[13] Accents n°196 janvier 2010
[13] Accents n°196 janvier 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°196 de janvier 2010

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général des Bouches-du-Rhône

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 9,2 Mo

  • Dans ce numéro : agriculture... le « made in Provence » en crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
. La « solution finale de la question Juive » menée, notamment, à Birkenau et Auschwitz, a fait entre cinq et six millions de victimes juives. Au camp de Birkenau, les élèves et la délégation se sont recueillis devant les stèles du souvenir des victimes de 23 nationalités. C 12• ACCENTS Éducation COLLÉGIENS Le Conseil général a emmené une centaine de collégiens en Pologne, pour un 8 e voyage de la mémoire à Auschwitz. Plus que tout, ils voulaient « voir ». Accompagnés d’un de leurs professeurs d’histoire, Marion Redoutey, les élèves de 3 e du collège Mallarmé (Marseille 13 e), Floran, Annalie ou Angélique, avaient préparé en classe la visite des camps d’extermination. L'une des vertus du voyage de mémoire, organisé depuis 8 ans à Auschwitz- Birkenau par le Conseil général, est de faire prendre conscience de l’horreur vécue par les déportés, hommes, femmes, enfants juifs, tziganes, résistants, homosexuels, handicapés, opposants politiques… exterminés dans les camps de la mort. une centaine de collégiens issus de 11 établissements du département, publics et privés, formaient cette année encore la délégation emmenée par le président du Conseil général, Jean-noël Guérini, accompagné du grand rabbin de Marseille ohana, du pasteur Keller, de la représentante laïque du Conseil régional du culte mulsulman, Fatima orsatelli ainsi que d’autres élus, parents d’élèves et personnalités. Voyage de mémoire à Auschwitz Au cœur de la Petite Pologne Autour des élèves, dont certains ont eu des grandsparents victimes de la Shoah, le choc est unanime. AIDE EXCEPTIONNELLE AUX PLUS DÉMUNIS A chaque fin d’année, le Conseil général complète par une enveloppe financière exceptionnelle l’aide aux personnes les plus démunies de notre département. Le Revenu Minimum d’Insertion (RMI) étant devenu le Revenu de Solidarité Active (RSA), les modalités de versement s’appliquent à ces allocataires ainsi qu’aux bénéficiaires de contrats aidés qui recevront une aide de 115 euros. Elle s’élève à 155 PHOTOS : J. MANCHION « Maintenant on sait que ça a été l'horreur, on peut le croire, souffle Angélique Soler, on peut le raconter à d’autres ». À la sortie du camp d'Auschwitz et avant de rejoindre l’immense B i r k en a u (Auschwitz II), la jeune fille évoque ce qu’elle vient de voir au musée : les chevelures de femmes rasées qui servaient à fabriquer des tapis, les prothèses, la layette, les objets personnels dont les déportés étaient immédiatement privés. « On enlevait leur nom aux gens, ils devenaient des numéros » renchérit Floran, abasourdi. À l’endroit où finit la voie ferrée acheminant les convois de déportés une cérémonie d’hommage avec dépôt de gerbe s’est tenue dans un profond receuillement. Clément Yana, conseiller de Jean-noël Guérini, Albert Barbout de l’association Fonds Mémoire Auschwitz ont, à l’occasion d’une séance de questions-réponses, enjoint les jeunes générations à « garder un esprit ouvert empreint de tolérance aux autres cultures et à la différence ». n Muriel Ruiz euros pour les familles ayant un enfant, 310 euros pour 2 enfants et à 465 euros pour 3 enfants et plus. Le Département attribue cette aide mais ce sont les services de la Caisse d’Allocation Familiale (CAF) et la Mutualité sociale agricole des Bouches-du-Rhône qui la mettent en œuvre. Tout renseignement est donc à prendre auprès de ces organismes.
ASSOCIATION CHRISTOPHE Pour prévenir le suicide des jeunes. ça change la vie Le suicide est la deuxième cause de mortalité des jeunes de 15 à 25 ans. Depuis 2001, l’association Christophe mène des actions d’alerte et de prévention contre ce véritable fléau. Rencontre avec sa présidente, Rose-Marie Vilafranca-Guiraud. Accents : Pourquoi avoir créé l’association Christophe ? Rose-Marie Vilafranca-Guiraud : Christophe était mon fils unique, il allait fêter ses 20 ans, il était beau, hypersensible, généreux, révolté contre l’injustice du monde, il souffrait ! Un soir de novembre 1996, il a décidé de mettre fin à ses jours. Au moment de le mettre en terre je lui ai promis que si je lui survivais, je me battrais en son nom, mais je ne savais pas encore ce que je ferais. En 2001, soutenue par d’autres parents, l’association est née. Comme Christophe, des centaines de jeunes souffrent au point de passer à l’acte. Ce n’est pas qu’ils veulent mourir, ils veulent mettre fin à leur souffrance. Certaines de ces morts peuvent être évitées car des signes sont repérables par l’entourage. À l’association nous nous battons surtout pour les jeunes, mais nous sommes tout à fait conscients que le suicide des adultes et surtout des personnes âgées est très important. Que représente le suicide des jeunes dans notre pays ? RM-VG. : En France, c’est la deuxième cause de mortalité (pour ne tenir compte que des suicides « déclarés ») chez les 15-25 ans, après les accidents de la circulation. Il y a près de 10 500 suicides chaque année dont 700 concernent des jeunes. Sur les 195 000 tentatives de suicide annuelles, 40 000 sont le fait de jeunes de 15 à 25 ans. Dans notre région, même si les chiffres sont légèrement inférieurs au taux national, on déplore quand même 800 suicides par an dont 48 jeunes et 15 000 tentatives dont 2600 chez les jeunes. Vous le voyez, il ne s’agit pas d’un phénomène marginal, d’autant que la France est dans le peloton de tête des pays quant au nombre de suicides. Quelles actions de prévention avez-vous mis en place pour agir en amont ? RM-VG. : Depuis 2003 nous intervenons directement auprès des jeunes. Agréés par l’Inspection Académique, nous allons à la rencontre de lycéens, ainsi que dans les Écoles d’Infirmières, et nous commençons cette année auprès des universités. Nous travaillons actuellement avec le Conseil général pour pouvoir mener ce type d’interventions dans les collèges. Notre association vient d’être agréée également par le rectorat d’Aix-Marseille pour intervenir pendant et en dehors du temps scolaire et pour contribuer à la formation des équipes pédagogiques. Nous proposons également aux jeunes et aux familles des entretiens et un suivi personnalisés, et dans certains cas plus graves, nous travaillons avec des pédopsychiatres ou des psychiatres. Nous organisons tous les ans depuis 2007, la Journée Nationale de Prévention du Suicide en région Paca. Elle devrait avoir lieu cette année le 9 février à l’Hôtel de région. Enfin, notre grand projet pour l’année à venir est la création et la diffusion d’un kit pédagogique de prévention, qui comprendra différents supports (film, livre, guides d’intervention). Il s’adressera en priorité aux intervenants menant des actions de sensibilisation en milieu scolaire, ainsi qu’aux parents, aux éducateurs, et à toutes personnes souhaitant aider les jeunes. Propos recueillis par Irène Lanfranchi Association Christophe – Reconnue d’intérêt général, agréée Jeunesse et Sport. Hôpital Sainte Marguerite. Pavillon Solaris. 270 Bd Ste Marguerite. 13009 Marseille. Tél. 04 91 81 27 60. Permanences mardi et jeudi de 9h à 18h. - Site : www.christophe-lavieavanttout.com - Mail : ass.christophe@wanadoo.fr ACCENTS• ACCENTS• 13 PHOTO : J.P. HERBECQ



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :