[13] Accents n°250 mai/jun 2019
[13] Accents n°250 mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°250 de mai/jun 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Bouches-du-Rhône

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 46

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Alain Ducasse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
#POINTS DE VUE Groupe « Un département gagnant » Les Républicains - UDI - Indépendants de droite Équilibre et vitalité territoriales comme facteurs d’une plus grande démocratie locale Les nouveaux contrats départementaux de développement et d’aménagement (CDDA) sont considérés par notre majorité qui les a mis en place dès 2015 comme un puissant levier d’attractivité territoriale. Pour toutes les communes des Bouches-du-Rhône qui en profitent, ils sont à la fois le gage d’un intérêt général mieux servi, d’une plus grande qualité de vie, et enfin, d’un service public amélioré dans l’intérêt de tous et ce à l’échelon de la « grande proximité ». Ces indispensables outils de l’aide aux communes et à nos populations sont au cœur de nombreux enjeux pour notre territoire. Réveiller la capitale de notre métropole et de notre département Trop longtemps oubliée, Marseille, comme le démontre ce numéro d’Accents, méritait toutes les attentions et toutes les ambitions d’un plan de soutien à la mesure des enjeux d’images, mais aussi économiques, culturels et sociaux de la deuxième ville de France. Avec 350 millions d’euros d’aides, c’est tout son territoire mais aussi tous les champs de l’action politique qui sont visés  : réaménagements du Cours Lieutaud, Jarret et Vieux-Port, santé et hôpitaux, sécurité et vidéo-protection, éducation et écoles, solidarité et Bel âge, solidarité et enfance, mobilité et transports, culture et patrimoine historique. La liste est longue et, malheureusement, à la hauteur du retard cumulé pendant tant d’années. Soutenir et aider toutes les capitales de la métropole Et cette même logique volontariste et structurante prévaut pour les « capitales » de la Provence bucco-rhodanienne. Les pays d’Aix-en-Provence, de Salon-de-Provence, d’Arles, d’Aubagne-en-Provence et La Ciotat, d’Istres et de Martigues ont également vu la manne départementale abonder les budgets communaux, pour venir aider les maires et les équipes municipales à mieux préparer l’avenir, à mieux gérer le présent et les attentes des habitants. Tous territoires confondus – en clair, tout le département ! – ce sont là encore depuis 2015 des centaines de millions d’euros qui ont été co-investis pour une co-prospérité communesdépartement. Ne jamais oublier nos concitoyens et les populations les plus fragilisées Il faut ajouter aux grands chantiers et à tous ces équipements structurants la somme infinie des services et prestations que le Département apporte à ses concitoyens, soit au titre de ses compétences obligatoires (petite enfance, éducation et collèges, solidarité, handicap et Bel âge), soit indirectement, par l’aide apportée à ses partenaires institutionnels (Europe, État, Région, Métropole, Communes). Là, la liste et le calcul des aides – fruit de l’impôt et donc de votre solidarité – seraient fastidieux. L’exemple vaut toujours mieux que tout. Je veux citer les Maisons du Bel âge (MBA). À l’horizon 2020, et indépendamment des 289 clubs de loisirs et d’entraide et de ses 47 000 adhérents bénéficiaires, ce seront une cinquantaine d’entre elles qui verront le jour et qui permettront de centraliser et d’ouvrir les services de proximité en un lieu unique pour tous nos aînés. Pour nous, il s’agit par là de donner un sens nouveau au devoir intergénérationnel. Comme la République, notre Département est Un et Indivisible. Et c’est parce que nous le considérons comme tel, que nous travaillons dans tous les domaines et en direction de tous les acteurs et de tous les publics. C’est une question de justice et d’équité, c’est aussi et surtout une raison d’affermir et de renforcer la démocratie et le mieux être ensemble. Jean-Marc Perrin, Président du groupe « Un Département Gagnant-Les Républicains-UDI-Indépendants de droite » Tél. 04 13 31 09 18 - jeanmarc.perrin@departement13.fr 32 l Le magazine du Département des Bouches-du-Rhône l #250
Groupe PC et Partenaires Et l’intérêt des populations ? Rapport du Préfet, visite du 1er Ministre, la fusion Métropole/Département est posée sur la table. Mais par quoi est-elle dictée ? Par l’intérêt des populations et des territoires ? Du service public ? Pas du tout ! Elle n’est dictée que par la seule volonté d’économie de la dépense publique et de la réduction des pouvoirs locaux donc de la démocratie locale. D’ailleurs, le Conseil de Provence, organe de consultation du Conseil départemental, alerte sur le danger d’une fusion à effet mécano qui, je cite, « inefficacité, immobilisme, conflit, instabilité et risque fiscal ». Alors que tous les Présidents de Département de France ont refusé les fusions, Marseille joue aux premiers de la classe. Et si on demandait l’avis des populations ? Gérard Frau, Conseiller départemental du canton de Martigues Tél. 04 13 31 12 42 - gerard.frau@departement13.fr Groupe Socialiste et Écologiste Enfin construire un territoire pertinent Le grand territoire de Provence est géré de longue date par le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, et par des intercommunalités fusionnées depuis 2016 dans l’EPCI unique de la Métropole Aix-Marseille-Provence. En matière d’emploi, d’attractivité économique, d’aménagement, de mobilité, d’habitat et de protection de l’environnement, la situation de ce territoire est notoirement insatisfaisante. La complexité de sa gestion territoriale mixte, le manque de clarté dans sa gouvernance, le manque d’efficacité dans l’utilisation de ses ressources, sont ici en cause. Aujourd’hui, réaliser la fusion du Département et de l’EPCI Aix-Marseille-Provence est indispensable pour  : -Mettre en œuvre une collectivité métropolitaine unique, simple, solide et pérenne. -Élaborer un projet politique, économique, social et environnemental, autour d’une forte ambition collective. -Réorganiser les équilibres entre les communes et la nouvelle collectivité, avec trois objectifs majeurs  : aux communes, la proximité. À la métropole, les grandes compétences et les choix stratégiques. Et l’obligation, bien sûr, d’assurer la « soutenabilité » financière de l’ensemble. Christophe Masse, Conseiller départemental et les élu(e)s du groupe Socialiste et écologiste  : Josette Sportiello, Rosy Inaudi, Geneviève Tranchida, Michèle Rubirola, Henri Jibrayel, Benoît Payan, Denis Rossi Tél. 04 13 31 08 50 - christophe.masse@departement13.fr Non inscrit Un Département Patriote ! Groupe des élus indépendants Comment peut-on parler de Métropole, si l’on ne parle que de Marseille ? Mme Vassal, Présidente du Conseil départemental et aujourd’hui de la Métropole, aime pratiquer le changement et elle l’affirme. Par exemple, avec « les États généraux de Provence », ou encore « l’accélérateur de l’emploi » ; beaucoup de communication peu d’effet ! Un budget conséquent pour Marseille, qui en a besoin certes, mais qui ne devrait pas être le seul objectif de cette gouvernance omnipotente. Non Mme Vassal, le Département tant qu’il existe et la métropole telle qu’elle devra exister sont un vaste territoire dans lequel nos populations essaient de vivre, nos communes peinent à subsister, et la complexité de lourds enjeux dépasse de loin l’ambition d’une seule personne ! C’est l’habitat qui prime ! À Marseille on le sait depuis le 5 novembre 2018 rue d’Aubagne ! Revoyons donc le PLH, de plus notre patrimoine existant est exceptionnel, rénovons-le et il viendra l’enrichir ! C’est ainsi que l’on pourra envisager le développement de notre département, l’accent doit être mis sur cette question, c’est capital ! À l’heure de la fusion Département- Métropole, quel est l’avenir de nos habitants ? Et nos communes ? La question se pose tant au niveau social qu’au niveau fiscal, un vrai débat est attendu pour travailler en conscience, sur les thèmes essentiels, qui concernent nos concitoyens ! Lisette Narducci, Présidente du groupe des élus indépendants Tél. 04 13 31 11 15 - lisette.narducci@departement13.fr Conseiller départemental du canton de Berre-l’Étang (Rognac, Berre-l’Étang, Saint-Chamas, Lançon-Provence, Velaux, La Fare-les- Oliviers, Coudoux, Ventabren, Cornillon-Confoux), je suis à votre écoute et je tiens des permanences dans les communes de mon canton de Berre, RDV à prendre à mon secrétariat au 04 13 31 08 98. Jean-Marie Vérani, Conseiller départemental du canton de Berre. Tél. 04 13 31 08 98 - jeanmarie.verani@departement13.fr #POINTS DE VUE Groupe des Socialistes Républicains Notre département  : quel avenir ? Le rapport sur le devenir de la Métropole et le projet de fusion avec le Département forment légitimement de nouvelles interrogations pour les territoires et ce, dans un contexte de renouvellement démocratique pour l’échelon communal. La Métropole d’Aix-Marseille est un cas unique en France en ce sens qu’elle représente 62% du territoire et 91,5% de la population du département des Bouches-du-Rhône. Cette proposition d’une nouvelle collectivité unique et fusionnée modifie l’approche de la représentation des territoires et la réussite de cette création dépendra de l’émergence d’un nouvel équilibre qui nécessairement devra veiller à la préservation des habitants et de leurs représentants, les mairies, mais également, à la protection des agents qui œuvrent inlassablement pour garantir la qualité d’un service public de proximité. Rébia Benarioua, Anne Di Marino, Jacky Gérard, Nicole Joulia, René Raimondi, Frédéric Vigouroux Groupe des Socialistes Républicains  : Tél. 04 13 31 16 27 #250 l Le magazine du Département des Bouches-du-Rhône 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :