[13] Accents n°247 nov/déc 2018
[13] Accents n°247 nov/déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°247 de nov/déc 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Bouches-du-Rhône

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : le territoire change d'air.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
#DÉCOUVERTES AUGUSTE LUDOVIC AYMÈS CHARRETIER, AGRICULTEUR 1879-1918 Incorporé dans le 145 e régiment d’infanterie territoriale entre mars et septembre 1916, Auguste Ludovic Aymès est envoyé à Verdun. En 1917, le régiment est dissous et le caporal Auguste Aymès est incorporé au 155 e régiment d’infanterie. Lors de l’attaque du bois des Loges, le 12 août 1918 à Conchy les Pots dans l’Oise, de nombreux soldats du 155 e tombent et Auguste Aymès est porté disparu. À l’issue d’une longue enquête de disparition qui dure plus d’un an, Auguste est déclaré mort pour la France. Archives départementales 44 l Le magazine du Département des Bouches-du-Rhône l #247 Le 11 novembre 1918 à 5h15 dans la forêt de Compiègne, quelques signatures apposées sur un document libèrent les populations de quatre années de guerre  : l’Armistice de la Première guerre mondiale est signé. À Paris mais aussi à Berlin, des milliers de personnes « fêtent » la fin de ce qui fut sans doute un des conflits les plus sanglants de l’Histoire. 18 millions de morts, des centaines de milliers de blessés, des pays exsangues de leur jeunesse, un traumatisme éprouvant pour les familles. CENTENAIRE DE L’ARMISTICE LE DÉPARTEMENT SE SOUVIENT Dans les tranchées, pourtant, on a tenté de survivre en créant des objets du quotidien, pendant que plus d’un milliard d’obus défiguraient les soldats qu’on appellera les « gueules cassées ». 100 ans après, le Département se souvient de ceux qui laissèrent leur vie pour la liberté et honore ceux qui en ont réchappé. Sur les monuments rénovés, la trace des morts est loin d’être effacée. LA MARCHE DU CENTENAIRE Ils étaient plus de 1000 personnes dont 800 collégiens le jeudi 13 septembre à se souvenir de ce que fut la Première guerre mondiale. Les trois kilomètres de marche menant à la nécropole de Luynes ont donné lieu à des lectures, des chants et ont surtout permis d’honorer la mémoire des combattants.
LES MONUMENTS RÉNOVÉS À Grans ou à Berre l’Étang, comme dans de nombreuses communes du département, les monuments aux morts ont été rénovés. Une aide de l’institution départementale a permis aux villes et aux villages de garder intacts la mémoire et le souvenir. LA THÉRAPIE DE LA MUSIQUE Sans doute pour oublier le bruit des bombes, certains fabriquaient des instruments de musique. On imagine que ce violon a tenté de faire échapper des notes salvatrices aux soldats fatigués et au moral en berne. L’ART DES TRANCHÉES Ce casque Adrian ayant appartenu au soldat Paul Wicker du 363 e régiment d’infanterie, prouve que malgré l’atrocité du quotidien, les artistes n’avaient pas perdu leur âme créatrice. À LUYNES, LE RECUEILLEMENT ET LES HOMMAGES La Nécropole de Luynes est le cimetière des deux guerres mondiales. Martine Vassal, Présidente du Conseil départemental, entourée de deux élus au Conseil départemental des Jeunes, a rendu hommage à ceux qui défendirent le pays il y a 100 ans. Archives départementales #EN IMAGES GASTON CASTEL, « GUEULE CASSÉE » DE L’HISTOIRE Grièvement blessé au début de la guerre puis fait prisonnier, Gaston Castel a porté toute sa vie les stigmates de la « Grande Guerre ». Figure emblématique de l’architecture avec notamment l’opéra de Marseille ou le monument aux morts de l’armée d’Orient, il fut jusqu’à la fin de sa vie une « gueule cassée » de l’histoire. #247 l Le magazine du Département des Bouches-du-Rhône 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :