[18] Cher magazine n°32 sep/oct 2011
[18] Cher magazine n°32 sep/oct 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de sep/oct 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Cher

  • Format : (215 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : pas de congés pour les travaux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 le Cher en actions solidarité le cher en actions i Après un handicap i Apprendre un nouveau métier À Vouzeron, le Centre de rééducation professionnelle et sociale Louis Gatignon forme avec succès des adultes qui ne peuvent plus exercer leur profession d’origine du fait d’un handicap dû à un accident, une maladie, une allergie*… Le centre est cl assé parmi les meilleurs établissements français de rééducation professionnelle et sociale. De la boulangerie à l’expertise comptable Les stagiaires sont accompagnéS de l a construction de leur projet à leur recherche d’emploi. Depuis son ouverture, en 1985, le Centre Louis Gatignon a accueilli 1 500 stagiaires. Il en reçoit annuellement 86, en internat pour la plupart, et leur assure des formations qualifiantes en adéquation avec les besoins des entreprises**. Sa mission est d’accompagner chacune et chacun dans sa réinsertion professionnelle et sociale en faisant vivre les valeurs fondatrices de l’association Ambroise Croizat dont il dépend. Solidarité, fraternité et respect mutuel trouvent leur expression concrète grâce à l’interdisciplinarité entre l’équipe pédagogique et l’équipe médicopsycho-sociale qui permet de prendre en compte chaque stagiaire dans sa globalité. « Il faut bien se rendre compte que c’est un redémarrage à zéro, dit Bruno Cassan, Responsable pendant dix ans du rayon boulangerie d’une grande surface, Stéphanie a dû se reconvertir professionnellement en raison d’une malformation des hanches. Orientée vers la comptabilité, elle a achevé, le 30 juin dernier, une formation de 18 mois au Centre Louis Gatignon. Dès le 1er juillet, elle commençait à travailler dans un cabinet d’expertise comptable dans le cadre d’un contrat professionnel de deux ans pour obtenir le BTS. « Au centre, la formation est très complète. On apprend à travailler en autonomie tout en étant très soutenu. On peut avoir recours au psychologue, à l’infirmière, au médecin, au kinésithérapeute, à l’assistante sociale… C’est vraiment adapté aux besoins de chacun. » directeur. Nous accompagnons les personnes dans la construction de leur projet, dans leur apprentissage et leur recherche d’emploi. Avec le développement de l’autonomie et de la confiance en soi, c’est aussi une réappropriation de la citoyenneté qui s’opère. » Facultative, la participation à l’animation socioculturelle, avec ses différents ateliers, des sorties, l’accueil d’expositions et d’artistes, joue un rôle important dans l’épanouissement des stagiaires. 83% d’entre eux obtiennent le diplôme complet et 99% une partie du titre professionnel. 78% sont professionnellement réinsérés au bout d’un an. Ces résultats placent le Centre Louis Gatignon parmi les cinq meilleurs établissements français du même type. Nadia Monteggia * Le handicap doit être reconnu par la Maison départementale des personnes handicapées. ** Sept formations : agent administratif, secrétaire assistant-e, secrétaire comptable, comptable assistant-e/agent de maintenance sur équipements bureautiques, technicien-ne d’assistance informatique/électronicien-ne de contrôle de maintenance. Les titres professionnels sont validés par le ministère du Travail.
i rentrée 2011 i Cinq mesures pour les familles Avec la mise en œuvre concrète de ces propositions complémentaires, la majorité de gauche du Conseil général renforce son action en faveur de l’emploi, de l’économie locale, de la défense du pouvoir d’achat et d’un meilleur maillage du territoire par les services publics. Transport gratuit pour les élèves stagiaires. Désormais les collégiens, les lycéens et les étudiants qui doivent participer à des stages en entreprise dans le cadre de leur formation bénéficieront de la gratuité des transports sur le réseau public Lignes 18. Jusqu’à maintenant cette gratuité concernait les seuls trajets domicile/établissements scolaires. Relais pour les collégiens en recherche de stage. Il est parfois difficile pour des familles et des collégiens connaissant mal les réseaux d’entreprises ou nouvellement arrivés dans le Cher, de trouver et d’obtenir des stages en entreprise conformes à leur cursus scolaire. Le Conseil général veut mener dans ce but une campagne de sensibilisation auprès des employeurs et établir un relais entre le collégien et l’entreprise. Contrats d’insertion pour les demandeurs d’emploi. En aidant financièrement la mise en place de 115 contrats uniques d’insertion, le Conseil général contribue à favoriser l’embauche par les employeurs des bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) et des jeunes en besoin d’emploi. Ces contrats uniques d’insertion peuvent être à durée indéterminée. Ceux en contrat à durée déterminée doivent au moins durer six mois et peuvent aller jusqu’à 24 mois. développement le Cher en actions Appliquées dès cette rentrée de septembre, les cinq mesures cidessous répondent à des besoins exprimés lors des élections cantonales de mars dernier. Elles s’adressent aux familles, aux collégiens, aux personnes en recherche de travail. Alain Raynal Des services publics au plus près. Il s’agit de rapprocher toujours plus les habitants et les territoires des services publics départementaux. C’est ainsi que le Conseil général valorise les missions confiées aux six Maisons des solidarités (lire dossier dans ce numéro) qui ouvriront toutes d’ici 2013 et dont le but consiste à assurer le maillage des services départementaux sur tout le territoire. Avec ce même objectif, les élus veulent accroître la portée d’« Atout 18 », le plan Internet pour tous. Produits locaux pour les restaurants scolaires. Le Conseil général engage une réflexion afin de valoriser l’utilisation prioritaire des productions agricoles locales pour la restauration scolaire. À l’issue de cette étude, la création d’une centrale d’achat pourra être envisagée lorsque ce dispositif sera assuré de favoriser réellement l’activité agricole locale en fonction des besoins de restauration. Qui contacter ? pour en savoir plus : • 02 48 27 80 00, selon votre demande, le standard vous mettra en relation avec le service concerné.• www.cg18.fr cher magazine | n ° 3 2 | septembre - octobre 2011 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :