[13] Accents n°199 jun/jui/aoû 2010
[13] Accents n°199 jun/jui/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°199 de jun/jui/aoû 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Bouches-du-Rhône

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : développement durable, générations solidaires.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
. 38• ACCENTS en vueculture Christine Canicave et Carole Dejean Pacamômes de la poussette au net « Il ne se passe jamais rien en Provence pour les enfants », « On n’est au courant de rien », « Que va t-on leur faire faire pendant les vacances ? ». Lasses de ces jérémiades, Carole Dejean, la Parisienne, et Christine Canicave, la Lyonnaise, venues vivre à Marseille par goût, ont créé Pacamomes.com. Quel parent ne connaît pas aujourd’hui la plateforme d’information internet pour la culture, les sorties, le sport, les « bons plans » jeux et activités à la maison ou en plein air, les stages, les gardes d’enfants sur la région ? Le « bébé » a pris forme il y a trois ans au moment où Carole mettait son propre fils au monde. « Comprendre les familles et leur proposer un outil efficace, dit-elle, c’est connaître leurs préoccupations mais aussi se demander comment profiter de tout ce qu’offre notre territoire et le mettre en réseau. Pacamômes est actuellement seul sur ce créneau. » Carole et Christine se sont connues au Pôle Multimédia de la Friche Belle de Mai. Spécialisées en graphisme, traitement de l’information et communication, elles ont mis leurs savoirfaire en commun dans la start-up. Elles apprécient le sud qu’elles trouvent « agréable à vivre, même si les projets n’avancent pas toujours rapidement », note Christine. Depuis qu’elles se sont attelées à la tâche, le site aux 30 000 connexions mensuelles a eu un petit frère : un bimestriel en couleur, version papier du site. Comme son aîné, il est gratuit. Couvrir toute l’actualité régionale des petits, mettre à jour et développer le site est un travail de titan qui a une ambition régionale, même si actuellement beaucoup d’informations sont concentrées sur les Bouches-du-Rhône. Après 3 ans d’existence, la « bonne idée » de Carole, développée par Christine la webmaster férue de nouvelles technologies, ne leur permet pas d’en vivre, ni à Diane, la commerciale qui vient d’être embauchée à plein temps. Persévérantes, complémentaires, elles portent l’esprit Pacamômes, « cool et sérieux à la fois ». Aujourd’hui, il leur faut cependant demander aux parents utilisateurs, « friands du tout gratuit » comme le souligne Carole, de s’abonner. « Le Pass Pacamômes vaut 18 euros et ouvre aux souscripteurs du magazine des réductions auprès des partenaires loisirs, culture, ateliers, stages, boutiques et services explique t-elle. Sésame des parents, écho des familles, Pacamômes a des tas d’amis sur Facebook : il serait temps qu’ils se manifestent. n Muriel Ruiz Contact : 04 91 43 38 95 www.pacamomes.com PHOTO : C. ROMBI
Anne-Marie Mancels La dame en soi Austère et rigoureuse contrôleur des finances pendant vingt ans, Anne-Marie Mancels s’est métamorphosée un jour en pétulante comédienne. A l’instar de l’héroïne de sa pièce et son alter ego dans la vie, la Dame aux parapluies, qui ôte un à un les accessoires qui la cachent et égrène les histoires exotiques devant les enfants, Anne-Marie Mancels a cheminé vers une carrière indépendante faite de liberté, d’incertitudes et de rencontres. La Compagnie Coud’chapeau qu’elle a fondée à Marseille est actuellement logée chez Intermade, une couveuse d’entreprises d’économie sociale et solidaire. « C’est le « booster » nécessaire au démarrage, un appui pour se former à la gestion d’entreprise » explique t-elle. Telle sa Marie Poppins phocéenne, elle a beaucoup voyagé et trimbale dans sa besace des trésors et des animaux savants « qui invitent les enfants à lire pour s’ouvrir à la différence et ne pas accepter le formatage des esprits » : tigre coréen, coyote mexicain, urubu du Brésil... Mais c’est d’Amérique latine qu’elle a rapporté l’une de ses plus belles histoires, Vitoria, sa fille. L’adolescente « tracte » aujourd’hui pour les spectacles de sa maman. Comme la Dame aux parapluies qui apporte à chaque spectacle des ouvrages « faits main », elle fabrique elle aussi des livres audio à lire avec les oreilles grâce à sa maison d’édition Porte-Voix ou enregistre des lectures de Tchekhov, accompagnée du guitariste de bossa Antoine Gambino. Pélerine au voyage toujours inachevé, Anne-Marie prêche sur les planches le bonheur de tourner des pages et de partir à l’aventure de soi-même. n M.R. Compagnie Coup d’Chapeau : 06 27 34 68 52 contact@coudchapeau.fr www.coudchapeau.fr Spectacle la Dame au Parapluie le 29 septembre à la Bibliothèque la Grognarde 2, Square Berthier Marseille, 11 e - Tél. 04 91 89 57 04. Malik Badsi Yoola rend les stades accessibles Fan de foot et de sport en général, sensibilisé par les questions de handicap pour des raisons familiales, Malik Badsi a su allier son goût pour le ballon rond et sa générosité en créant Yoola, la première entreprise à proposer aux personnes handicapées un accès aux manifestations culturelles et sportives. Une petite entreprise lancée à la fin de ses études de commerce en 2009. « Avec la Coupe du monde de football en Afrique du sud qui approchait, je me suis rendu compte que rien n’était organisé pour que des handicapés puissent assister à des matchs sur place. » Et d’insister : « C’est très difficile pour ce public d’aller au stade, encore plus compliqué quand les événements ont lieu au bout du monde. » Après deux voyages en Afrique du Sud, où il rencontre notamment le responsable de la billetterie et un haut responsable de la FIFA (Fédération internationale de football), Malik Badsi parvient à mettre en place des packages comprenant le séjour complet de neuf jours, voyage, matchs, excursions et prises en charge globale sur place. Financé par un fonds d’investissement du Marseillais Djamel Agaoua, Yoola entend sensibiliser les organisateurs de manifestations à rendre plus accessibles les salles, les stades et autres établissements de ce type. « Même si la loi les y oblige, il nous faut faire beaucoup de lobbying. » En France, selon Malik Badsi, seuls le stade Vélodrome à Marseille et le stade de France à Saint-Ouen accueillent convenablement les handicapés. « Mais il y a tant à faire, souligne celui qui raconte, un brin agacé, ce stade flambant neuf en Afrique du Sud dont les portes des toilettes s’ouvrent vers l’intérieur, empêchant de fait l’accès aux gens en fauteuil roulant. » Déjà, Malik Badsi pense aux Jeux olympiques et paralympiques de Londres en 2012 et même à l’Euro 2016, pour lequel la France s’est portée candidate. C’est à Marseille, avec le Handifanclub, l’association de supporters handicapés, qu’il compte accentuer son travail. Des groupes partiront d’ailleurs de Marseille pour assister à la Coupe du Monde en Afrique du sud. nC. F. K. www.yoola.fr www.handifanclubom.fr PHOTO : C. ROMBI DR ACCENTS• 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :