[13] Accents n°210 avr/mai 2012
[13] Accents n°210 avr/mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°210 de avr/mai 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Bouches-du-Rhône

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2012, plus de solidarité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Action publique 8 Budget 2012 La politique de solidarité, pilier de la cohésion sociale Le budget de la solidarité du Conseil général des Bouchesdu-Rhône est un de plus élevés de France. Il progresse à nouveau cette année, pour une double raison : l’accroissement de la grande précarité et la montée en puissance des dispositifs transférés par l’État (RSA, PCH, APA..). RSA, FSL, PCH, APA, PMI, ASE…. Pour qui la regarde d’un peu loin, la politique d’action sociale et de solidarité du Conseil général ressemble étrangement à une forêt de sigles. Que certains, par méconnaissance sans doute, élagueraient bien. Et pourtant, ces dispositifs sont souvent vitaux. Comme le dit le sociologue Robert Castel, « dans une société hyperdiversifiée et rongée par la précarité, il n’y a pas de cohésion sociale sans protection sociale ». L’ensemble de ces politiques, confiées au Département par la loi, sont à la fois une conséquence et une réponse. Elles sont la conséquence de la crise profonde que traverse une société de plus en plus précarisée où les solidarités anciennes se détissent, comme de l’émergence de questions nouvelles, la dépendance des personnes âgées par exemple. L’ampleur de la réponse à cette crise (1,2 milliards d’euros dans le budget 2012) ACCENTS n°210 Action publique Nombre d’allocataires du RSA par département (en 2010) nord 124 967 Bouches-du-Rhône 89 505 Seine St-Denis 78 131 Paris 74 913 Pas-de-Calais 67 487 Rhône 44 812 gironde 41 754 haute-garonne 37 002 témoigne de l’engagement du Conseil général comme de l’importance de ces enjeux. Car ce sont des dizaines de milliers d’habitants, de tous âges, qui bénéficient du soutien du Département dont la politique se décline sur divers tableaux, avec cette année, pour chacun, un engagement accru : insertion sociale et professionnelle (Rsa, Fonds solidarité logement.. (+ 4,9%), soutien à la santé publique (+ 7,2%), à l’enfance et à la famille (+ 2,25%), et aux personnes handicapées (+ 11%). Les politiques d’aide aux personnes âgées progressent de 1,6 million d’euros, notamment pour financer les placements en établissements hors APA (+ 3,4%). Projet personnalisé Le Département ne se conçoit pas comme un simple guichet où seraient distribuées des prestations. Son action est au contraire portée par des professionnels (assistants sociaux, éducateurs spécialisés, auxiliaires de puériculture, éducatrices de jeunes enfants, infirmières, puéricultrices, sages femmes, conseillères en économie sociale et familiale, médecins, psychologues…) dont la mission est d’accompagner les bénéficiaires de ses dispositifs. « Nous mettons en place des processus qui visent à trouver une place dans la société à des personnes qui en sont exclues » résume t-on au Conseil général. Ainsi, le Département peut aider une famille à payer ses factures d’eau et d’électricité tout en l’incitant à mettre en place des mesures pour que cela ne se reproduise plus. Un bénéficiaire du RSA s’inscrira obligatoirement dans un dispositif qui lui fournira, en cas de besoin, une aide sur les volets « santé » ou « logement » et l’amènera aussi à signer un contrat d’engagement réciproque ou un projet personnalisé d’accès à l’emploi. adisa - Fotolia.com Yuri Arcurs - Fotolia.com
Photo : G. Lougassi Pas de hausse d’impôts Pour la sixième année consécutive, le Conseil général maintient inchangé son taux d’imposition. En 2011, la plupart des autres Départements ont augmenté leurs impôts (+ 1,5% en moyenne). Agir sur tous les leviers Premier investisseur public du Département et face à la crise, le Conseil général fait le choix d’accroître ou maintenir l’ensemble de ces politiques. En voici quelques axes majeurs. 200 millions pour l’éducation Quatre collèges seront livrés avant la fin de l’année (Collège Mignet à Aix, Collège Darius Milhaud à Marseille, Collège Joliot-Curie à Aubagne, collège Fernand Léger à Berre), deux autres seront partiellement livrés (Alphonse Daudet à Istres et Vallon de Toulouse à Marseille). Des travaux démarreront à Puy Sainte Réparade et aux collèges Longchamp et Rosa Parks (Marseille). Des études seront lancées ou poursuivies pour douze autres établissements. 24 opérations de rénovation seront également conduites. 102 millions pour des Transports collectifs et durables Réalisation de projets du Plan quinquennal (pôles d’échanges multimodaux, parcs relais, voies en site propre..) et concrétisation du volet ferroviaire du Contrat de projets 2007-2013 (Aix-Marseille, Marseille-Aubagne). Le réseau Cartreize (38 lignes régulières, 8 millions de voyageurs) va poursuivre ses investissements (notamment pour le Réseau de navettes rapides). L’expérimentation autour d’un futur billet unique et commun aux différents réseaux de transports publics sera poursuivie. 93,8 millions pour des routes plus sûres En 2012, 7 grands projets structurants co-financés dans le cadre du Plan quinquennal, 6 programmes de grands travaux (Aix-La Calade, La Fare, Cabannes, Meyrargues, Orgon, Marseille-Luminy) et 48 chantiers de modernisation du réseau départemental. 2,5 milliards d’euros Un budget à la hausse et voté à l’équilibre (dépenses = recettes) 96 millions pour l’environnement Le CG13, qui vient de lancer son Agenda 21, accroit de 2,6% son budget Environnement. Premier Département propriétaire d’espaces naturels (plus de 16 000 hectares dans des sites uniques : Camargue, Alpilles, Sainte- Victoire, Sainte-Baume, Étoile-Garlaban, Calanques), le Département poursuit sa politique d’acquisitions foncières, d’entretien des espaces naturels, de gestion des espaces littoraux tout en mettant en œuvre son Plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnées. 19, 7 millions contre les inégalités devant la santé Le secteur santé voit son budget augmenter de 7,2%. Prévention, protection de la mère et de l’enfant, dépistage (cancer, MST, tuberculose..), éducation à la santé : cette politique publique s’inscrit résolument dans la lutte contre les inégalités sociales de santé. Le Département financera également plusieurs projets d’équipements hospitaliers de pointe (robot de chirurgie coelioscopique à l’AP-HM par exemple). Monkey Business - Fotolia.com 543 millions d’investissements En hausse de 5,7%, le budget d’investissement du Conseil général vient directement soutenir l’économie locale et donc l’emploi. En 10 ans, le Département a investi près de 4 milliards d’euros. +12,5% Fixé à 41, 3 millions, le budget de la Culture fait un bond pour préparer Marseille Provence Capitale de la Culture 2013. 1600 1450 1300 1150 1000 850 700 550 400 250 100 -50 Un endettement faible Les Bouches-du-Rhône figurent au 5 e rang du classement des départements les moins endettés de France. Cette dette s’élève à 88 € par habitant. 1995 1996 La dette publique par secteurs En milliards d’euros 1997 1998 1998 État et administrations centrales Organismes de sécurité sociale Collectivités locales 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 Photo : S. Ben Lisa 2009 2010 Source : Assemblée des Départements de France ACCENTS n°210 Action publique 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :