[11] Perspectives n°24 jan/fév 2020
[11] Perspectives n°24 jan/fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de jan/fév 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aude

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 8,7 Mo

  • Dans ce numéro : année 2020, faire le plein de solutions !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Serge Bonnery Au banquet des mots #LIVRES L’ex-journaliste de L’Indépendant et ancien président du centre Joë-Bousquet devient président du Banquet du livre. Serge Bonnery, un amoureux de la poésie au service de la pensée. « Si tu as la chance d’aimer la vérité, use ta vie à la faire aimer et ce que tu auras écrit durera plus que toi. » La pensée couchée sur papier par le poète Joë Bousquet dans sa chambre du 53 rue de Verdun, à Carcassonne, inspire la philosophie de vie de Serge Bonnery. Depuis l'été dernier, cet ancien journaliste a accepté la présidence de l’association Le Marque-Page, qui organise, entre autres, le Banquet du livre à Lagrasse. « J’ai connu la naissance des éditions Verdier en tant que journaliste puis j’ai suivi le Banquet dès 1995. Je suis un compagnon de route qui se met au service de ce collectif. » Le goût des mots, de ceux qui vous emportent au-delà des murs d’une chambre, transporte Serge Bonnery depuis son enfance. Et cette paix intérieure que lui procure l’écriture, il la doit à un livre et à un écrivain. Le livre, Les Fleurs du Mal de Baudelaire, dont il succombe à la beauté à 12 ans et qui reste toujours à portée de sa main. L’écrivain fondateur ? Il s’agit de Joë Bousquet, dont il entend pour la première fois le nom de la bouche du poète René Nelli. Le collégien prépare un exposé et l’historien lui conseille de lire Traduit du silence, un carnet intime et poétique parlant d’amour et d’art. Un vrai choc. Depuis, cet autodidacte a forgé sa pensée grâce à l’écriture et aux mots. D’abord comme journaliste mais aussi comme écrivain, avec trois récits déjà publiés aux éditions de l’Amourier. Ce fils d’enseignants militants, qui a grandi au bord du Canal du Midi, tourne une nouvelle page du roman de sa vie entre le centre Joë-Bousquet et Lagrasse, où il participe à un véritable « acte politique ». Au royaume des tweets et de l’éphémère, l’action du Banquet prend toute sa dimension et fait « intelligence avec ce lieu, un territoire rural. Ici, le public vient entendre une pensée approfondie dans un esprit de partage. Et si je peux me battre pour que le sens puisse se déployer, j’aurais le sentiment d’avoir été utile. » POUR EN SAVOIR PLUS  : WWW.LAMAISONDUBANQUET.FR Un compagnon au service du collectif.
Un auteur, un livre Luce Rostoll, SNP Après L’Algérie à l’ombre de Maria, récit autobiographique d’une enfance en Algérie pendant la guerre d’indépendance, Luce Rostoll se replonge dans cette période sombre avec le roman SNP. Ce sigle, signifiant « sans nom patronymique », constituait l’identité officielle de certains Algériens dont la filiation paternelle n’avait pu être établie par les fonctionnaires français. Ce roman suit le parcours de deux jeunes Algériens, deux « sans nom » laissés pour compte, se frayant un chemin dans le tumulte d’un pays déchiré. Djilali, le jardinier, fait face à ses interrogations  : comment s’engager dans la lutte auprès des siens quand on est un SNP coupé de ses racines ? Zina, quant à elle, très jeune prostituée, emmurée dans un bordel minable, se bat pour accéder à la liberté. Née en 1952 en Algérie, fille d’exilés espagnols, Luce Rostoll débute sa carrière de psychologue à Carcassonne, avant d’exercer à Toulouse. Restée liée aux Corbières, elle vit désormais à Ribaute. Luce Rostoll, SNP, Az’art atelier éditions, octobre 2019, 192 p., 22 € . PAR ICI LES SORTIES LE COUP DE CŒUR d'Arts vivants 11 Le troisième pas Le public audois avait déjà salué leurs premières créations  : Nonna’s dont cry et Alias. Les membres de la jeune compagnie Dirtz Théâtre reviennent cette année avec la troisième partie de leur opus Shortstories, un projet de formes courtes associant marionnettes et danse contemporaine. Soutenue par Arts vivants 11, cette nouvelle création intitulée Le troisième pas explore une nouvelle fois la notion d’identité. Combien sommes-nous sous le masque que nous offrons à la société ? La technique spécifique où le corps de la marionnette se confond avec celle du danseur-manipulateur plonge le spectateur dans une troublante confusion. Pour leur sortie de résidence, les artistes Jolanda Löllmannet Charlie Denat invitent le public à venir découvrir leur travail autour de cette création, le vendredi 21 février à 19h, à l'Espace culturel de Ferrals-les-Corbières. Gratuit - www.dirtztheatre.com EN CHEMIN POUR LA TRANSHUMANCE Il existe dans le monde de multiples chemins. Ceux empruntés par les randonneurs en quête de nature, ceux des treks sportifs au bout du monde ou celui des pèlerins vers un cheminement intérieur… Après la Lozère en octobre dernier, c’est sur le chemin de la transhumance que nous convie l’Ethnopôle Garae à l’occasion du cycle de films-conférences Chemins cheminant, proposé à la Maison des mémoires. Ce nouveau volet, présenté par Arnauld Chandivert, enseignant-chercheur à l’université Paul-Valéry de Montpellier, sera l’occasion de découvrir la vie des bergers à travers deux documentaires  : Sweetgrass, de Lisa Barbash et Lucien Castaing-Taylor, et Itinéraires de bergers, de Didier Peyrusqué et Vanessa Doutreleau. Ces films, tout en évoquant la beauté des liens unissant l’homme, la nature et les animaux, nous éclairent sur la réalité du pastoralisme et son influence sur l’histoire de nos régions. À la Maison des mémoires, 53 rue de Verdun, Carcassonne. Entrée libre - Inscription obligatoire sur garae.fr L'Espace Catastrophe JANVIER-FÉVRIER 2020 I AUDEMAG 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :