[12] L'Aveyron n°176 août 2012
[12] L'Aveyron n°176 août 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°176 de août 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aveyron

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : la reconnaissance de l'Unesco.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20  |  Aller à la page   OK
20
20 la double vie de Saint-Santin C’est l’histoire d’un village – Saint-Santin – à double face : l’aveyronnaise et la cantalienne. Longtemps, elles générèrent antagonisme. Elles sont aujourd’hui source de richesse touristique. Des reportages, Saint-Santin le village double en a bénéficié au-delà de tout ce qu’une promotion touristique peut espérer. Ce sont ces images que l’animation côté cantalien a privilégiées. Diffusées sur un vieux « poste », elles racontent, à travers un regard extérieur, la drôle d’histoire du bourg auquel la Convention, en 1790, a infligé la frontière entre Aveyron et Cantal au beau milieu de sa place principale. Il faut dire que l’appartenance aux deux départements, régions, diocèses puis académies… ne datent pas de cette époque-là, bien que personne ne puisse préciser l’origine de cette affaire. Il a fallu un facteur aveyronnais – Pierre-Marie –, une institutrice cantalienne – Marie-Pierre – et le bal de Al canton Patrimòni mondial NOS RACINES histoire Deux églises mais un seul monument aux morts la Libération, en août 1944, pour que l’union se réalise. Car avant ce mariagelà, on ne se mêlait pas, pas plus qu’on ne mélangeait les vaches – rouges dans le Cantal, froment dans l’Aveyron –, qu’on ne sonnait midi en commun, qu’on ne lisait le même journal… Seules concessions : un seul monument aux morts, un seul corbillard, un seul sonneur de cloches. Côté Cantal, l’histoire est racontée dans l’intérieur rustique de la maison du couple, organisée autour du cantou. Côté aveyronnais, c’est dans l’atelier du receveur des Postes très artiste que l’on entre, avec poufs et rideaux rouges pour présenter les moments essentiels de la vie de Saint-Santin à travers des collages encadrés et commentés. L’occitan, lenga d’un prèmi Nobèl (Mistral, 1904), de civilizacion europenca (500 trobadors, lo quite Richard The Lion, rei d’Anglatèrra) es tanben, en Roergue, la lenga dels camins romius, dels cartularis Templièrs e Espitalièrs coma la dels pastres dels Causses màgers e de Cevenas. Coma los tropèls de fedas per Aubrac e pels Causses, los romius caminavan per de draias e saltavan los rius per de ponts romius coma lo de Concas. Sus Aubrac, las fedas an daissat las montanhas a la raça d’Aubrac e als montanhièrs per far la forma dels masucs. EN SAVOIR PLUS La découverte de l’histoire de Saint-Santin peut être faite individuellement et très librement. Il suffit de glisser 2 € dans le monnayeur pour activer la scénographie de chacune des expositions-spectacles. Les groupes peuvent réserver auprès de l’OT de la Vallée du Lot qui peut concocter une journée complète. Renseignements : Office de tourisme de la Vallée du Lot, La Planque, 12300 Flagnac. Tél. 05 65 63 27 96. www.tourisme-valleedulot.fr Pels Causses e Cevenas, los tropèls de fedas, amblas jaças, las lavanhas, las casèlas, los pastres o los raciás, e los tropelièrs se son mantenguts. Tant val dire que se pòt pas far l’estalvi de l’occitan se l’òm vòl far un trabalh seriós de valorizacion de dos sitis repertoriats al patrimòni mondial per l’Unesco : lo camin romiu d’Aubrac a Concas e los Causses màgers per l’agropastoralisme. L’Institut occitan d’Avairon - al canton es partenari de Concas e present al Conselh scientific de l’Associacion de valorizacion dels espacis Causses e Cevenas per assegurar una preséncia de la lenga istòrica de Roergue.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :