[18] Cher magazine n°29 jan/fév 2011
[18] Cher magazine n°29 jan/fév 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de jan/fév 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Cher

  • Format : (215 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : dossier le Fil... pour ne jamais perdre le fil de la relation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 le Cher en actions développement i Innovation i Berrinnov : un ascenseur pour l’innovation et l’emploi L’exemple d’Europiscines confirme l’utilité du dispositif Berrinnov pour l’emploi, pour l’insertion des jeunes diplômés, pour les transferts de technologie entre l’université et les PME. Chez Europiscines Service, la phase de précommercialisation de l’ascenseur aquatique nouvelle version au service des personnes à mobilité réduite est largement avancée. « Les premiers résultats sont très encourageants », assure Bruno Godinou, directeur du réseau Europiscines dont le centre logistique est installé à Massay. Dans les trois années à venir, cinq ou six nouveaux salariés seraient embauchés pour produire puis installer cet ensemble innovant qui permet en toute autonomie l’accès des personnes handicapées aux piscines. « Ce projet n’aurait pas vu le jour, explique le directeur, sans la rencontre entre plusieurs partenaires, dont les personnes handicapées qui nous ont aidés à concevoir le système, et bien sûr sans les soutiens à l’innovation dont le dispositif Berrinnov. » Avec le pôle Handicap Autonomie comme appui, le partenariat réunit, outre l’entreprise Europiscines, l’Association sportive des personnes handicapées de Bourges et du Cher (ASHBC Magel’hand), l’Université d’Orléans et son département Génie mécanique et productique de l’IUT de Bourges. Étudiant à l’IUT, David Julien a été détaché auprès de l’entreprise par l’intermédiaire d’un stage en alternance pour la réalisation du prototype version 2. Ayant obtenu sa licence professionnelle, David est embauché depuis octobre pour mener le projet à terme. Avec le dispositif Berrinnov favorisant l’innovation technologique, le Conseil général du Cher a apporté une subvention de 3 400 € pour financer ce prototype. Elle vient en complément de celle de l’Agence régionale pour l’innovation et le transfert de technologie (ARITT Centre). Depuis 2009, huit projets de ce type ont cher magazine | n ° 2 9 | j a n vier - f é v rier 2011 Grâce au dispositif Berrinnov, un ascenseur aquatique innovant permet tra aux personnes handicapées d’accéder aux piscines en toute autonomie. Sa commercialisation est prévue d’ici à 3 ans. été financièrement soutenus par le Conseil général. Citons entre autres : la création d’un nouveau marché pour Centre Bois Massif (CBM) à Charenton-du-Cher grâce à une solution informatique innovante réalisée par le cabinet Kéops de Bourges. Ou encore en faveur des Ambassadeurs du Berry. Ce groupement d’entreprises commerciales développe une nouvelle gamme de produits régionaux et ouvre de nouveaux débouchés. Alain Raynal Coopérer pour innover Pour plus de cohérence et d’efficacité dans l’aide au développement économique, le Cher et l’Indre coopèrent depuis 2008 pour favoriser L’entreprise CBM à Charenton l’accès des PME en priorité aux nouvelles technologies. Sous le nom est l’un des 8 projets du Cher de Berrinnov, ce dispositif commun d’aide financière a été mis en soutenus paR berrinnov. place entre ces deux départements similaires par leur proximité socio-économique. Il vient en appui aux actions déjà mises en œuvre par les collectivités locales et par l’ARITT Centre. L’innovation demeure pour toutes les entreprises un facteur déterminant de compétitivité pour faire face à une intensification de la concurrence. Il favorise les coopérations entre le monde de l’entreprise, les structures de valorisation de la recherche des universités et d’écoles d’ingénieurs et les pôles technologiques, structures de transfert de technologie. Pour 2009 et 2010, onze projets ont été financés avec Berrinnov, dont huit concernant directement le Cher soutenus financièrement par le Conseil général.
expertise le Cher en actions i Restauration scolaire i Les cuisiniers jouent la carte Réseau Depuis trois ans, cuisiniers, gestionnaires et professionnels travaillent ensemble pour concilier équilibre alimentaire, achats, sécurité alimentaire et l’amélioration globale de la restauration dans le cadre d’une feuille de route restauration... Une démarche encore rare dans les départements. Fin novembre, les cuisiniers des collèges ont quitté la veste blanche pour visiter le nouveau restaurant scolaire de Châteaumeillant. Plus vaste et plus convivial, cet espace restauration fraîchement remodelé permet une pause déjeuner plus agréable, et les nouveaux équipements permettent aux professionnels de réfléchir à l’évolution des pratiques culinaires et à construire des référentiels. L’occasion aussi pour ces toqués discrets de rencontrer leur nouvel « animateur de réseau », Denis Lescale, partagé entre son poste de chef de cuisine à Littré à Bourges et une mission de cuisinier expert auprès de la collectivité. Morceaux choisis... Cher Magazine : Qu’y a-t-il au menu du « Réseau des cuisiniers » pour les mois à venir ? Denis Lescale, animateur du Réseau : Un groupe a déjà commencé à plancher sur le « Plan alimentaire sur cinq semaines » pour un meilleur équilibre nutritionnel, un autre va se 7 étapes au menu Les objectifs du Conseil général sur la restauration scolaire sont clairs : • animer un réseau de cuisinier• promouvoir l’équilibre alimentaire• améliorer la qualité de la pause déjeuner• garantir la maîtrise sanitaire et l’hygiène alimentaire• rendre la restauration accessible à tous (tarifs étudiés et accessibles à tous, conventions avec des communes pour l’accueil de primaires)• mieux acheter les produits, notamment avec des filières plus locales et intégrer le bio• communiquer, sensibiliser les élèves sur l’importance de l’alimentation mettre en place sur le bio et comment l’intégrer au meilleur coût, auquel les gestionnaires seront également associés. D’autre part, il reste six cuisines à restructurer dans le Cher et celle de Châteaumeillant servira de base de travail dans le cadre de l’élaboration d’un référentiel. CM : Que vous apporte ce réseau ? Antonio Soares, chef cuisinier au collège Jules Verne à Bourges : Nous avons plus d’échanges entre cuisiniers sur les budgets, les recettes, le comportement des enfants. Le premier travail concret, réalisé avec l’association Plume (1), a été le « Plan alimentaire sur cinq semaines » avec des codes couleurs correspondant aux familles d’aliments. On avait les principes en tête mais là c’est structuré. Les élèves peuvent ainsi facilement travailler en cours sur la création de menus équilibrés. Philippe Maquaire, chef cuisinier et Sébastien Mesnard, gestionnaire au collège Albert Camus à Vierzon : Nous nous sentons moins seuls, c’était un des objectifs du Réseau. Actuellement, avec le Laboratoire départemental d’analyses, nous finalisons le Plan de maîtrise sanitaire où tout doit être cadré et écrit en terme de respect des normes d’hygiène notamment. Nous voulons aussi réduire les coûts des achats – faits en direct et programmés sur 15 jours –, et dans le Réseau, certains ont sûrement de bonnes idées à partager. En 2009, plus d’1,2 million de repas ont été servis à plus de 7 500 demi-pensionnaires, collégiens mais aussi élèves de maternelle et primaire… Ce Réseau est un gage de qualité, d’inventivité, d’échanges. « Cela n’était pas évident de le créer mais la mayonnaise a parfaitement pris », conclut en plaisantant Pascale Richard, chef de service de la direction de l’Éducation. Sandrine Gaumer-Aguillon (1) Association pour la Prévention de l’alimentation et de la nutrition mutualiste du Cher. cher magazine | n ° 2 9 | j a n vier - f é v rier 2011 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :