[11] Perspectives n°23 nov/déc 2019
[11] Perspectives n°23 nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de nov/déc 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aude

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : des idées pour faire avancer l'Aude.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Une stratégie pour lutter contre la désertification médicale La pénurie de médecins est un phénomène national qui n’épargne pas notre territoire. C’est pourquoi, depuis 2011, le conseil départemental de l’Aude a fait de la lutte contre la désertification médicale une de ses priorités. Cette volonté se traduit notamment depuis deux ans par un nouveau dispositif apporté aux internes et par le financement des projets de maisons pluridisciplinaires de santé. HÉLÈNE SANDRAGNÉ Vice-présidente du conseil départemental de l’Aude en charge de l’autonomie « La santé est un droit essentiel » « Parce que nous considérons que l’accès à la santé est un droit essentiel pour tous, nous avons décidé, bien que cela ne relève pas des compétences obligatoires du Département, de porter une politique forte visant à lutter contre la désertification médicale dans notre département. Cela se concrétise, entre autres, par des aides financières pour les jeunes médecins, pour la construction de maisons de santé, ou le bus PMI. Bien entendu, cela nécessite l’engagement de tous les acteurs – médecins libéraux, services hospitaliers, professionnels médicaux et para-médicaux, en lien avec les élus des territoires –, et notamment celui de l’État, qui doit absolument se réengager à nos côtés sur ce dossier. » 22 AUDEMAG I NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2019 SANTÉ Des aides à destination des internes en médecine Avec 151 généralistes et 140 spécialistes pour 100 000 habitants, l’Aude a besoin de nouveaux médecins. Pour inciter les étudiants en médecine des facultés de Toulouse et Montpellier à venir effectuer leurs stages sur notre territoire, le Département a instauré des aides financières  : une aide de 400 € par mois pour participer aux frais de déplacement entre le lieu de résidence et le lieu du stage, et une aide de 200 € par mois versée aux internes qui choisissent de prendre un logement sur leur lieu de stage. Au total, ces différents dispositifs ont permis à 84 étudiants en médecine d’effectuer leurs stages dans l’Aude depuis 2012. Le Département a ainsi investi 246 000 € dans ce dispositif. Les maisons de santé pluridisciplinaires Les maisons de santé pluridisciplinaires regroupent plusieurs professionnels de santé libéraux dans des locaux communs. Elles comportent au moins deux médecins généralistes et un professionnel paramédical. Ces maisons permettent d’améliorer l’accès aux soins pour tous. Dans l’Aude, il existe déjà huit groupements de ce type. Le Département intervient sur ces projets à hauteur de 20%, et dans la limite de 150 000 € . Il a ainsi participé au financement des maisons de santé pluridisciplinaires de Tuchan, Durban-Corbières, Axat, Pépieux, Esperaza et Saint-Laurent-de-Cabrerisse. Les consultations itinérantes de la protection maternelle et infantile Pour les familles éloignées des centres médico-sociaux, un bus des services de la protection maternelle et infantile circule dans les villages de l’Aude avec, à son bord, un médecin et une puéricultrice qui assurent les consultations de pédiatrie. En 2018, il a permis la prise en charge de 399 enfants de 0 à 6 ans. Le déploiement de la télémédecine dans les Ehpad Pour améliorer la couverture territoriale de soins, le Département accompagne le programme Pâstel 11, piloté par e-santé Occitanie, grâce au déploiement du très haut débit sur le territoire audois. Ce projet de consultations médicales à distance, dont la mise en place est prévue pour le début de l’année 2020, concerne les 56 établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de l’Aude, publics ou privés, ainsi qu’une vingtaine d’établissements et de maisons de santé. Son objectif ? Améliorer le suivi médical des personnes âgées sur tout le territoire audois.
ZÉRO PHYTO Depuis début 2016, tous les jardins, ronds-points, bords de route, espaces verts des collèges et bâtiments administratifs gérés par le Département sont entretenus sans produits chimiques. À la place, les agents départementaux déploient des techniques naturelles, comme le fauchage tardif ou raisonné. Ils éliminent de ce fait la pollution des cours d’eau causée par les traitements chimiques et les effets négatifs pour leur santé et celle des riverains. Pour soutenir les communes dans cette démarche, le Département leur apporte une aide à l’acquisition de matériels alternatifs ou leur fournit des plantes adaptées à notre climat via les pépinières départementales. AGRILOCAL11.FR Depuis 2009, le Département et ses partenaires ont mis en relation plus de 200 producteurs locaux avec les acheteurs de la restauration collective via le site Agrilocal11.fr. Signe de son succès, cette plateforme en ligne a généré l’an dernier plus d’un million d'euros de chiffre d’affaire. Cette valorisation des circuits de proximité est bonne pour les producteurs locaux. Et surtout, consommer local, c’est manger des produits plus savoureux et de saison ! SANTÉ UN ENVIRONNEMENT SAIN, POUR MIEUX VIVRE ET SE NOURRIR ! À travers de nombreuses mesures liées à la protection de l’environnement, le Département contribue à offrir aux Audoises des produits de qualité et une nature préservée, vecteurs essentiels d’une bonne santé. Zoom sur quelques actions emblématiques. MA VIGNE AU NATUREL Le Département a engagé un million d’euros dans le dispositif « Ma Vigne au naturel », qui encourage la méthode de la confusion sexuelle pour lutter contre le ver de la grappe. Cette biotechnique protège les vignes de manière naturelle. Et le dispositif séduit les vignerons, à l’image de Corinne Delapierre, vigneronne à Fleury-d’Aude  : « Grâce à ce dispositif, j’ai pu arrêter l’emploi de pesticides contre le ver de la grappe. C’est bon pour ma vigne, pour mon vin et pour toute la ville », se réjouit-elle. Comme elle, depuis deux ans, 1 200 viticulteurs audois se sont engagés dans cette voie. UNE CHARTE POUR SUPPRIMER LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques utilisées très couramment dans les détergents, les matières plastiques ou les cosmétiques notamment. Elles sont susceptibles de provoquer des effets nocifs sur le système hormonal des personnes qui y sont exposées. Pour contribuer à éliminer ce risque, le Département signera prochainement la charte des Villes et Territoires sans perturbateurs endocriniens, lancée en 2017 par le réseau santé environnement. NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2019 I AUDEMAG 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :