[18] Cher magazine n°32 sep/oct 2011
[18] Cher magazine n°32 sep/oct 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de sep/oct 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Cher

  • Format : (215 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : pas de congés pour les travaux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 Maisons des solidarités dossier 36 projets avec des communes et des associations sont en cours, 22 nouveaux emplois ont déjà été créés (…) Parole de… cher magazine | n ° 3 2 | septembre - octobre 2011 atelier multi-activités pour enfants et parents, espace informatique, réunions entre parents. Plusieurs associations assurent des permanences : France Alzheimer18 informe et soutient les familles de malades, les bénévoles du Centre de ressources illettrisme et analphabétisme animent un atelier de lutte contre l’illettrisme, une consultation en addictologie est également assurée. Un garage associatif solidaire mène une action d’insertion et répare à moindres coûts les véhicules des plus démunis… Plusieurs associations tiennent des permanences, comme France Alzheimer 18. Marie-Christine Gondek Encadrante technique de l’équipe médico-sociale « Le projet de la Maison des solidarités a nécessité une modification de nos façons de travailler et j’apporte dans ce domaine un appui et un encadrement à l’équipe. Celle-ci a suivi une formation, prolongée par une réflexion collective. Nous accompagnons les familles qui ont besoin d’aide en les associant toujours à nos propositions. Notre connaissance des besoins individuels nous permet de repérer les besoins collectifs de la population et de les faire remonter auprès de notre collègue animatrice territoriale. » « Les habitants ont le pouvoir de contribuer à l’amélioration de leur qualité de vie. » De l’écoute des besoins à l’action solidaire Au fil des trois dernières années, les raisons de s’adresser à la Maison des solidarités se sont multipliées et diversifiées en même temps que ses publics. Conséquence de son ouverture à l’ensemble de la population, la recherche de moyens pour concrétiser un projet personnel ou collectif en lien avec les missions du Conseil général va croissant. Partage de difficultés liées à la mobilité, à l’isolement, à l’utilisation du numérique, au manque de loisirs, d’accueil pour la petite enfance, souhait exprimé par des parents de parler avec d’autres… toutes ces préoccupations évoquées par les habitants sont prises en compte par la Maison des solidarités. Elles font l’objet d’une recherche de solution élaborée et construite avec les intéressés. Parce qu’ils expriment des besoins et des désirs, des idées et des capacités d’action, les habitants ont ainsi le pouvoir de contribuer à l’amélioration de la qualité de leur vie et de celle de leurs concitoyens. Qu’il s’agisse des élus, des associations ou des particuliers, Laure Samieri, directrice de la Maison des solidarités Est, constate : « Notre démarche a révélé une folle énergie au service d’un projet de vie à la campagne. La Maison est un outil pour accompagner cette ambition. » Nadia Monteggia élodie Bochet Animatrice territoriale « Connaissant bien les ressources du territoire, notamment dans les domaines de l’éducation, de l’enfance, de la jeunesse, de l’insertion et de la culture, j’accueille les visiteurs de la Maison. Ils repartent toujours avec une réponse ou un contact. J’accompagne aussi la mise en place des projets d’habitants ou d’associations : réflexion, mise en relation avec les partenaires qui leur seront utiles, suivi de la réalisation. Je travaille avec les travailleurs sociaux sur les actions collectives et les tiens informés de ce qui existe. J’ai découvert, dans tous ces contacts, des forces vives et une vraie envie de faire bouger les choses. »
Enquête Lancement à la rentrée d’une « Consultation des jeunesses » auprès des 15-30 ans, sur tout le territoire Est. Questionnaire mis au point avec les jeunes de Bengy-sur-Craon. Six Maisons des solidarités Leur mise en œuvre s’opère progressivement et leur action couvrira l’ensemble du département. Des inaugurations successives s’échelonneront jusqu’à la fin de l’année 2013 : • Maison des solidarités Est, à Baugy• Maison des solidarités Nord, à Aubigny-sur-Nère, antenne à Sancerre• Maison des solidarités Ouest, à Saint-Florent-sur-Cher, antenne à Mehun-sur-Yèvre• Maison des solidarités Sud, à Saint-Amand-Montrond, antennes au Châtelet et à Dun-sur-Auron• Maison des solidarités Nord-Ouest, à Vierzon• Maison des solidarités de Bourges (regroupement des circonscriptions actuelles de Bourges, nord et sud) Zoom sur dossier 13 « Notre territoire n’est pas un désert ! » Claude Leloup, président de la communauté de communes « Terroirs d’Angillon* », et Jean-Paul Berger, vice-président, ont le sourire. Ils se félicitent du travail poursuivi avec la Maison des solidarités au fil des dernières années, depuis le diagnostic des besoins sociaux jusqu’au partenariat actuel. « Nous avons suivi les conseils des professionnels et c’est une réussite. Suite au recensement des besoins, pour conserver et Ouverture de l a micro-crèche attirer des personnes sur nos territoires, nous avons fait le choix à Maubranches début 2012 de proposer des services aux familles et aux personnes âgées, des activités pour les enfants : ateliers itinérants pour les tout-petits et leurs parents, initiation et découverte d’activités culturelles et sportives pour les plus grands. Et nous avons construit un centre intercommunal d’action sociale complétant l’action des centres communaux, le premier du département. La Maison des solidarités, qui a pris une part prépondérante dans ce projet, nous aide à piloter son action et à poursuivre l’analyse des besoins. » Début 2012, ouverture d’une crèche multi-accueil de 17 berceaux, aux Aix-d’Angillon, d’une micro-crèche de 9 berceaux, à Maubranches sur la commune de Moulins-sur-Yèvre et d’un relais assistantes maternelles itinérant. « Tout cela en trois ans, et nous avons créé quatre emplois sur la communauté ! » se réjouit Jean-Paul Berger. * Huit communes, 6 987 habitants « Notre atelier enfants-parents itinérant est une réussite » Avec six autres mères de famille bénévoles, formées par l’ARPPE*, Isabelle Bertrand, co-fondatrice de l’association « Graines de soleil », anime un atelier itinérant parents-enfants (jusqu’à 3 ans), sur la communauté de communes de Nérondes, depuis 2007. C’est l’enthousiasme. « Il n’y avait rien sur le territoire. Avec cet atelier, on casse l’isolement rural, physique et moral. Les enfants sont heureux de retrouver leurs copains et font des activités qu’ils ne font pas chez eux. Pendant deux heures, leurs mamans peuvent jouer avec eux, échanger avec d’autres parents, avec l’éducatrice de jeunes enfants toujours présente. L’intégration se fait à travers les enfants. On fait même du covoiturage, et il y a une quinzaine d’enfants à chaque atelier. On est en partenariat avec les bibliothèques, reliées à la Maison des solidarités. Cela nous donne beaucoup d’informations et on fait la passerelle. C’est une réussite. Le milieu associatif est très riche. On a beaucoup appris pour offrir la qualité, on est fières de nous et de tous ceux qui nous ont aidées. Cela éveille des envies. » Isabelle, chimiste avant de s’installer dans le Cher, a obtenu un CAP petite enfance. Avec le soutien de l’Arppe et de la Maison des solidarités, un projet de crèche mijote à « Graines de soleil ». jouer et échanger : l’intégration se fait à travers les enfants. *ARPPE en Berry (Association des réseaux de parents, professionnels et enfants). cher magazine | n ° 3 2 | septembre - octobre 2011



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :