[18] Cher magazine n°17 jan/fév/mar 2020
[18] Cher magazine n°17 jan/fév/mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de jan/fév/mar 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Cher

  • Format : (215 x 270) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 11,2 Mo

  • Dans ce numéro : stop à l'agribashing, le département du cher s'engage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
n UNE RECHERCHE DE RESPECT MUTUEL Ce sont les fausses intentions prêtées aux agriculteurs qui touchent particulièrement Olivier Combette comme celles relatives à l’environnement. « Depuis toujours, nous faisons du développement durable. Nous sommes des artisans du paysage. La terre est ce qui nous fait vivre. Quel intérêt j’aurais à transmettre une terre empoisonnée ? ». Pour l’agriculteur, la solution demeure dans l’échange, avec les particuliers et les élus locaux, qui suffit souvent à désamorcer le débat et mieux se comprendre. Mais parfois, surtout face à un phénomène de masse, la solution passe par la Loi. Le rôle des décideurs est alors central et l’interconnexion avec les représentants agricoles, un impératif. « Il faut prendre du recul avant de décider de quoi que ce soit ». Signée en décembre dans le Cher, la charte de bon voisinage lancée par la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) apporte un élément de réponse au local en rétablissant certaines vérités du métier et en définissant les règles à appliquer pour que chacun trouve sa place. « Nous sommes à une période charnière », assure M. Combette. « Les choix qui seront faits vont dessiner l’avenir de notre métier et de notre alimentation à tous ». Un avenir où nous souhaitons voir l’agriculture rétablie à sa juste place. LE CHER 12LE JOURNAL DU CONSEIL DÉPARTEMENTAL DOSSIER CHARTE DE BON VOISINAGE Un outil pour mieux se comprendre Pour les uns, la campagne est un outil de travail. Pour les autres, c’est un cadre de vie agréable et calme. Pour tous, la campagne est un espace de vie où chacun doit trouver sa place. C’est pourquoi, la FNSEA a initié une charte de bon voisinage qui formalise les engagements des agriculteurs sur leurs pratiques afin de rassurer les riverains. Dans le Cher, elle a été signée le 14 décembre entre les différents acteurs locaux dont le Conseil départemental qui s’est ainsi engagé à mener des opérations d’information pour favoriser un dialogue constructif. Les différentes fiches de ce guide reviennent sur les pratiques des agriculteurs qui font l’objet de polémiques ces derniers mois comme l’utilisation de produits phytosanitaires, le travail de nuit, les nuisances sonores, l’utilisation de l’eau… Elles en expliquent les raisons mais aussi les engagements des agriculteurs sur ces différents points. Cet outil est pour les agriculteurs, une façon de rétablir leur vérité et mieux faire entendre leur voix. Plus d’informations  : fnsea.fr
n UNE ENFANT DE LA BORNE Yseult Digan, alias YZ, est une artiste franco-britannique guidée par son humanisme. Elle est la fille de Pierre Digan et de Janet Stedman, céramistes et sculpteurs qui se sont installés à La Borne dans les années 1960 et ont formé toute une génération de potiers. n UNE ARTISTE HÉTÉROCLITE Pendant plusieurs années, Yseult Digan réalise des documentaires. En parallèle, elle dessine, peint à la bombe des portraits dans la rue. Elle réalise avec une amie le projet « Open your eyes ». Les jeunes femmes posent des pochoirs en différents endroits de Paris, lesquels, en les reliant, sur le plan de la ville, forment le contour du pochoir lui-même. n LES FEMMES AU CŒUR DE SES ŒUVRES La thématique des femmes est récurrente chez cette artiste qui conçoit ses sujets en immersion totale  : Côte d’Ivoire, Sénégal, Guadeloupe… Sa démarche est contextuelle, elle s’articule autour de trois axes  : les habitants, leur habitat et leur patrimoine. Elle retranscrit une histoire à travers son regard et sa sensibilité et espère toucher les gens. En 2017, elle fait partie des artistes sollicités pour proposer un visage à la nouvelle Marianne  : « Marianne l’engagée ». L’artiste a voulu représenter une Marianne forte, contemporaine, à l’image de chacune et chacun d’entre nous. TALENTS DU CHER YSEULT YZ DIGAN UNE ENFANT DE LA BORNE Du pochoir au sticker, en passant par le collage ou la peinture à l’encre de Chine, Yseult Digan, sait tout faire. Cette artiste de street-art, qui a grandi à La Borne, a réalisé la nouvelle Marianne gravée sur les timbres de la République. Une Marianne issue du Cher ! LES ATELIERS DIGAN GRÉS RENAISSENT… La Borne accueille un nouveau lieu consacré à l’art  : le Totem. Il réunit musée, galerie et boutique métiers d’art autour d’artistes locaux et internationaux. On doit cette initiative à Yseult Digan et sa sœur Elsa. Depuis les années 70, les ateliers Digan Grès sont un lieu mythique à La Borne pour la communauté des potiers de tous horizons. Le nouveau site d’expositions présentera au public les collections Digan Grés et Stedman mais aussi d’autres artistes et artisans. Informations pratiques  : Ouvert les week-ends et les jours fériés de 15h à 18h. Les jeudis, vendredis et week-ends de 15h à 18h pendant les vacances scolaires. TALENTS DU CHER 1713 DÉCEMBRE 2019/NUMÉRO



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :