[16] Tonus Charente n°78 oct 12 à avr 2013
[16] Tonus Charente n°78 oct 12 à avr 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°78 de oct 12 à avr 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Charente

  • Format : (181 x 241) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : le défi du très haut débit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
COUP DE CŒUR initiative TONNELLERIE DOREAU Dirigeant : Thierry Doreau Fabrication de tonneaux, fûts, barriques et cuves en bois. Représentants dans le reste de la France, en Europe et dans le monde. Création en 1998 Chiffre d’affaires 2011 : 12 millions d’euros Production de 20 000 fûts à l'horizon 2013 Zone artisanale du Plassin, 16130 Gensac-la-Pallue 05 45 83 36 03 E-mail : tonneau@tonneau.com www.tonneau.com 28 TONUS CHARENTE OCTOBRE 2012
COUP DE CŒUR Les coups de foudre du tonnelier À Gensac-la-Pallue, Thierry Doreau exporte au loin son savoir-faire né d’une passion dévorante pour le métier de tonnelier. Enthousiaste, rapide, attentif... Thierry Doreau parle, sans jeu de mots, de coup de foudre et de flamme pour conter l’histoire qui l’a mené là où il est : à la tête de la tonnellerie qui porte son nom. Il dirige plus précisément un groupe qui emploie 60 personnes et comprend une autre tonnellerie (Vernou, rachetée en 2010), une unité de réparation de barriques à Saint-Même-les-Carrières, un site à Luchac spécialisé en grands contenants ainsi qu’une merranderie *. Chaque année 15 000 fûts, fabriqués dans la plus pure des traditions, quittent le siège de Gensac-la-Pallue, près de Cognac. La notoriété de l’entreprise Doreau vogue vers des destinations aussi lointaines que l’Argentine ou les États-Unis. « Ce qui fait notre force, estime le chef d’entreprise, c’est la passion qui nous unit, avec nos clients, nos fournisseurs. C’est notre jeunesse ; on ne s’appuie pas sur les acquis de plusieurs générations. Pour avancer, on doit se remettre sans cesse en question. » À 49 ans, Thierry Doreau fait fructifier un parcours très volontaire. Né à Bourg-Charente, de parents ouvriers agricoles, il opte à l’adolescence pour un CAP de menuisier ébéniste. Il rêve, tôt, d’indépendance professionnelle. Après avoir fait ses armes d’ébéniste, le jeune Charentais pousse un peu par hasard la porte d’une tonnellerie à Segonzac. C’est la révélation. Il aime le métier, le travail de la noble matière bois, les chauffes : celle qui cintre le fût, lui donne sa résistance mécanique et celle, subtile, faible, moyenne, ou forte, qui développe le potentiel aromatique du chêne. À 20 ans, Thierry Doreau apprend tout de ses collègues qu’il nomme toujours, respectueusement, ses maîtres. « Je me suis dit que j’allais en faire ma profession et devenir un très bon tonnelier. Je ramenais des douelles à la maison pour m’entraîner à monter des fûts », sourit-il. En 1989, il crée sa première entreprise de réparation de barriques à Garancille. Dans la solitude de sa grange, Thierry Doreau manie le marteau et la chasse. Cinq ans plus tard, l’homme se lance dans l’élaboration de fûts neufs et s’entoure d’une équipe. En 1998, le savoir-faire Doreau s’installe à Gensac sur deux hectares et affiche son slogan : La maîtrise du geste. Transformation du bois de chêne, sélectionné dans les belles forêts de l’Allier, des Vosges ou de Normandie, usinage, montage des fûts, chauffe sur braseros... Toutes les étapes sont tracées, estampillées haute qualité et tradition. Au fil du temps, le tonnelier a voyagé au-delà du vignoble cognaçais, pour élargir sa clientèle aux producteurs bordelais, espagnols, italiens, américains... avec succès. Il vend aujourd’hui 40% de sa production à l’export. Partout, Thierry Doreau applique sa méthode, savoure le plaisir d’échanger, de comprendre les hommes et les cépages pour livrer le contenant qui saura sublimer un vin ou une eau-de-vie. « Il faut sentir les choses. Le métier a évolué et demande une approche beaucoup plus précise. Quand je fais une dégustation, j’imagine le meilleur bois, la meilleure chauffe... elle doit être adaptée à chaque production, régulière d’une année sur l’autre. On travaille dans le respect du fruit. » * Production de merrains, pièces de chêne à Genouillac. le saviez-vous ? En moyenne en 2011, ce sont plus de 163 millions de bouteilles de cognac qui ont été vendues dans 157 pays du monde. La filière représente 16 800 emplois directs : • 10 000 dans la viticulture• 2 900 dans la distillation et le négoce• 3 900 dans les professions annexes Source – site du BNIC, cognac.fr TONUS CHARENTE 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :