[13] Accents n°216 avril 2013
[13] Accents n°216 avril 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°216 de avril 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Bouches-du-Rhône

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : environnement, l'atout Bouches-du-Rhône.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Action publique POINT DE VUE LE 13 EN ACTION - PS - DVG Promouvoir une agriculture départementale de qualité Alors que le 50 e salon de l’agriculture vient de fermer ses portes à Paris, il est utile de rappeler qu’avec un chiffre d’affaire de 950 M€ et 20 000 salariés, le monde agricole joue un rôle primordial dans le développement économique des Bouches-du-Rhône. Néanmoins, ce secteur n’est pas épargné par la crise : concurrence déloyale de certains pays pratiquant le dumping social, manque de transparence des intermédiaires et des distributeurs, sans oublier la spéculation foncière qui empêche l’acquisition des terrains agricoles par les jeunes agriculteurs. C’est ainsi qu’en vingt ans, le nombre d’exploitations a chuté de 50 % dans notre département. Face à ce terrible constat, le Conseil général, dans le cadre de ses compétences sociales, engage un effort particulier pour venir en aide aux agriculteurs en situation de précarité notamment par l’intermédiaire de l’association Solidarité Paysans Provence qui assure le suivi des familles en difficulté. Mais il faut avant tout permettre aux agriculteurs de travailler en préservant les espaces agricoles de l’urbanisation qui grignote chaque année près de 1 500 hectares de bonnes terres. C’est pour cela que nous invitons les communes à mettre en place des périmètres de protection d’espaces agricoles et naturels périurbains qui permettent, comme c’est le cas à Velaux, de protéger 300 hectares de toute urbanisation. Nous pensons par ailleurs que l’avenir de notre agriculture passe par une production raisonnée, de qualité et qui privilégie les circuits courts, d’autant plus que nos espaces agricoles sont très proches des zones urbanisées. Une pratique que soutient le Conseil général à travers la promotion des points de ventes de paniers paysans (Amap) ou notre manifestation annuelle Terroir 13 qui met nos producteurs à l’honneur. Une excellence qui fait notre fierté et qui va audelà des limites de notre département, puisque ce ne sont pas moins de 83 viticulteurs et 39 producteurs d’huile d’olive des Bouches-du- Rhône qui ont été médaillés lors du Concours général Agricole 2013. Cette démarche de qualité est plus que jamais capitale, à l’heure où éclatent les scandales d’une certaine industrie agro-alimentaire prête à tous les arrangements pour faire du profit sur le dos des producteurs mais surtout des consommateurs et de leur santé. Car il faut revenir à la fonction première de l’agriculture : l’alimentation, car c’est bien de notre propre capacité à nous nourrir et à nous suffire qu’il s’agit. Claude Vulpian, vice-président du Conseil général, délégué à l’Agriculture - Tél. 04 13 31 11 53 claude.vulpian@cg13.fr 18 ACCENTS n°216 :: Action publique L es collectivités territoriales sont dans une situation financière compliquée du fait des transferts de charges non financés par les différents gouvernements depuis 30 ans. Leur mission, contribuer à la satisfaction des besoins des populations, est, de fait, rendue plus difficile, au moment où la crise frappe durement les familles, les jeunes et les salariés. Les dotations d’Etat seront ainsi réduites en 2014 et 2015 après avoir été “gelées” ces dernières années. Ces dotations ne sont pas une subvention, mais une compensation de l’Etat suite aux différentes réformes fiscales notamgroupe PC Non l’austérité ne répond pas aux besoins des populations !
ment celle de la Taxe Professionnelle. Le gouvernement a annoncé, le 12 février, un nouveau tour de vis avec un doublement de la réduction des concours de l’Etat d’ici 2015. C’est une nouvelle remise en cause des actions de services publics développées par les collectivités locales. Cette baisse des dotations aura un impact direct sur la cohésion sociale, les services rendus à la population, au risque d’en diminuer le volume, ou la qualité, mais, aussi sur l’investissement départemental facteur d’emplois, et de développement économique. A l’asphyxie financière s’ajoute le projet gouvernemental d’Eurométropole qui fait peser de lourdes menaces sur les collectivités de notre département. Les exigences de changements de politique exprimés à l’occasion des élections présidentielles et législatives imposent aux élus de gauche des responsabilités nouvelles, en premier lieu au gouvernement. L’Etat doit revoir sa copie, ouvrir immédiatement des négociations avec les collectivités et les associations d’élus. Avec les habitants, nous sommes mobilisés, nous serons force de propositions. Ainsi, nous voulons participer à la construction de territoires solidaires et démocratiques, dotés des moyens financiers pour répondre aux besoins légitimes de nos concitoyens. Jean-Marc Charrier, maire de Port-Saint-Louis-du- Rhône, conseiller général, président du Groupe communistes - Tél. 04 13 31 12 28 jean-marc.charrier@cg13.fr Parti socialiste : “Ma petite entreprise connaît pas la crise…” Comme chaque année, le Conseil général des Bouches-du-Rhône a débattu en février de ses orientations budgétaires pour l’année en cours, avant de se prononcer en mars sur son budget. Pourtant cette année, sous nos yeux ébahis, la majorité de gauche, qui ne trouvait hier pas de mots assez durs pour condamner la volonté de Nicolas Sarkozy d’amener les collectivités territoriales à rationaliser leurs dépenses, s’est répandue en louanges sur le courage et la sagesse de François Hollande… alors même que celui-ci, trahissant sa promesse de garantir le niveau des dotations de l’État, a brutalement décidé de les geler en 2013 et de les raboter de 3 milliards d’euros en 2014 et en 2015 ! Sous les mensonges, l’austérité… Pourtant, si la gauche n’a eu aucun scrupule à faire croire aux Français qu’ils pourraient échapper aux efforts, elle prend soin d’en dispenser ses élus ! François Hollande s’est en effet empressé de tuer dans l’oeuf le projet des 3 000 “conseillers territoriaux” qui devaient remplacer en 2014 les 6 000 élus départementaux et régionaux. Les milliers de barons locaux de la gauche pourront tranquillement continuer à mener la dolce vita aux commandes de départements et de régions qu’ils considèrent comme leurs résidences secondaires, tandis que les Français devront conserver leur inextricable et coûteux millefeuilles administratif… Quant à l’interdiction de cumuler un mandat national et un mandat local, il n’est pas trop tard pour voir François Hollande revenir sur sa promesse… Comme tous ses collègues parlementaires socialistes, celui-ci s’est bien L’AVENIR DU 13 UMP - NOUVEAU CENTRE ET APPARENTÉS gardé, avant son élection à la tête de l’État, de se conformer aux statuts de son parti : alors que ce dernier avait fait du non-cumul une règle interne dès 2010, celui qui était alors député de la Corrèze n’avait pas hésité à se faire réélire à la présidence du Conseil général de son département en 2011 ! Aujourd’hui, députés et sénateurs socialistes savent pouvoir compter sur leur ex-collègue et sa légendaire capacité à retourner sa veste pour, peut-être, continuer à cumuler… Que vaut la volonté démocratique des Français face aux privilégiés de l’État-PS ? Pour François Hollande, garantir les avantages des amis passe par les bonnes vieilles recettes (sabotage du scrutin sénatorial, facilitation des triangulaires au second tour d’un scrutin), mais aussi par une inquiétante nouveauté : le “scrutin binominal paritaire”, qui affaiblira gravement la représentativité des territoires au nom de l’intérêt électoral des socialistes. Cette réforme ira en effet de pair avec un redécoupage massif des cantons visant à noyer les électeurs de droite et du centre dans de grands ensembles dominés par la gauche, qui ne reculera devant aucune manipulation pour endiguer la catastrophe qu’elle redoute aux élections départementales de 2015… groupe L’Avenir du 13 Tél. 04 13 31 19 77 - www.avenirdu13.fr Martine Vassal, Sandra SALOUM, Maurice REY, Didier REAULT, Marine PUSTORINO, Richard MIRON, André MALRAIT, Roland GIBERTI, Bruno GENZANA, Maurice DI NOCERA, Roland CHASSAIN, Jean-Pierre BOUVET, Patrick BORE, Anne-Marie BERTRAND, Sabine BERNASCONI, Solange BIAGGI, Robert ASSANTE ACCENTS n°216 :: En pointe 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :