[17] La Charente Maritime n°71 jun/jui/aoû 2019
[17] La Charente Maritime n°71 jun/jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de jun/jui/aoû 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Charente Maritime

  • Format : (195 x 275) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 23,3 Mo

  • Dans ce numéro : Fort Boyard fête ses 30 ans !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
MAGAZINE DE LA CHARENTE-MARITIME #71 JUILLET 2019 22 Patrimoine La tour de Broue, coffre-fort du sel BÂTIE À SAINT-SORNIN AU 11 E SIÈCLE POUR TENIR UN IMPORTANT POINT D’EMBARQUEMENT SUR LA ROUTE DU SEL, LA TOUR EST TYPIQUE DES CONSTRUCTIONS DES COMTES D’ANJOU QUI AVAIENT ALORS DES POSSESSIONS DANS CETTE PARTIE DE LA SAINTONGE. 7 Le site de Broue aux alentours du 11 e siècle... Il devait être difficile d’être le fils d’un personnage aussi hors normes que le comte d’Anjou Foulques Nerra qui ne cessa sa vie durant de batailler de tous côtés et alla 3 fois à Jérusalem pour se faire pardonner ses violences vis-à-vis de ses ennemis mais aussi de ses sujets et de ses proches. On sait que son fils Geoffroy Martel, qui finit par lui succéder en 1040, passa prudemment une bonne partie de sa jeunesse en Poitou et en Saintonge loin de son terrible père. C’est donc peut-être lui qui fit bâtir vers le milieu du 11 e siècle cette forte tour tenant l’un des points névralgiques du si rémunérateur commerce du sel, à Broue, face aux 5 6 4 marais salants qui allaient alors bien plus avant dans les terres. Au bord le plus abrupt du promontoire renforcé qui o o e o o o dominait le chenal, la tour était accompagnée côté ouest (par où l’on devait entrer) de 3 bâtiments de prestige retrouvés lors des fouilles, dont une porterie et un cellier. De l’autre côté du chemin descendant au port (peut-être dans le large fossé o latéral), des maisons du village et l’église Saint-Eutrope o entourée d’un cimetière. Au-delà de ce qui était des marais à l’époque, l'île d’Oléron o et la presqu’île de Marennes. 3 9 1 2
Le site aujourd'hui Après avoir été tenu par les sires de Pons du 14e au 16e siècle, le site est abandonné à la fin du 15e (pour la basse-cour) ou au cours du 16e pour le reste de la forteresse, quand l'accès par le chenal devient trop difficile. Déjà en ruines au 18e siècle, Broue commence à intéresser les amateurs au 19e (« Rien de plus pittoresque que cette immense muraille tapissée d'un lierre gigantesque » écrit un historien), et est classé en 1925 avant d'être consolidé dans les années 1990 et enfin fouillé dans les années 2010. Sur place, une maison libre d'accès permet de comprendre l'histoire du site et l'importance du sel à l'époque. Ouverture les week-ends et jours fériés d'avril à juin, et tous les après-midi en juillet et août, renseignements au 05 46 85 80 60. O La tour Elle était constituée de deux niveaux  : une grande salle avec cheminée pour recevoir les hôtes (comme le comte de Poitou en 1078) et dessous, prudemment et uniquement accessible depuis celle-ci, un cellier pour conserver des provisions au frais et peutêtre quelques biens précieux. Au sommet, derrière un parapet à ouvertures carrées (pour le chemin de ronde auquel on devait monter par un escalier de bois lié à la charpente), un probable toit de tuiles creuses à quatre pentes. MAX° 11, FF5 REMHENT Studio Différemment 2019 Texte  : Jean de Saint Blanquat Illustrations  : Charles-Élie Delprat Merci à Fabrice Mandon et Éric Normand pour leur aide précieuse. MAGAZINE DE LA CHARENTE-MARITIME #71 JUILLET 2019 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :