[13] Accents n°216 avril 2013
[13] Accents n°216 avril 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°216 de avril 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Bouches-du-Rhône

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : environnement, l'atout Bouches-du-Rhône.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Action publique environnement Les domaines départementaux Photo : J. P. Herbecq Photo : J. P. Herbecq 8 ACCENTS n°216 :: Action publique La trace de l’homme L es 30 espaces naturels sensibles que gère le Conseil général portent de nombreux témoignages d’activités humaines passées. Signes que la plupart des paysages sont depuis bien longtemps dessinés à quatre mains, homme et nature. L’abbaye cistercienne, à Saint-Pons, est fameuse. Le hameau du Trou, à Roques-Hautes, est connu des randonneurs amoureux de Sainte-Victoire, avec sa chapelle et son refuge Cézanne. La Quille, elle, se distingue de loin ; ce qui reste du vieux village du Puy- Sainte-Réparade et de sa forteresse fera l’objet d’une plaquette pour les Journées du patrimoine des 14 et 15 septembre. Mais il est bien d’autres vestiges blottis au plus profond des domaines : fours à chaux et carrières de La Barasse, souvenirs d’un riche passé industriel ; la chapelle Saint-André dite “Notre-Dame de la Sécheresse” à Fontblanche ou encore les Fermes de la Sinne-Puits d’Auzon, pour certaines occupées jadis par les Templiers et les pèlerins de passage… Le Conseil général a entrepris de restaurer progressivement ce patrimoine. En attendant, il est conseillé de respecter les interdictions d’accès. Chevrière du midi C’est comme une carte postale à l’entrée de Marseille : des chiens, un troupeau de brebis et une chevrière solidement ancrée dans sa passion. “Depuis 2002, je me bats pour vivre de mon métier dans ma région. Mais avec l’urbanisation, ce n’est pas facile de trouver des terrains pour mes brebis.” C’est pourquoi, depuis 2007, Christelle Gomez est particulièrement heureuse de son partenariat avec le Conseil général. Après avoir travaillé dans la région, elle s’est installée dans les Bouches-du-Rhône et élève ses brebis exclusivement en plein air avec le label bio. “Pouvoir utiliser le domaine de Pichauris pour y mettre mon troupeau, c’est une vraie chance. Sans cela, ça aurait été plus long et plus difficile.” Aujourd’hui, Christelle arrive à vivre de son métier en déplaçant son troupeau au gré des saisons. Du domaine départemental de Pichauris, elle emmène ses 250 brebis jusqu’à Carpiagne, en passant par Aubagne ou Gémenos. “Quand mon troupeau est à Pichauris, je me mets d’accord avec les agents du Conseil général pour placer mes brebis aux abords de pistes DFCI ou dans des endroits à débroussailler. C’est un moyen naturel de lutter contre les incendies.” Avec ses agneaux bio qu’elle vend dans les AMAP ou aux particuliers, Christelle parvient à maintenir une activité sylvopastorale en plein cœur des Bouches-du-Rhône. O. G.
Photo : C. Rombi La Camargue à la croisée des eaux Le Conseil général possède et protège une partie des vastes espaces camarguais où les activités humaines n’ont jamais cessé de façonner les paysages. Mais le temps est venu d’une gestion plus serrée. L es salicornes se sont parées de grenat. Les canards volent en escadrilles. C’est l’hiver en Camargue. Entre le ciel et l’eau, qui parfois fusionnent, le promeneur minuscule se demande s’il n’a pas découvert un lieu d’éternité. Et pourtant. “La Camargue est une île, parée de digues, avec des entrées et des sorties d’eau artificielles. Hormis les précipitations, pas une goutte d’eau n’entre dans le delta sans le bon vouloir des hommes.” explique Guy Teissier, ingénieur en charge des Domaines départementaux de Camargue. Défendre la biodiversité c’est donc ici veiller à ce que les tensions entre les usages (riziculture, pêche, pâturage, promenade, chasse...) s’estompent et que le recours à l’eau qu’ils nécessitent (hauteur, salinité, pollutions) ne modifient trop les équilibres. Interdépendances Pour le Conseil général comme pour le vaste Parc naturel régional de Camargue dont il est partie prenante, l’enjeu est d’importance. Le delta est un petit paradis ornithologique où, au-delà des flamands roses, des millions d’oiseaux migrateurs font halte chaque année. Et au cœur de cet espace à préserver poussent de nombreuses plantes rares au cœur d’écosystèmes variés : lagunes, sansouires, ripisylves ou prés salés. “L’eau est omniprésente en Camargue, et c’est encore plus vrai sur les propriétés départementales qui s’étirent depuis le Petit Rhône (Château d’Avignon) jusqu’aux Étangs des Impériaux au contact de la mer. Nous devons renforcer la cohérence de la gestion hydraulique des étangs inférieurs avec les espaces voisins (Étang de Vaccarès notamment). Cela se traduit par une gestion des niveaux d’eau et de salinité. Enfin, nous devons être vigilants pour renforcer les échanges biologiques avec la mer en portant une attention particulière aux entrées et sorties de poissons à la mer. Il faut donc intervenir, gérer ” analyse Guy Tessier. Cela passe par une connaissance affinée du milieu : “Ici, et peut-être plus qu’ailleurs, les phénomènes et les espaces sont interdépendants et il est parfois difficile de discerner précisément les causes et les conséquences.” Cela a rendu nécessaire un Plan d’action de long terme en cours de validation : une manière pour le Conseil général de confirmer son engagement déjà ancien sur place. Étangs des Imperiaux, de Consécanières, Terres de Bardouines et Mas du ménage : acquis progressivement depuis 1962, un tiers des espaces naturels gérés par le Département est en Camargue. S’y ajoute le Château d’Avignon, sur la route d’Arles aux Saintes, chargé d’histoire camarguaise et devenu un haut lieu culturel. 13 Grandeur Nature une application gratuite pour découvrir les parcs des bouches-du-rhône. > Les informations relatives au patrimoine et à la biodiversité des domaines départementaux sont disponibles à compter du 2 avril grâce à une application gratuite disponible sur Apple store et Google play. Avec 13 Grandeur nature, vous pourrez choisir votre balade en téléchargeant les circuits de randonnée, pédestres ou VTT, balisés. Vous pourrez également consulter toutes l’actualité des parcs et domaines : manifestations sportives, culturelles, randonnées à dos d’âne… Et puisque nous sommes en 2013, année Capitale, découvrez aussi les domaines traversés par le circuit du GR 2013 conçu par les artistes marcheurs. ACCENTS n°216 :: Action publique 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :