[15] Cantal Avenir n°106 jui/aoû/sep 2018
[15] Cantal Avenir n°106 jui/aoû/sep 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°106 de jui/aoû/sep 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Cantal

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 7,2 Mo

  • Dans ce numéro : cet été, plus de 5000 enfants accueillis gratuitement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Lac des Graves d it e DF une rivere un territoire h 10 au 26 juillet 2018 6 - 18 ans Lastioulles Mauriac Val Saint-Jean + de 30 activités GRATUITES a découvrir Rénac Plage 10 juillet 12 juillet 17 juillet Cirque de Mallet 19 juillet 24 juillet Le Lioran 26 juillet Tm-4-.Lor ue te++ ; DE.5 REDU C SPORT I CULTURE I TRANSPORT I FAMILLE VACANCES I CINEMA I LIURE I MUSIQUE I SM.Chaque jour à vos côtés it MIIMPUtIFF/1 MON DÉPARTEMENT
Dans ce numéro 4/Finances 6/Jeunesse 10/Loisirs 11/Evénement 12/Infrastructures 14/DOSSIER 20/Culture 21/Tourisme 22/Vu dans les médias Arrêt sur images 24/Brèves 26/Expressions des groupes politiques 27/Agenda Cantal Avenir  : Magazine d’informations du Conseil départemental du Cantal - 28 avenue Gambetta 15015 Aurillac Cedex Tél. 04 71 46 20 20 - Fax  : 04 71 46 21 42 cantal.fr Directeur de la publication  : François-Xavier Montil Tirage  : 75 250 exemplaires Imprimé par l’imprimerie Champagnac sur papier provenant de forêts gérées durablement avec des encres végétales. Crédit Photos  : Services du Conseil départemental du Cantal, DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, Jean-Michel Peyral, Thierry Marsilhac, Hibernarock/Daniel Aimé, Michel Piedallu/Festival International Boogie-Woogie Laroquebrou, Cantal Destination, Philippe Glaize, Pierre-Louis Espinasse/Chemins de Fer de Haute Auvergne. Wuxi. FRU meut ImJ enl «. d Lrelenat el cl. marcna cirrldies pelc-frren ! EDITO Cette fois nous y sommes Le contournement de Saint-Flour qui entre enfin dans sa phase active, nos investissements dans les maisons de santé, l’amélioration de l’accès aux soins notamment via la télémédecine et nos initiatives visant à favoriser l’accueil d’internes dans le Cantal, le Cantal Tour Sport qui cette année encore accueillera plus de 5000 enfants du Cantal, autant d’exemples qui suffisent, si besoin en était encore, à montrer l’intérêt de notre collectivité départementale et de la nécessité de disposer de quelques marges financières pour conserver notre capacité d’intervention. Pourtant les nouvelles qui s’amoncellent confirment toutes mes craintes. L’État n’a vraiment pas pris la mesure de la situation des départements les plus ruraux. Il n’a pas pris la mesure des conséquences du pacte financier qu’il nous impose de manière uniforme. Elles risquent de nous conduire au désengagement de l’essentiel de nos politiques facultatives. Dois-je arrêter le soutien à la culture ? au festival Hibernarock ? au festival Éclat ? Dois-je arrêter le soutien à nos associations ? à tous nos clubs de sport ? au Stade Aurillacois pour ne citer que le premier d’entre eux ? Dois-je arrêter le soutien aux agriculteurs du Cantal ? Dois-je arrêter le soutien à la ligne aérienne ? Dois-je arrêter d’investir à l’IUT ? Dois-je arrêter de soutenir nos actions en matière de tourisme ou d’attractivité ? Mais qui le fera à notre place et qui dira son attachement et sa fierté au Cantal ? Personne. On le voit maintenant qu’ils sont menacés, tous nos engagements, à tort qualifiés par la Loi de facultatifs, sont déterminants pour l’avenir de notre département car ils font le quotidien des Cantaliens. Je multiplie et multiplierai encore les allers-retours à Paris, prendrai toutes les initiatives avec le soutien de mes collègues députés Vincent Descoeur et Jean Yves Bony ; j’en appelle au soutien de notre Ministre de la Cohésion des Territoires Jacques Mézard, de tous ceux qui voudront m’apporter leur aide, car si rien n’est fait dans les semaines qui viennent, les choix qui s’imposeront à nous auront des conséquences dans la vie et le quotidien de chaque Cantalien tellement notre action est plurielle et quotidienne. Si nous ne sommes pas entendus, se profile l’arrêt de toutes nos compétences facultatives. Cette fois, nous y sommes. BRUNO FAURE Président du Conseil départemental du Cantal 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :