d’accompagner les Maires dans leurs projets. D’ici 2020, le Département accordera 40 millions d’euros d’aides pour garantir l’aménagement et le développement équilibré de nos territoires. La proximité, elle est aussi essentielle en matière de santé, première préoccupation des Corréziens. Pour faire face à la pénurie de médecins généralistes, nous avons récemment adopté un plan « Ambitions Santé Corrèze ». Le Département va recruter 10 médecins pour garantir une santé de qualité et de proximité à tous les Corréziens. La proximité, c’est aussi accompagner les plus fragiles en les aidant à retrouver le chemin de l’emploi. Expression politique La motion adoptée il y a un an demandait des mesures fiscales fortes, y compris par la création de zones franches, en faveur des entreprises, des artisans et du commerce de proximité implantés dans les territoires les moins peuplés ou qui perdent des habitants comme la Corrèze. Si on veut rétablir de l’équité territoriale dans notre pays, « il convient de prélever durablement sur les territoires qui reçoivent toujours plus pour donner à ceux qui reçoivent toujours moins », disait la motion. C’est plus que jamais d’actualité. Il y a urgence. À toutes les Corréziennes et à tous les Corréziens, les élus de gauche souhaitent une meilleure année 2019. Et que cet appel soit entendu. www.correzeagauche.fr Depuis 3 ans, nous avons des résultats très encourageants en Corrèze avec une diminution de 15,1% du nombre de bénéficiaires du RSA contre une baisse de seulement 6% au plan national sur la même période. La proximité est aussi au cœur de notre programme « Corrèze 100% Fibre 2021 ».Garantir le Très Haut Débit pour tous et partout, nous tiendrons cet engagement en raccordant en priorité les zones rurales actuellement les moins bien desservies. La proximité, c’est aussi la vie associative de nos territoires. Cette année encore, nous maintenons les budgets consacrés aux associations culturelles et aux clubs sportifs qui contribuent pleinement au bien-vivre ensemble en Corrèze. Nous restons à votre écoute et, comme chaque année, nous viendrons à votre rencontre dans les prochaines semaines lors des réunions cantonales pour recueillir vos attentes et échanger avec vous sur les actions et projets du Département. Au nom de l’ensemble des élus de la majorité, je souhaite, à chacune et à chacun d’entre vous, une très bonne et heureuse année 2019. 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :