[16] Tonus Charente n°98 oct/nov/déc 2019
[16] Tonus Charente n°98 oct/nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°98 de oct/nov/déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Charente

  • Format : (195 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : le centre de planification de la Charente.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 vu sur les réseaux
RESPONSABILITÉS ASSUMÉES ! L’inquiétude des Charentaises et des Charentais sur des sujets majeurs ayant une incidence sur l’attractivité sociale, économique et environnementale de notre département est parfaitement légitime  : réorganisation profonde des services de la Direction Générale des Finances Publiques, multiplication de projets éoliens dans nos territoires ruraux, problématique environnementale et de santé publique sur le site Jules Durandeau à Angoulême... Face à ces préoccupations partagées, les élus de la Majorité départementale ont montré leur volonté de traiter avec discernement 23 tribunes et volontarisme chacun de ces enjeux. Aucun sujet n’a été écarté. En toute transparence, les faits liés à chacun de ces dossiers ont été présentés et les actions sont engagées  : présentation au vote d’une délibération contre l’excès d’éolien et en faveur d’une diversité énergétique, motion pour la défense d’une présence territoriale équitable et pérenne des services publics, vote d’un budget pour la dépollution du site Jules Durandeau. Les élus de la Majorité tiennent à relever l’inaction de leurs prédécesseurs qui sont, non seulement amnésiques sur le 98 devoir et les obligations qui étaient les leurs quand ils avaient la gouvernance du Département mais qui aujourd’hui, viendraient entraver et nuire aux démarches incontournables pour répondre aux attentes des Charentais. En effet, en refusant de prendre part quasi-systématiquement aux votes proposés, les élus de l’opposition font preuve d’une absence de lucidité et d’une certaine forme d’irresponsabilité quand l’actuelle Majorité entend prendre et assumer ses décisions afin de défendre l’intérêt général et l’avenir de notre département. - GROUPE DES ÉLUS DE DROITE ET DU CENTRE EN AVANT LA CHARENTE 58, rue de l’Arsenal - 16000 Angoulême - enavantlacharente@gmail.com LA LUTTE CONTRE LA DÉSERTIFICATION MÉDICALE EST UNE PRIORITÉ POUR LES ANNÉES À VENIR. Au-delà de nos divergences politiques, la lutte contre la désertification médicale doit nous rassembler. Parce que l’enjeu est trop important pour que nous nous perdions dans de vaines oppositions, notre groupe a adopté dès le départ une attitude constructive. Partout en Charente, des citoyens, des professionnels de santé, des maires, des présidents de communauté de communes se sont emparés du sujet avec courage et volontarisme. Le Département aussi, a cherché à répondre à ce défi en présentant un plan de lutte contre la désertification médicale à court et moyen terme. Dans cet effort pour le maintien de GROUPE DES ÉLUS DE GAUCHE 58, rue de l’Arsenal - 16000 Angoulême - Tél.  : 05 16 09 51 55 la permanence des soins sur tout le territoire départemental, les élus de notre groupe ont pris leur part aux réflexions en cours en sollicitant des avis, en consultant, en proposant des solutions. Dans nos communes, nos communautés de communes et au Département, nous avons joué collectif, apportant notre pierre à l’édifice, dans le souci d’obtenir des résultats pour les Charentais. Car les territoires et les élus ne doivent pas être mis en concurrence. Ils doivent au contraire travailler de concert à l’élaboration d’un plan départemental qui ne laisse personne de côté. Le Département doit donc se poser en rassembleur et s’appuyer sur les territoires et sur l’intelligence collective de nos concitoyens qui ont formulé des propositions, pour qu’ensemble, nous parvenions à améliorer l’offre de soins dans notre département. Parmi toutes les propositions formulées, il faudra également réfléchir à la question des gardes en soirée et le week-end, car si nous avons besoin de plus de médecins, il faut aussi que vous puissiez être reçus après 17h et le week-end. Voilà un chantier que nous voulons ouvrir pour répondre mieux encore aux enjeux de la permanence des soins. Sur ce sujet, nous serons bientôt en mesure de vous faire des propositions à la mesure de l’enjeu.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :