[13] Accents n°200 septembre 2010
[13] Accents n°200 septembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°200 de septembre 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Bouches-du-Rhône

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : pour l'égalité au collège.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
PHOTO : J.P. HERBECQ. Le tour des cantons hors Marseille La gare de Salon-de- Provence va devenir un pôle d’échanges multimodal. 26• ACCENTS F SALON-DE-PROVENCE Nouveaux aménagements en centre-ville ÀSalon-de-Provence, la place Morgan s’est imposée au fil des années comme un vaste parking gratuit, mais anarchique, ponctuellement libéré pour laisser place à des spectacles de rue, des manifestations sportives ou des rencontres associatives. Le centre ancien ayant été revalorisé avec la réfection des cours, le maire et conseiller général de Salon-de-Provence, Michel Tonon, l’avait promis dès 2007 : la deuxième phase de réaménagement du centre-ville concernerait tout l’espace courant de cette place jusqu’à la gare SNCF. La promesse sera tenue, puisque les travaux ont commencé. Dans un premier temps, la commune procède à la rénovation des réseaux pluviaux, d’eau et d’assainissement. La gare va devenir également un pôle d’échanges multimodal, intégrant la gare routière, jusqu’alors positionnée autour de la place Morgan, et un parkingrelais gratuit et vidéo-surveillé de 500 places, qui sera relié par navette, également gratuite, au centreville, six jours sur sept et toutes les dix minutes. Dans un second temps, débuteront les travaux spécifiquement dédiés à la réhabilitation de la place Morgan, sur la base des ambitions affichées par l’aménageur désigné durant l’été 2010. Le projet bénéficie d’un budget de 17 millions d’euros auquel le Conseil général apporte sa contribution à hauteur de 45%. Le chantier prévoit la construction de bâtiments commerciaux, d’une halle couverte pour des commerces alimentaires, des espaces piétonniers et de détente, la création de fontaines. Il doit se dérouler de septembre 2011 à décembre 2013, si toutes les procédures s’accomplissent sans obstacle. La réalisation d’un parking souterrain payant et d’un multiplexe cinéma fait également partie des objectifs pour confirmer la nouvelle dynamique de Salon. n F MAISON DE LA SOLIDARITÉ DE SALON OCTOBRE SERA ROSE, CONTRE LE CANCER DU SEIN Le mois d’octobre sera rose. « Octobre rose », la 16 e campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein et de promotion des bons réflexes santé est lancée cette année encore par le ministère de la Santé sur tout le territoire. Afin de faire reculer la première cause de décès des femmes, la Ville, la Maison départementale de la solidarité de Salon-de-Provence et divers partenaires médico-sociaux unissent leurs efforts à travers des actions d’information, des ateliers et des manifestations. Ainsi, en guise de coup d’envoi, le 5 e forum de la Fédération de cancérologie aura lieu à l’espace Charles Trenet, le 25 septembre. Dans différents quartiers (centre-ville, La Monaque, Canourgues…), le sujet sera décliné autour de multiples thèmes de prévention en rapport avec la santé des femmes : contraception, grossesse, ménopause, traitement hormonal, dépistage précoce, accès aux soins… Pour finir, l’information sera largement diffusée au cours du Festival des Soupes organisé par l’Espace citoyen et de la création des Canourgues*, un événement festif grand public réunissant de nombreuses associations et leurs adhérents autour d’une compétition sympathique « à dominante culinaire ». Rens. La Ruche, pôle de proximité de La Monaque : 04 90 57 39 07 Centre social des Canourgues : 04 90 44 02 20 MDS Salon : 04 90 44 76 76 *Espace citoyen et de la création des Canourgues : 04 90 45 03 67
PHOTO : J. MANCHION F CANTON D’ARLES-EST CCI du Pays d’Arles 100 ans et plein de projets Voilà cent ans que la Chambre de commerce et d’industrie du Pays d’Arles (CCIPA) anime l’activité économique sur un territoire recouvrant 36 communes, des Saintes-Maries-dela-Mer, à l’ouest, à Mallemort, à l’est, et de Barbentane au nord à Port-Saint-Louis-du-Rhône, au sud. Cet anniversaire, l’institution consulaire l’a célébré au printemps, à Arles, avec une table ronde réunissant de nombreux élus locaux. Pour le président de la CCIPA, Francis Guillot, « la position du pays d’Arles, entre Marseille et Languedoc, préfigure la grande métropole de demain ». Dans cette perspective, la Chambre travaille en étroite collaboration avec le Conseil général, co-financeur de nombreux projets, manifestations et structures qui, aujourd’hui, « marquent » l’image et le dynamisme de ce territoire : le salon de l’art de vivre Provence Prestige, le club d’exportateur Procamex, l’école d’arts graphiques Supinfocom, l’Institut de Régulation et d’Automation (IRA) à l’origine de nombreux logiciels dédiés aux entreprises (diagnostic énergétique, production automatisée) et bien sûr, le port fluvial d’Arles dont le trafic de 480 000 tonnes en 2009 est appelé à se développer dans le futur, face à la nécessité de limiter la circulation des poids lourds sur les routes et la pollution due au transport. Pour améliorer l’accueil et le traitement des unités fluviales et fluvio-maritimes, la création d’un nouveau poste à quai en eau profonde au nord de l’infrastructure est à l’étude pour faire d’Arles un point de passage privilégié pour le fret fluvial et le transport combiné, en direction ou en provenance du nord de la France et de l’Europe, mais aussi entre Espagne et Italie. Cette réalisation permettra d’accélérer les opérations de manutention. D’un montant proche de 3 millions d’euros, le projet intègre également l’aménagement de la plate-forme portuaire, avec de nouvelles voies d’accès, des aires de chargement et déchargement de déchets ou produits dangereux en bordure de quai, des espaces verts. Objectif : accroître la part du fluvial dans les stratégies logistiques des entreprises et favoriser leur implantation sur la quarantaine d’hectares disponible ou aménageable. n F CANTON DE PÉLISSANNE UNE ÉCOLE POUR LANÇON-DE-PROVENCE Le port fluvial d’Arles est appelé à se développer. La création d’un nouveau poste à quai en eau profonde est à l’étude. Depuis 1999, Lançon-de-Provence a conquis plus d’un millier d’habitants. Une telle attractivité a fait pousser des pavillons sur de nombreux terrains et collines et imposé la création de nouveaux équipements publics. Inauguré avant l’été, le groupe scolaire des Pinèdes se situe dans le nouveau quartier qui longe la route de Pélissanne. La mairie s’est efforcée d’anticiper la poursuite de sa croissance démographique : « Sur les six classes de maternelle et six de primaire que compte l’établissement, neuf ont été occupées en 2009/2010 par 227 élèves. En septembre 2010, ils devraient être 253 à étudier dans ces murs. » Le Conseil général a pris en charge plus de la moitié de l’investissement (6,3 millions d’euros). « Nous savions combien Lançon avait besoin de cette école, mais le coût des travaux représentait beaucoup pour son budget. L’aide aux communes du Département, en soutenant des projets structurants de proximité, a permis de débloquer le dossier » confiait Jean-Pierre Maggi, conseiller général du canton et délégué à l’aide aux communes. L’école a été conçue par les architectes Daniel Fanzutti et Jean-Michel Fradkin, qui l’ont voulue très lumineuse et spacieuse, agrémentée de plantations et joliment décorée. Enseignants et élèves y ont pris désormais leurs marques. Se pose maintenant la question de la création d’un collège, revendiquée par le maire… ACCENTS• 27 PHOTO : J.P. HERBECQ



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :