[13] Accents n°246 sep/oct 2018
[13] Accents n°246 sep/oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°246 de sep/oct 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Bouches-du-Rhône

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 4,0 Mo

  • Dans ce numéro : avec le kit de rentrée, souriez et économisez !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
#DÉCOUVERTES Jean-Pierre Moulères est l’initiateur du projet « En descendant La Canebière » qui a permis de collecter 800 photos auprès des Marseillais constituant un fonds photographique inédit qui raconte les petites et la grande histoires de la Canebière entre les années 30 et 60. JEAN-PIERRE MOULÈRES ALBUMS DE FAMILLE SUR LA CANEBIÈRE Tour à tour commissaire d’exposition, conseiller artistique, scénographe, Jean-Pierre Moulères ne se définit pas comme un artiste. C’est un artisan de projets dans lesquels les citoyens sont les acteurs principaux. Une démarche qu’il a toujours cultivée dans son travail et dans laquelle la photographie a pris de plus en plus de place au fil du temps. Comme en 2013, pour « Marseille-Provence, Capitale européenne de la Culture » avec l’initiative des « Chercheurs du Midi », une grande collecte de photos de famille exposées au J1 à Marseille. Ou comme en 2015 pour les 20 ans du Musée départemental Arles Antique pour lequel il a réuni cette fois des photos prises dans les sites antiques de la Méditerranée. Au cours de ces projets, Jean-Pierre Moulères mesure à chaque fois combien ces petits bouts de papier parfois glissés dans un portefeuille ou rangés dans un album peuvent faire sens  : « Ensemble, ces tirages créent un récit et forment une œuvre ». LE MARSEILLE DU SIÈCLE DERNIER Dernièrement, il a fait naître un nouveau récit en appelant les Marseillais à rassembler leurs photographies prises sur la Canebière, entre les années 30 et 60. « En descendant la Canebière » * a rencontré un vif succès. 800 photos collectées constituent désormais un riche fonds photographique. On y voit des jeunes couples ou des familles déambuler, des marins en escale, des militaires en permission, des travailleurs, des passants endimanchés. Bref, l’histoire de Marseille et de ses habitants. « Ces petites histoires racontent en réalité une grande histoire. Celle du prêt à porter, de l’architecture, de la société, du mode de vie ». 40 l Le magazine du Département des Bouches-du-Rhône l #246 L’HISTOIRE DES PHOTOGRAPHES DE RUE Mais c’est aussi l’histoire de ceux que l’on appelait « photographes de rue, photographes ambulants ou photo stoppeurs ». Un métier apparu à une époque où l’appareil photo était réservé aux studios photo qui florissaient sur la Canebière  : Paris-Photo au 52, Mondial- Portrait au 75, Bébé-Photo dans le hall du Cinéac. Et tant d’autres qui dépêchaient des photographes pour immortaliser les passants dans un moment posé ou sur le vif. « À cette époque, la photo de vie n’existait pas, il y avait soit les photos en studio pour un événement familial soit celles des photographes ambulants. Ces derniers ont inventé une esthétique des passants, explique Jean-Pierre Moulères. Cette pratique très populaire a donné lieu à des fonds photographiques inexploités, riches en émotions et en informations. PATRIMOINE FAMILIER Jean-Pierre Moulères a révélé ce trésor, et à 60 ans, il ne compte pas s’arrêter là. L’histoire des photographes de rue, c’est certainement l’un de ses prochains projets. « Ces tirages parlent de nous », clame t-il en défenseur de ce patrimoine qui constitue notre histoire et construit « nos petites mythologies familiales ». Amateur de la photo dite « vernaculaire », celle du quotidien dégagée de la contrainte artistique, Jean-Pierre Moulères voudrait lui donner une place. Et se réjouit toujours autant de sortir de l’anonymat l’histoire de chacun, de la faire entrer dans un musée ou dans un lieu d’exposition, comme il l’espère pour la collection « En descendant La Canebière ». *La collection est à voir sur  : endescendantlacanebiere.fr. « En descendant la Canebière » est un projet financé par le Département et produit par ZINC - Centre des arts et des cultures numériques. Pascale Hulot Loïc Bonnaure
COLLÉGIENNES Aujourd’hui âgée de 93 ans, Irène Gozzi pose devant la photo prise le vendredi 3 avril 1942, en allant dessiner à la Tulière, en compagnie de ses amies collégiennes de la 3 e B de l’école Edgard Quinet coll. Gozzi Irène – DR Rina Thiébaut LA QUILLE DU MILITAIRE Le 28 janvier 1949-Raymond Molenat  : « J’ai fait l’armée pendant l’année 1948. Pendant les 3 mois de classe, j’allais chaque jour à vélo de Mazargues où j’habitais, à la caserne d’Aubagne. Ensuite affecté à l’hôpital Michel Lévy, j’ai appris « sur le tas » le métier d’infirmier, brancardier, aide-soignant ! Très bons souvenirs mais descendre La Canebière avec son baluchon et la quille, c’est encore mieux ! » LES ZAZOUS Le 16 juillet 1943, Camille Caire et André Alauzen en duo sur la Canebière coll. CAIRE Robert – DR coll. MOLENAT Raymond – DR DÉFENSE PASSIVE Le 23 Mai 1943-Raymond Olivieri  : « Cette photo me représente en compagnie de 3 copains en revenant d’un entrainement de la Défense passive en prévision d’intervention en cas de bombardement. Le 27 mai 1944 donna l’occasion à tous ces volontaires de participer au sauvetage des victimes » coll. OLIVIERI Raymond – DR-Studio  : Ciné stop BALADE La Canebière, 1946 coll. GIACOMETTI Paulette – DR #UN ŒIL SUR LE TERRITOIRE AMOUREUX Yvette et Jean sur La Canebière 1950 coll. David Roland – DR RETOUR D’INDOCHINE 15 novembre 1956- Retour d’un Légionnaire avec sa femme et ses enfants d’Indochine coll. LUZY Manuela – DR #246 l Le magazine du Département des Bouches-du-Rhône 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :