[13] Accents n°253 nov/déc 2019
[13] Accents n°253 nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°253 de nov/déc 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Bouches-du-Rhône

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : votre noël en provence.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
#DOSSIER 16 l Le magazine du Département des Bouches-du-Rhône l #253 « DÉSORMAIS, JE SUIS UN HOMME LIBRE » Porte d’entrée automatisée, salle de bain ergonomique… L’appartement de Jean Lombard a été pensé en fonction de son handicap. Une révolution pour le quotidien de ce jeune retraité. Fini la galère de la porte à pousser. Jean Lombard appuie désormais sur un bouton vert, à la hauteur de son fauteuil roulant, pour activer l’ouverture et la fermeture automatique de la porte d’entrée de son logement situé au 3 e étage. Il lui suffit alors de diriger son fauteuil électrique vers l’ascenseur et descendre faire ses courses, en moins de deux minutes. Avant d’habiter dans cet immeuble moderne dont l’appartement et les parties communes ont été pensés et aménagés en fonction de son handicap, Jean Lombard a connu des fortunes diverses. « J’ai vécu dans des appartements plus ou moins accessibles », explique le jeune retraité. « Il suffit de deux marches pour me rendre la vie impossible. Pour vous, deux marches, ce n’est rien. Pour moi, c’est infranchissable avec un fauteuil électrique. » « JE VIS COMME TOUT LE MONDE » Arrivé en 2006 dans cet immeuble HLM de la Ville de Marseille où 15 appartements sont réservés à HandiToit, une association qui œuvre pour le logement des personnes en situation de handicap et dont le Département est partenaire, Jean Lombard vit « exactement comme une personne valide ». Circulation du fauteuil, hauteur du plan de cuisine… Tout a été évalué par un ergothérapeute. La douche à l’italienne, dont les travaux ont été financés dans le cadre de l’ACTP (encadré ci-dessous), lui facilite la vie. « Je suis devenu un homme libre. Avoir son propre appartement adapté, c’est être libre. Libre de sortir faire mes courses au marché, libre d’aller à la pharmacie, libre de m’impliquer dans la vie de mon quartier », explique Jean Lombard. Ces appartements aménagés font partie d’un projet pilote soutenu par le Département. Pour renforcer l’autonomie des résidents accompagnés par HandiToit, un service de soins et d’aide à la vie quotidienne est disponible 24h/24. « Maintenant je vis comme tout le monde », aime à répéter Jean Lombard. « Mais dehors, ce n’est pas toujours facile. Il faut que le handicap soit mieux pris en compte dans l’aménagement de la ville. » Offrir un territoire plus accessible, c’est l’objectif du Département qui a lancé un plan d’actions, « HandiProvence 2025 », pour faciliter la vie en milieu ordinaire des personnes en situation de handicap. LE DÉPARTEMENT FINANCE L’AMÉNAGEMENT DE VOTRE LOGEMENT Vous êtes en situation de handicap et votre logement n’est pas fonctionnel ? Le Département vous aide à financer des travaux d’aménagement. Si vous êtes bénéficiaire de la Prestation de compensation du handicap (PCH), retrouvez toutes les informations sur mdph13.fr. Si vous êtes bénéficiaire de l’Allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP), contactez le CREEDAT au 04 91 41 69 70 ou le Service départemental pour les personnes handicapées au 04 13 31 27 70.
AIDER NE DEVRAIT PAS RIMER AVEC S’OUBLIER À 48 ans, Stéphanie Ronfort a fait de l’aide aux autres son quotidien. Tout d’abord auprès de sa mère, puis de son fils. Aujourd’hui, elle essaie de penser à elle. Mais la culpabilité n’est jamais loin. Il est des destins qui sont parfois plus compliqués que d’autres. Celui de Stéphanie a été marqué trés tôt par le sceau de la responsabilité. Très tôt, on détecte chez sa mère une sclérose en plaques. À 16 ans, elle endosse le costume d’aidante. « Ça n’a jamais été un problème pour moi puisque c’était naturel. Être auprès d’elle pour l’aider dans les gestes du quotidien relevait de l’évidence ». Stéphanie devient alors maman de deux enfants dont un est atteint d’un trouble « Dys ». Il lui a fallu alors jongler entre un poste dans le commerce international, sa présence quotidienne auprès de sa mère et l’éducation de ses enfants. UNE DISPARITION SOCIALE Des journées trop remplies qui laissent peu de place à sa vie de femme. « On se rend compte que l’on disparaît socialement, qu’on n’a plus de temps à consacrer à sa propre vie. On s’oublie car la fatigue physique et morale prend le dessus ». Alors qu’elle se croyait seule, Stéphanie découvre l’empathie et l’écoute grâce à l’association « A3 » qui accompagne les aidants. « J’avais l’impression d’avoir atteint mes limites. En parler avec d’autres personnes qui mènent le même LE DÉPARTEMENT ACCOMPAGNE LES AIDANTS APA  : dans le cas où une personne de plus de 60 ans bénéficie d’une Allocation personnalisée d’autonomie, le proche aidant peut être aidé pour organiser des temps de répit grâce à des dispositifs d’accueil temporaire ou de relais à domicile. Quiétude 13  : service de téléassistance à domicile 24h/24 et 7j/7 pour les personnes de plus de 60 ans ou les personnes handicapées, Quiétude 13 apporte une sécurité à l’aidant et concourt à son répit. Les dispositifs de répit en établissement  : les personnes âgées en perte d’autonomie sont accueillies à la journée ou en hébergement temporaire dans des établissements spécialisés.combat m’a permis de relativiser. Mais il faut être prête à entendre des choses qui ne sont pas toujours évidentes à accepter. Comme cette difficulté à lâcher à cause de la culpabilité que cela entraîne ». « MON ASSOCIATION ? UNE FIERTÉ ! » Aujourd’hui, Stéphanie a réussi à changer son quotidien. Tout d’abord en impliquant plus son entourage en lui demandant de prendre sa part de présence. Ensuite en essayant de s’accorder du répit et de vivre sa vie de femme. « Avoir du temps pour moi était peu envisageable. Lorsque je terminais d’un côté, il fallait recommencer de l’autre. Comme une machine qui ne s’arrête jamais. J’arrive désormais à changer ça ». Pour mieux poursuivre son aventure du quotidien, elle a créé une association pour les personnes « Dys et Troubles de l’attention » *. « L’objectif est de leur permettre d’accéder à des loisirs et des activités ludiques. Ça n’existe nulle part ailleurs. J’aimerais donner aux autres ce que je n’ai pas eu ». Les loisirs, le temps libre, un rêve que Stéphanie commence à toucher du bout du doigt. * « Dans ma maison tu viendras »  : 06 15 32 50 19 Pour sortir de l’isolement ou bénéficier d’un droit au répit, les aidants peuvent s’appuyer sur le Département. Petit tour d’horizon des principaux dispositifs. #SOLIDARITÉS La Journée des Aidants  : organisée chaque année à l’Hôtel du Département, elle permet aux aidants d’échanger sur leurs difficultés et de s’informer sur les dispositifs de répit et les aides existantes. Une Maison des aidants devrait bientôt ouvrir ses portes. #253 l Le magazine du Département des Bouches-du-Rhône 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :