[15] Cantal Avenir n°58 oct 07 à mar 2008
[15] Cantal Avenir n°58 oct 07 à mar 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°58 de oct 07 à mar 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Cantal

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : dossier culture... demandez le programme !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 Expression des groupes politiques Le Conseil Général du Cantal : Une Collectivité de proximité et du quotidien. Les lois de décentralisation ont confié aux départements un rôle important dans des domaines essentiels à la vie quotidienne de chacun. Les compétences qui sont exercées depuis 1982 par le Département ne cessent de s’élargir : l’action sociale, de la Protection Maternelle Infantile à la dépendance en passant par l’insertion ou le handicap ; les routes départementales qui doivent faciliter et sécuriser les déplacements de chacun ; les transports scolaires et les lignes régulières de transport ; les collèges ; la sécurité des biens et des personnes au travers du service départemental d’incendie et de secours ; l’aménagement rural.. Ces domaines à eux seuls constituent déjà un champ d’action très large et concernent chaque cantalien au moins à une étape de son existence. Pourtant, la volonté de la collectivité départementale et de sa majorité est d’aller plus loin. Depuis plusieurs années déjà, le Conseil Général du Cantal a fait le choix d’afficher l’ambition de répondre aux attentes des cantaliens. Parmi vos premières préoccupations figurent l’emploi. Comment le Conseil Général pourrait-il rester étranger à cette aspiration qui passe par un tissu économique dynamique et un cadre de vie attractif. C’est pourquoi, nous avons souhaité proposer des programmes d’accompagnement économiques à l’agriculture cantalienne qui tend à améliorer la valorisation des productions, mais aussi à l’industrie, au commerce et à l’artisanat pour encourager les initiatives. Le soutien apporté aux collectivités : communes, communautés de communes et communauté d’agglomération, est essentiel pour permettre la faisabilité des projets publics indispensables à l’attractivité de notre territoire : aménagement de zones d’activités, adduction d’eau potable, gestion des déchets, équipements culturels ou sportifs, projets touristiques,... le Conseil Général est aujourd’hui le premier partenaire des communes et des collectivités. Apporter des services à la population et renforcer l’attractivité du Cantal, sont les deux axes de notre politique départementale. Nos projets et les actions que l’on développe participent en fait souvent de ces deux orientations. L’action conduite en faveur du développement de la culture et du sport va dans ce sens. Offrir à tous les cantaliens une formation, une pratique et une offre culturelle et sportive riche, diversifiée, accessible à tous, nous semble tout aussi indispensable pour les cantaliens que pour les nouveaux arrivants que nous voulons accueillir. Partenaire incontournable de nombreuses manifestations sportives et culturelles, le Conseil Général entend aussi faciliter la pratique. Après la charte du sport et le schéma de développement culturel, 2007 aura ainsi vu l’adoption du schéma d’enseignement artistique et la mise en place du Pass Cantal. De même, les équipements informatiques déployés dans les collèges notamment permettent aux jeunes cantaliens de disposer d’un cadre de formation moderne et performant. La remise à chaque collégien d’un bureau virtuel hébergé sur une clé USB constitue aussi une des nouveautés de cette rentrée. Plus encore qu’une exigence, cette orientation politique est une volonté, celle de notre majorité de répondre aux aspirations légitimes d’une ruralité moderne, tant en terme d’infrastructures que de services. C’est en fait la volonté d’être chaque jour à vos côtés. Le Groupe de la MAJORITÉ DEPARTEMENTALE Retrouvez l'actualité du Conseil Général sur www.cg15.fr
La Solidarité Nationale fout le camp ! ! Il y a cinq ans, dans un document intitulé « CANTAL 2015, construisons l’avenir » le Conseil Général du CANTAL a exposé son projet de développement pour le CANTAL. Qui s’en souvient même si le Président s’y réfère quelques fois ? CANTAL 2015 retenait cinq objectifs prioritaires (5 volets) : Ouvrir le département ; Développer les activités existantes et valoriser nos atouts ; Accueillir de nouvelles activités et nouvelles populations ; Offrir des perspectives aux jeunes cantaliens ; Renforcer l’image du CANTAL. Chacun des thèmes correspondant aux objectifs faisait l’objet d’actions ciblées avec des engagements du Conseil Général, et chacune des fiches-actions comportait une demande au plan national. Certes, un certain nombre d’actions ont connu un début de réalisation, souvent d’ailleurs grâce au concours financier du Conseil Régional d’AUVERGNE. Exemples : le volet routier contractualisé ; la liaison aérienne AURILLAC-PARIS, seule du territoire a être soutenue financièrement par la Région ; la desserte ferroviaire pour laquelle la Région fait, seule, en 2006 et 2007, un effort exceptionnel pour tenter de combler le retard accumulé sous l’ère Giscard ; la téléphonie mobile dans le cadre d’un partenariat Conseil Général/Etat/Opérateurs ; le haut débit par une contractualisation avec la Région, comme d’ailleurs le développement économique ou l’accueil de nouvelles populations ou le PACTE CANTAL avec la Région et l’Etat. Mais, qu’en est-il des demandes du Conseil Général au niveau national qu’auraient dû faire aboutir les parlementaires cantaliens et en particulier les Députés ? SUR LE VOLET 1 (ouvrir le département) « Obtenir un « statut spécifique » pour les départements les plus enclavés ». (Résultat nul) « Exiger un réseau routier national aux caractéristiques modernes : envisager l’aménagement systématique d’une 3ème voie sur la RN 122 et l’amélioration de la RN 120 vers l’A20 et l’A89 ». (Résultat nul) Rappel : la réalisation du nouveau tunnel du LIORAN qui sera ouvert à la circulation fin 2007, avait fait l’objet d’une inscription au CONTRAT de PLAN ETAT – REGION 2000 – 2006... La RN 122 n’a jamais été si mal entretenue. Résultat : la RN 120 a été transférée au Conseil Général à compter du 1er Janvier 2007 dans un état de vétusté avancée, avec une compensation financière dérisoire (217 000 € par an) obligeant le département à engager des travaux d’entretien onéreux (prés de 900 000 € en 2006 et 2007) et à prévoir des travaux de modernisation considérables sur la période 2008 – 2014 (23 000 000 € valeur Mai 2006). « Militer pour un TGV Massif-Central et une optimisation des grandes lignes ». Résultats : fort engagement du Conseil Régional ; soutien du Conseil Général au projet transversal avec un premier tronçon POITIERS – LIMOGES. Fortes inquiétudes sur les lignes NEUSSARGUES – BEZIERS, AURILLAC – BRIVE. SUR LE VOLET 2 (développement économique) « Faire reconnaître la spécificité de l’agriculture de Montagne et la positionner comme référence de qualité ». Résultat : reconnaissance positive de l’AOC – CANTAL qui reste fragile. « Faire aboutir le concept d’une fiscalité différentielle favorable aux entreprises investissant en zones rurales fragiles ». Résultat : rien de significatif hors zones de revitalisation rurale, zonage qui exclut le Bassin d’AURILLAC. SUR LE VOLET 3 (nouvelles activités, nouvelles populations) « Agir pour une délocalisation de services de l’Etat vers le CANTAL ». (Résultat nul) « Militer pour une extension aux zones rurales fragiles du statut de ZONE FRANCHE aujourd’hui réservé aux seules banlieues ». Résultat nul même si la loi sur le développement rural constitue une « boîte à outils » utilisable mais sans grands moyens. SUR LE VOLET 4 (perspectives aux jeunes cantaliens) « Faire valoir auprès du Ministère, la nécessité de consolider le pôle universitaire ». Résultat positif grâce au partenariatC.G. – CABA avec la création de nouvelles filières dans le domaine des biotechnologies par exemple. Force est de constater que même si le Président du Conseil Général et sa majorité ont soutenu le Gouvernement en place entre 2002 et 2007, (comme ils vont soutenir celui de M. Fillon), ceux-ci sont restés sourds à leurs demandes. Pire, 2007 voit pour la 1ère fois, l’Etat ponctionner le Conseil Général du CANTAL d’une somme de 905 000 € parce qu’il a augmenté en 2005 et 2006, le taux de la taxe professionnelle (comme d’ailleurs le foncier bâti et la taxe d’habitation) afin de faire face aux charges nouvelles entraînées par l’Acte II de la décentralisation. Conclusion : la solidarité nationale dont le CANTAL a tant besoin, s’exerce de moins en moins. Cette politique de désengagement de l’Etat va forcément aggraver la fracture territoriale, et les départements les plus défavorisés comme le CANTAL, se retrouveront le dos au mur sans autre choix que l’augmentation des impôts départementaux. Le Groupe de l’OPPOSITION 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :