[15] Cantal Avenir n°69 mar/avr/mai 2010
[15] Cantal Avenir n°69 mar/avr/mai 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°69 de mar/avr/mai 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Cantal

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : pourquoi le Conseil général est indispensable.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 LE SERVICE SOCIAL DÉPARTEMENTAL• un service de proximité : un réseau de lieux d’accueil répartis sur tout le territoire ; • une équipe de professionnels : secrétaires, assistantes sociales de polyvalence, conseillères en économie sociale et familiale ; • 4 circonscriptions sociales : Saint-Flour, Mauriac, Aurillac Nord et Sud ; • 34 000 interventions en 2008. Maryse PERIER chef du Service Social Départemental « Le service social départe - mental s’adresse à toute personne en difficulté, quelle que soit la nature de son problème (admi nistratif, social, économique, etc.). Notre mission : accueillir, écouter, infor mer, évaluer, orienter vers les ser - vices compétents et accompagner. « Protection et solidarité Le Département est au cœur des dispositifs de prévention et de protection de l’enfance. Il soutient et accompagne les personnes en difficulté. L’AIDE SOCIALE À L’ENFANCE Le Conseil Général aide les enfants, les jeunes et leurs familles confrontés à des difficultés financières, éducatives ou psychologiques. Au côté du nouveau service SIPEIJ, chargé des « infor mations préoccupantes » et de l’insertion des jeunes, le service de l’Aide Sociale à l’Enfance a un rôle important dans cette mission. Florence BECCHI, éducatrice à l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) L’ASE met en place des me - sures d’ac compagnement des enfants et des familles à domicile. Quand cela ne suffit pas, elle organise le placement, avec l’accord des parents ou sur demande du juge, des enfants en établissement ou en famille d’accueil. « La mission des éducateurs est d’appor ter un soutien : • aux parents dans leur rôle d’éducation,• aux mineurs en difficulté pour les aider à grandir,• aux familles pour les aider à recréer du lien. C’est une grande satisfaction pour nous quand nous contribuons à ce que la famille trouve ou retrouve un équilibre afin que l'enfant continue à grandir au milieu des siens. « 
La mise en œuvre du rSa, l’accès ou le maintien dans le logement, sont deux domaines d’intervention majeurs en faveur de l’insertion sociale et professionnelle des personnes en difficulté. Maryse GEORGES, chef du Service Insertion du Conseil Général « Il est important de préciser que les personnes qui travaillent peuvent aussi prétendre au rSa ! En effet, dans un souci de lutte contre la précarité, le rSa apporte un complément de revenu aux travailleurs qui ont des ressources modestes. Un test d’éligibilité est à leur disposition sur le site internet de la CAF ou de la MSA : www.caf.fr ou www.msa.fr. « Le Département copilote avec l’Etat le Plan Départemental d’actions pour le Logement des Personnes Défavorisées. Il est, dans ce cadre, chef de file ou partenaire d’un certain nombre de mesures visant à améliorer : - l’accès ou le maintien dans les lieux des publics en difficulté, - l’aide à la réhabilitation de leur habitat, - l’accompagnement social autour de la problématique du logement. Pourquoi votre Conseil Général est indispensable [EDITIONSPECIALE] LE REVENU DE SOLIDARITÉ ACTIVE : OBJECTIF « RETOUR DURABLE VERS L’EMPLOI » Sylvie ISCHARD et Corinne TUPIN membres de l’équipe pédagogique de l’atelier d’insertion ACTIVE (GRETA des Monts du Cantal) L’atelier ACTIVE a pour objectif de permettre aux personnes éloignées de l’emploi de se familiariser à nouveau avec une situation professionnelle. Définir ou redéfinir un projet professionnel adapté, développer un ensemble de savoir-être et de savoir-faire pour un retour durable dans le monde du travail, voilà notre objectif. « « Entré en vigueur au 1er juin 2009, le rSa remplace le revenu minimum d’insertion (RMI), l’allocation de parent isolé (API) et certaines aides forfaitaires temporaires comme la prime de retour à l’emploi. QUELQUES CHIFFRES• 2 880 foyers cantaliens percevaient le rSa fin 2009• 1 529 ménages aidés par le Conseil Général au titre du Fonds de Solidarité pour le Logement en 2009• 20 familles relogées en 2009 Chargé de piloter le dispositif, le Conseil Général finance le rSa pour la part qui était celle du RMI et de l’API (rSa Socle). Il assure en outre l’accompagnement des personnes les plus éloignées de l’emploi. Chaque jour, le Conseil Général lutte contre la précarité et l’exclusion sociale. REPRENDRE PIED DANS LA VIE ACTIVE GRÂCE AUX ACTIONS D’INSERTION SOUTENUES PAR LE DÉPARTEMENT L’ENGAGEMENT DU CONSEIL GÉNÉRAL EN FAVEUR DU LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES Elizabeth SAUMON chargée de mission Logement au Conseil Général « L’expression de « département à taille humaine » prend vraiment tout son sens dans le Cantal. Le Conseil Général, qui finance le Fonds de Solidarité pour le Logement, met également en œuvre une politique volontariste : • pour la mise en place d’un observatoire pour le logement, pour mieux connaître l’offre et les besoins sur son territoire, aux côtés de l’État,• pour sensibiliser les personnes en difficulté aux économies d’énergie dans le cadre d’un partenariat avec EDF, etc. « 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :