[13] Accents n°197 fév/mar 2010
[13] Accents n°197 fév/mar 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°197 de fév/mar 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Bouches-du-Rhône

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : transports... coup d'accélérateur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
C. Cadre de vie DÉVIATION DE LA FARE- LES-OLIVIERS, C’EST PARTI D’ici quelques années, le village de La Fare-les- Oliviers, près de Velaux, va certainement retrouver un peu de sa tranquillité d’antan. Le chantier de déviation du village vient en effet de démarrer pour permettre à terme de dévier environ 5000 véhicules et la quasi-totalité des 500 poids lourds qui traversent chaque jour la commune. Menée par le Conseil général, en tant que responsable des routes départementales, cette opération va s’étaler jusqu’en 2013 et verra la création d’une nouvelle liaison routière de 4,2 kmentre la RD10 à l’est du village et la RD 113 au sud. Aujourd’hui, 11 000 véhicules passent quotidiennement au cœur du village dans des conditions de sécurité difficiles et pénalisantes pour le cadre de vie des habitants. Le Conseil général investit 24,3 millions d’euros dans cette opération attendue depuis de nombreuses années. À NOTER 18• ACCENTS OXFORD ARCHÉOLOGIE MÉDITERRANÉE ARCHÉOLOGIE Sous les pavés, l’Histoire Comme souvent en Provence, quand on creuse, on trouve. Et cette fois, les fouilles archéologiques préventives menées en préparation du chantier de déviation de La Fare-les-Oliviers (lire cicontre) ont livré les traces de l’histoire antique des premiers siècles de notre ère. Sur un site, à cheval sur les communes de Berre l’Etang et de Velaux, l’équipe de la société Oxford archéologie Méditerranée mandatée par le Conseil général, a trouvé, à seulement 50 à 70 cm sous terre, les vestiges d’une somptueuse villa galloromaine de près de 1000 m². « Avant le début des fouilles en octobre dernier, nous savions que ce site pouvait abriter des vestiges. C’est un site répertorié, mais la qualité des découvertes est la grande surprise de cette opération », explique Pip Stephenson, archéologue et responsable de l’opération de fouilles. Un colloque professionnel de psychanalyse intitulé « Les maux et les mots de l’enfance » aura lieu le mercredi 3 mars à l’Hôtel du Département. Le département recherche du Centre Psychanalytique de Consultations et Traitement-Marseille et le Conseil général des Bouchesdu-Rhône sont à l’origine de cette initiative. « Soucieux de protéger et de prévenir l’enfance afin de donner à chacun un contexte de vie digne, nous devons aussi nous En images sur Entre Berre l’Etang et Velaux, des fouilles archéologiques préventives ont mis à jour des vestiges antiques exceptionnels. 220 m² de superbes mosaïques Sous les pelles et les pinceaux des archéologues, de très belles mosaïques, d’une superficie de 220 m² au total, en parfait état de conservation, mais également des enduits peints, décors muraux de l’époque, ont fait jour. « Ces mosaïques et les enduits constituent la richesse de ces découvertes. Ils se trouvaient dans la partie résidentielle du domaine agricole (« villa ») et témoignent d’une habitation qui, vraisemblablement, recevait des invités et disposait de nombreux domestiques ». En front de l’habitation, se dessinent également des jardins, des cours et un complexe thermal avec les bassins ainsi que les systèmes permettant de chauffer l’eau des thermes appelés « hypocauste ». De nombreux drains et rigoles entourent les thermes : « Ces éléments fournissent des informations sur les techniques de circulation de l’eau, voire de recyclage des eaux usées », explique Pip Stephenson. Bientôt, en lieu et place de ce site, le bitume reprendra ses droits avec la construction de la déviation de La Fare-les-Oliviers : « C’est la règle du jeu et c’est le but des fouilles préventives. C’est plutôt bien, nous avons pu extraire du site des trésors archéologiques et des informations utiles pour faire avancer nos connaissances », explique Pip Stephenson avant d’ajouter : « C’est toujours très touchant de se dire qu’un jour nous roulerons en voiture au-dessus de ce site gallo-romain ». Mais avant la route, l’ensemble des mosaïques et des enduits auront été déposés par des spécialistes pour être étudiés, traités et valorisés, voire exposés. « Après le travail de terrain, le travail d’études peut commencer », conclut Pip Stephenson. « Il s’agit désormais de faire parler les fouilles pour nous éclairer sur notre histoire ». n Pascale Hulot COLLOQUE : « PSYCHANALYSE ET ENFANCE » À L’HÔTEL DU DÉPARTEMENT interroger sur l'impact de nos actions sur des êtres en devenir", souligne le président du Conseil général. Les interventions de Yves-Claude Stavy, psychiatre psychanalyste à Paris, de Nathalie Georges Lambrichs, directrice de la revue La Cause freudienne, de la psychanalyste Nicole Guey directrice clinique du CPCT de Marseille sont attendues. colloque-du-3-mars-2010@orange.fr
UNE IDÉE DERRIÈRE L’ÉCRAN. ça change la vie Le logiciel libre et associatif Le logiciel libre est en plein développement auprès des entreprises et des particuliers. L’association « Une idée derrière l’écran » basée à Arles récupère des ordinateurs usagés, les reconditionne et les équipe gratuitement de logiciels libres. Rencontre avec son directeur, Jérôme Rodière*. Accents : Quel est le principe de votre association ? Jérôme Rodière : L’idée est née il y a cinq ans. Notre président était enseignant. Passionné d’informatique, il a proposé d’installer le systeme d’exploitation Linux dans son lycée avec l’accord de la direction. Le projet était lancé. En 2005 se créé l’association « Une idée derrière l’écran ». Notre objectif est clairement de favoriser le développement des logiciels libres. Pour cela, nous récupérons les ordinateurs que les entreprises ou les particuliers nous donnent, nous les reconditionnons et installons les logiciels. Le matériel est ensuite donné à des associations ou installé dans des établissements scolaires. Aujourd’- hui, nous avons mis en place des classes en réseau avec du matériel reconditionné. Cela nous permet de former des personnes à la maintenance de ce type de matériel. Quels sont vos grands projets à venir ? JR. : Nous avons tout d’abord ouvert une structure au centre d’Arles qui accueille tous les publics. C’est un centre ouvert qui peut aussi former les gens à l’informatique. Plus généralement, nous avons obtenu le label ERIC (Espaces Régionaux Internet Citoyen) qui nous a permis de financer deux postes d’animateurs. Par ailleurs, nous sommes devenus Pôle régional « ordi 2.0 », délivré par la Délégation ministérielle aux usages de l’internet. Cela veut dire que nous avons la compétence pour réorganiser une filiale de recyclage dans la région. C’est important car cela positionne l’association dans le circuit de la filière du recyclage. En terme d’emplois, quels sont vos objectifs ? J. R. : Aujourd’hui, nous sommes un chantier de rénovation. Concrètement, les ordinateurs sont rénovés et remis dans le circuit. Très vite, nous voulons devenir un chantier d’insertion pour employer 12 personnes en parcours d’insertion. Cela nous permettra non seulement de reconditionner les ordinateurs, mais aussi et surtout de démonter ceux qui ne sont plus utilisables, de les trier et de les réinjecter dans la filière de tri. Vous le voyez, le logiciel libre n’est pas qu’un simple outil, c’est aussi une vraie philosophie. Propos recueillis par Olivier Gaillard Association Une idée derrière l’écran 1 rue de la Rotonde. 13200 Arles Tél. 04 86 63 40 20 – www.idee-ecran.org *William Famy, président fondateur de l’association (à gauche), et Jérôme Rodière, directeur. PHOTO : J.P. HERBECQ ACCENTS• 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :