[15] Cantal Avenir n°107 oct/nov 2018
[15] Cantal Avenir n°107 oct/nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°107 de oct/nov 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Cantal

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4 Mo

  • Dans ce numéro : soutien à la ligne aérienne ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Connectez-vous local Consommez cantal de nos producteurs à nos enfants Le Conseil départemental favorise les circuits-courts et valorise nos producteurs du cantal Grâce au partenariat avec Le Conseil départemental reste aux côtés de nos entreprises cantaliennes en participant au fonctionnement et en hébergeant dans nos locaux l’antenne cantalienne d’Auvergne Rhône-Alpes Entreprises
Dans ce numéro 4/Social 6/Infrastructures 7/Europe 8/Accueil 10/DOSSIER 19/Tourisme 20/Culture 22/Vu dans les médias Arrêt sur images 24/Brèves 26/Expressions des groupes politiques 27/Agenda Nouveau service Cantal Avenir est disponible pour les déficients visuels sur cantal.fr en format audiomp3 ou Daisy Cantal Avenir  : Magazine d’informations du Conseil départemental du Cantal - 28 avenue Gambetta 15015 Aurillac Cedex Tél. 04 71 46 20 20 - Fax  : 04 71 46 21 42 cantal.fr Directeur de la publication  : François-Xavier Montil Crédit Photos  : Services du Conseil départemental du Cantal, cabinet Métafore-Aurillac, collège du Sacré Cœur Riom-ès-Montagnes, CIED Cantal, Eric Régis/ADEPA, Hervé Vidal, Maison Piganiol, Lucie Paulus/La Montagne, Nicolas Mainetti, Mahmoud Eddhabi, mairie de Murat, Michel Piedallu/Boogie-woogie Laroquebrou, Chambre d’Agriculture du Cantal, Antoine Cayrol, Thierry Marsilhac, Syndicat Mixte Puy –Mary, Communauté de Communes du Pays de Salers, Franck Lacroix, Vincent Muteau/Eclat, « Etre et devenir » de Clara Bellar, ARFIS, Philippe Glaize, Archives départementales du Cantal, Jean-Michel Peyral, Daniel Aimé. Tirage  : 75 410 exemplaires Imprimé par l’imprimerie Public Imprim ! EDITO Ni méthode Coué ni langue de bois Ni méthode Coué ni langue de bois, comme le font bien trop souvent les politiques, mais simplement avec la volonté de dresser un constat objectif et lucide. Ce Cantal Avenir pose une nouvelle fois de nombreuses questions sur l’avenir de notre territoire, sur l’ambition et la vision que nous devons porter. Le monde change, notre environnement financier change, nous ne pouvons pas nous voiler la face, nous devons le prendre en compte. C’est la raison pour laquelle, du fait de la baisse de nos marges de manœuvres financières, nos interventions envers nos compétences dites facultatives doivent et vont évoluer, qu’elles concernent le tourisme, le sport, la culture, l’économie ou encore l’agriculture. Le nier et considérer que tout va bien, que rien n’a changé, serait mentir, ce serait irresponsable et déloyal. Ce n’est pas ma façon de faire de la politique, ce n’est tout simplement pas ma façon d’être. Nous devons donc aussi changer nos méthodes. Nous devons trouver d’autres solutions, être toujours plus créatifs et inventifs et ne jamais nous résigner. Pour autant, bien des questions sont encore aujourd’hui sans réponse. Un seul exemple, la péréquation au bénéfice des départements les plus petits, les plus ruraux, les plus pauvres, nulle réponse à ce jour et le temps presse. Aussi, avec l’aide affirmée de Vincent Descoeur et Jean Yves Bony nos deux députés du Cantal, avec tous les élus qui voudront bien se joindre à cet effort, avec le soutien de notre Ministre Cantalien, je continue et continuerai à porter cette voix humblement et avec une détermination sans faille, tant à l’Assemblée des Départements de France que dans les Ministères à Paris. Pour le moment le Gouvernement est sourd à nos appels. Pire, le Premier Ministre a même bloqué la décision pourtant prise par l’Assemblée des Départements de France qui visait à mettre en place cette fameuse péréquation qui aurait été fort utile, aujourd’hui, pour maintenir des moyens d’action en faveur des Cantaliens. Ces moyens pour agir nous en avons besoin sinon comment rester attractif pour fixer nos jeunes ou pour accueillir de nouvelles populations saturées des affres de la vie urbaine ? Les témoignages nombreux que vous découvrirez dans votre magazine vont tous dans ce sens et nous disent la même chose  : nous aimons le Cantal, nous voulons continuer à y vivre, donnez nous les moyens, les mêmes chances qu’aux autres !!! J’en appelle à un sursaut de solidarité car nous ne parviendrons à convaincre que si nous parlons tous d’une seule et même voix. Ceux qui prennent aujourd’hui la responsabilité de nier ces réalités pour des raisons qui leur appartiennent ne contribuent pas à l’intérêt général qu’ils prétendent défendre ! S’il y a une volonté, il y a un chemin dit l’adage, c’est donc bien animé d’une volonté et d’une pugnacité toute Cantalienne, qu’avec ma majorité au Conseil départemental, nous cherchons et trouverons ce chemin. BRUNO FAURE Président du Conseil départemental du Cantal 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :