[13] Accents n°206 septembre 2011
[13] Accents n°206 septembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°206 de septembre 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Bouches-du-Rhône

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : se déplacer à tout petit prix.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Action publique 8 Sécurité ACCENTS n°206 Action publique M. Montegrandi/13 Habitat Des collèges sécurisés Depuis 10 ans, aux abords des collèges, des médiateurs apaisent les tensions. Photo : C. Rombi Depuis dix ans, les médiateurs sociaux mis en place par le Conseil général en partenariat avec l’État, aux abords d’une quarantaine de collèges du département, présents aux heures d’entrée et de sortie des élèves, apaisent les tensions en prévenant et temporisant incivilités, bagarres ou tout acte de violence entre adolescents. Ce dispositif innovant a fait ses preuves. Une enquête de l’Inspection académique en pointait même les bienfaits : « Le Conseil général souhaitait l’élargir à une dizaine d’autres établissements, mais l’État, partenaire à 50% du financement, ne suit pas », déplore Janine Écochard, conseillère générale déléguée à l’Éducation. Par ailleurs, le Département a fait le choix de proposer aux collégiens des actions éducatives sur la citoyenneté, le respect des autres et la prévention des violences. Mais la sécurité des collégiens comme celle des enseignants et des personnels, passe aussi par des bâtiments aux normes et protégés des intrusions (vidéo surveillance des parvis, clôtures…). Les infirmeries comme les demi-pensions font aussi l’objet de toutes les attentions. Dans les premières, il s’agit de s’assurer de la mise en conformité des équipements et matériels. Dans les demipensions, dont le personnel est rattaché au Conseil général, « des formations sont périodiquement proposées et des visites de contrôle programmées à un rythme régulier » ajoute l’élue. La sécurité alimentaire des collégiens ne souffre pas d’exception. Eléonore H - Fotolia.com Photo : C. Rombi Prévention spécialisée Aller vers les jeunes sur leur terrain Équipe de nuit de l’Addap 13 déployée dans les rues de Marseille. Dans les Bouches-du-Rhône, l’un des remparts contre la délinquance est l’Addap13, (Association départementale pour le développement des actions de prévention spécialisée). 240 professionnels (dont 200 éducateurs) se déploient sur 22 villes, cités, quartiers, en zones de travail éducatif où ils « contactent » chaque année 7 400 jeunes et 3 500 familles. « La démarche consiste à se porter vers l’adolescent ou le jeune adulte en difficulté, notamment dans la rue, pour lui redonner espoir quant à sa situation, son avenir et ses compétences » explique le directeur de l’Addap13, Yves Grognou. Ces professionnels assurent une mission de protection de l’enfance, responsabilité du Conseil général qui finance la structure à hauteur de 87%. L’approche des jeunes errants en perdition, parfois en danger de prostitution ou de délinquance, est un travail de terrain lent et difficile. Atelier d’écriture, chantiers rémunérés, médiation élèveparent-enseignant, tout est bon pour initier « le retour au projet ». « Dans le concert sécuritaire actuel, nous prévenons la délinquance « précise Yves Grognou. « Près de 1 800 jeunes en rupture scolaire ont réintégré leur cursus de formation ou retravaillé en 2010. Autant de jeunes qui ne tiennent plus les murs de leur cité ». Addap 13, Imm. Le Flamand, 2, bd Gustave Ganay 13009 Marseille. Tél 04 91 71 80 00. www.addap13.org Addap13
Logement 13 Habitat PRÉVENTION, MÉDIATION, ANIMATION. M. Montegrandi/13habitat LDA 13 Sentinelle de la santé publique et de l’environnement. Escherichia coli entérohémorragique dans les graines germées, aliments irradiés en provenance du Japon, algues toxiques ostreopsis attaquant nos côtes, toxi-infections alimentaires… Niché sur le technopôle de Château-Gombert, le Laboratoire départemental d’analyses (LDA13) travaille toute l’année au rythme des alertes et des contrôles. Une tension marquée par le ballet quotidien des véhicules réfrigérés ramenant des échantillons collectés aux quatre coins du département. « Chaque année apporte son lot d’urgences et de nouveaux contrôles », explique Isabelle Martin, la directrice du LDA. Dans les trois salles blanches équipées de matériel scientifique de pointe, travaillent st-fotograf - Fotolia.com Photo : S. Ecochard le LDA en chiffres > 19 350 échantillons alimentaires prélevés chez les industriels de l’agro-alimentaire, les restaurateurs ou les cantines scolaires, analysés chaque année > 40 300 dossiers de biologie humaine (tuberculose, MST, HIV…) > 1 165 000 échantillons vétérinaires > 6 500 prélèvements d’eau de baignade pendant l’été « 13 Habitat prendra ses responsabilités. Nous allons apporter notre pierre à la restauration de la tranquillité publique. » À peine élu à la présidence de 13 Habitat, Christophe Masse a défini une nouvelle priorité pour le premier organisme de logement social de la région PACA (plus de 32 000 logements), la sécurité au travers de trois notions : prévention, médiation et animation. « Nous allons mobiliser des agents de tranquillité formés qui seront chargés sur place de déminer les problèmes en amont en se rapprochant des locataires, des amicales et du milieu associatif. » Déjà, l’Office avait édité l’an dernier un « Guide des incivilités », une charte du bien vivre ensemble qu’une campagne d’affiches avait relayé dans les halls d’immeubles. Les locataires comme les équipes de 13 Habitat (800 agents dont 500 de proximité) souffrent du climat d’insécurité. Une situation d’autant plus inquiétante qu’elle s’accompagne, d’année en année, du désengagement de l’État. Ce dernier ne cesse de diminuer le soutien au logement social passé de 800 millions en 2008, à 255 millions en 2011. vétérinaires, pharmaciens biologistes, médecins anatomo-cytopathologistes, techniciens analystes, préleveurs. Des moyens quasi uniques en france Véritable sentinelle de la santé publique et de l’environnement du département, le LDA dispose de moyens quasi uniques en France. Son équipe de 80 personnes en fait un des plus importants laboratoires du Sud-est, mais aussi un des rares en France à pister certains risques. Depuis 4 ans, le LDA se met au service des producteurs Christophe MassE président de 13 Habitat vice-président du Conseil général, délégué à l’Aménagement du territoire et à l’Intercommunalité « Le climat dans nombre de nos cités s’est indéniablement dégradé au cours de ces dernières années. Une succession de faits graves, des agressions verbales et physiques se sont multipliées. Nous allons mobiliser des agents de tranquillité chargés sur place de désamorcer les conflits. » de fruits et légumes pour traquer les pathologies végétales, tout comme pour les éleveurs, les maladies affectant leurs bêtes. Il est un des seuls à pouvoir effectuer des contrôles sur les radiations des aliments ; l’État n’a pas manqué de faire appel à lui pour l’épisode Fukushima. À l’heure où les normes sont renforcées sans que le pouvoir central puisse toujours en assurer le contrôle, le LDA répond présent. « Cela nécessite des agréments, des accréditations et des formations qui nous demandent beaucoup d’efforts. C’est le prix de l’excellence » rappelle Isabelle Martin. ACCENTS n°206 Action publique 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :