[13] Accents n°213 oct/nov 2012
[13] Accents n°213 oct/nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°213 de oct/nov 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Bouches-du-Rhône

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : batailles pour l'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Action publique ON LE DIT ON LE FAIT Canton d’Arles-Est La Maison de la Solidarité respire mieux Claude Vulpian, conseiller général du canton « Par la proximité qu’elle permet d’entretenir avec le public qu’elle accueille, la Maison Départementale de la Solidarité joue un rôle de prévention, d’information et d’écoute de première importance. » À Arles, la Maison départementale de la solidarité est déployée sur trois sites avec une compétence territoriale s’étendant des Saintes-Maries-de-la-Mer aux Alpilles. Le site de Fanton, dans le centre-ville, accueille les populations de la moitié de la commune d’Arles, de Saint- Martin-de-Crau et de la Vallée des Baux. Au fil des ans, la diversification de ses activités sociales et médicales* a rendu indispensable le réaménagement de tout le rez-de-chaussée et l’exploitation du sous-sol. C’est chose faite, depuis la fin août, à la grande satisfaction de la directrice, Elisabeth Guyomarc’h, qui évoque un « projet sur-mesure » s’inscrivant dans la démarche Qualité Accueil initiée par le Conseil général. « La fonctionnalité du lieu est considérablement renforcée. La salle de médiation répond mieux désormais à sa vocation. La confidentialité des entretiens est mieux préservée grâce aux travaux d’isolation phonique. Les espaces médicaux sont également beaucoup plus opérationnels, notamment pour les prélèvements sanguins. Enfin, et ce n’est pas négligeable, la restructuration des sous-sols facilite grandement le stockage et l’archivage des dossiers ! » Le site de la rue Fanton reçoit, sur rendez-vous ou pas, une cinquantaine de personnes en moyenne chaque jour. Photo : J. P.Herbecq *Permanences et consultations dans le cadre de la Protection maternelle et infantile (PMI), du Centre de planification et d’éducation familiale et du CIDDIST-CIDAG (dépistage gratuit et anonyme du HIV et des infections sexuellement transmissibles) 25 rue du Dr Fanton, 13200 Arles. Tél. 04 13 31 62 61. Du lundi au vendredi, 8h30-12h et 13h30-17h, sauf le mardi après-midi. Permanences sociales et consultations médicales sur rendez-vous. 14 Photo : J. P.Herbecq ACCENTS n°213 Action publique L’école de musique de Saint-Martin-de-Crau entrera en fanfare dans 2013 À Saint-Martin-de-Crau, « Marseille Provence 2013, capitale européenne de la culture » débutera par l’inauguration d’un projet enthousiasmant : une nouvelle école de musique ! Sous l’impulsion de la Communauté d’agglomération Arles-Crau-Camargue-Montagnette et avec l’aide conséquente du Conseil général (40% d’un investissement estimé à 770 000 €), le futur établissement, aménagé au Mas Bard, prend forme depuis le printemps pour mieux accueillir cours et répétitions que le bâtiment de l’avenue des Alpilles ne pouvait plus abriter dans des conditions optimales. Dans ces lieux, quinze enseignants accompagnent actuellement 200 élèves, depuis le premier éveil musical jusqu’à une pratique plus confirmée qui amène l’école à s’investir dans deux événements de Marseille Provence 2013, « Nos paysages sonores » et « Mouvances Troubadours ». Musiques anciennes ou actuelles, instruments polyphoniques ou d’orchestre, chacun peut exprimer son talent, individuellement et collectivement. « L’épanouissement artistique et personnel s’accomplit dans le cadre de parcours pédagogiques favorisant le plus possible une pratique collective. Plus spacieux et confortables, les nouveaux locaux offrent aux élèves un espace de travail qui facilitera leur progression ! » confie le directeur, René Villermy. La nouvelle école abritera cinq salles de cours, une salle de formation et une salle d’éveil musical pour les 4 à 6 ans ainsi que des bureaux, des locaux de rangement pour les instruments et à l’extérieur, un parking.
Photo J. P.Herbecq Canton de Berre-l’Etang À Saint-Chamas, les enfants préfèrent manger à « leur » cantine ! Depuis cinq ans, les enfants de la maternelle du Loir, à Saint-Chamas, effectuaient chaque midi les aller-retour en bus pour déjeuner à la Poudrerie, dans la salle des archives, aux côtés de leurs petits camarades de la maternelle de la Poudrerie. Cinq ans, c’est long, mais c’est terminé depuis le 1 er octobre. Ils disposent enfin d’un restaurant scolaire bien à eux ! Grâce à l’appui financier du Conseil général qui a financé une partie importante de l’investissement, la commune a pu aménager, sous forme de modules avec isolation thermique renforcée, un réfectoire de 60m 2, apte à recevoir 60 enfants, et une extension de l’école de 102 m², rattachée au bâtiment principal par un sas, afin d’abriter sanitaires, salle de préparation des repas et vestiaire pour les deux agents chargés de la surveillance. « Les déplacements en bus étaient source de fatigue pour les élèves et devenaient de plus en plus coûteux, suite à la flambée des cours du pétrole » souligne le maire, René Gimet. Le projet a fait l’objet d’une large concertation avec le personnel enseignant et les parents, puis a été réalisé durant les vacances scolaires. « Il a fallu décaisser beaucoup de mètres cubes de terre et de roches pour permettre cette installation et la raccorder aux réseaux » explique le responsable des services techniques. Les enfants y ont vraiment gagné au change et pas seulement au Loir : à la Poudrerie, les demi-pensionnaires prennent désormais leur repas plus confortablement ! Mario Martinet conseiller général du canton « Grâce au dispositif de financement à 80% de leurs travaux de proximité, le Conseil général permet aux communes d’agir plus rapidement sur des projets d’amélioration directe du quotidien de leurs habitants, des plus petits aux plus grands ! » Aux plaisirs du square à Rognac À Rognac, la mairie de Jean-Pierre Guillaume s’est lancée dans un programme de réfection progressive de ses squares et jardins. Un square, lorsqu’il est entretenu et sécurisé, est en effet l’espace intergénérationnel par excellence, des enfants qui aiment y « décompresser » après une longue journée d’école aux messieurs retraités qui s’y chamaillent en toute amitié, autour d’un cochonnet... Le square Henri-Giraud, situé en centre-ville près du groupe scolaire Lamartine, c’est tout ce concentré de vie ! Et encore plus depuis la rentrée, suite à l’installation de nouveaux espaces de jeux pour les enfants (toboggan, jeu à ressort, manège incliné...), de sols souples, de bancs et d’un terrain de boules, le tout au milieu d’une végétation méditerranéenne diversifiée, plus économe en entretien et en eau. L’aménagement paysager a été conçu par le cabinet marseillais AT Paysage de Dominique Rebillard, et financé grâce à une subvention départementale de 80% dans le cadre des travaux de proximité. Photo : J. P.Herbecq ACCENTS n°213 Action publique15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :