[11] Perspectives n°199 jun 2011
[11] Perspectives n°199 jun 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°199 de jun 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aude

  • Format : (195 x 297) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : sapeurs-pompiers, un service public départemental indispensable.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
s Un site plus pratique, plus interactif C’est l’ambition d’aude.fr, le site avant tout destiné aux Audois. Mieux connaître ses droits, faciliter ses démarches administratives, être informé en permanence sur les spectacles, les manifestations culturelles… tout ou presque doit être accessible d’un seul clic. C’est la principale vocation du site. Faciliter la vie quotidienne des habitants du département. Et comme cela n’est pas pensable sans la participation active des acteurs audois de la Culture ou du Sport, ils auront eux aussi leur mot à dire en alimentant l’agenda des manifestations. 14 s Un site indispensable à la vie quotidienne dans l’Aude Se renseigner sur les travaux routiers, les routes barrées, les déviations ou les perturbations en matière de transports scolaires, c’est bien. S’informer sur ses droits, que l’on soit âgé, handicapé, en situation précaire ou tout simplement parent, c’est encore mieux. Un site destiné à séduire Audois comme touristes. Se laisser séduire par un territoire dont la gastronomie, les sites touristiques, les activités de plein air, la faune ou la flore, et même l’histoire, constituent de vrais atouts. Voilà qui devrait séduire touristes et conforter la qualité de vie des Audois. C’est possible sur aude.fr. Perspectives Pratique AUDE.FR, la nouvelle adresse internet pour ne rien rater de ce qui se passe dans l’Aude et simplifier ses démarches. Aujourd’hui, internet est devenu incontournable. Accessible depuis le travail, la maison et, de plus en plus, des lieux publics et même depuis certains téléphones portables, il a conquis tous les publics. Des plus jeunes en passant par nos aînés. Pas étonnant que le Conseil Général de l’Aude ait choisi de créer un nouveau portail départemental. s Un site pour mieux connaître le Conseil Général de l’Aude Et pourquoi pas ? Les Audois sont en droit d’attendre de leur Assemblée Départementale une meilleure information de ce qu’est le Conseil Général de l’Aude. Joindre leurs élus en direct, savoir ce qu’ils sont en droit d’attendre de leur collectivité, connaître les adresses, numéros de téléphone ou adresses e-mail où contacter le service public départemental dont ils ont besoin. Cela n’a l’air de rien mais c’est le moins qu’ils puissent attendre d’une collectivité de proximité entièrement vouée à leur bien-vivre. s Un site pour mieux participer au projet durable des Audois, audevant.fr ! Le site présente d’ores et déjà les conseils pour adopter des comportements respectueux de l’environnement. Prévention de production des ordures ménagères, pratique de l’écojardinage ou lutte contre les incendies de forêt sont déjà présents. Très prochainement, une plateforme de covoiturage sera mise en ligne et permettra de faire des économies significatives pour l’environnement et son portefeuille. s Un site accessible Il n’était pas question d’exclure les publics atteints d’un handicap. Le Conseil Général de l’Aude a souhaité concevoir un site qui n’exclut pas les malvoyants. Plus d’infos sur : s aude.fr
Tribunes Robert DEJEAN Conseiller Général de Narbonne Sud Groupe Non Inscrits Simplifier, clarifier, alléger les structures locales, tels sont les préceptes gouvernementaux pour réformer nos territoires et leur gestion. Cela implique la nécessité de regrouper les communes à partir des Schémas Départementaux de Coopération Intercommunale qui seront élaborés et dont l’aboutissement est fixé au 1er juin 2013. Un nouveau conseiller territorial sera élu en mars 2014. Il sera l’interlocuteur privilégié pour porter leurs projets devant le Département et la Région qui auront leurs compétences spécifiques : 3496 conseillers territoriaux remplaceront 6000 conseillers généraux et régionaux. La perte de proximité de ces élus a déjà été évoquée et redoutée. Le grand chantier territorial est donc lancé. Pour autant, sa mise en place ne se réalisera pas sans les difficultés que posent les différentes situations économiques et sociales de chaque commune. Leurs intérêts peuvent prévaloir à un engagement de coopération. Les communes riches voudront-elles être solidaires des plus pauvres ? De même, si la proximité d’une ville centre dynamique est attractive, une petite commune appréhende le risque d’une absorption dominante dans une trop grande agglomération et la perte de toute autonomie. Et si le regroupement fait appel à la mutualisation des moyens, il n’est pas encore démontré qu’il procure des économies d’échelle mais a des effets sur le fonctionnement et les taxes communautaires conséquentes. Déjà un vent de fronde se lève à l’Est : la guerre des boutons n’est pas terminée ! Quant aux collectivités territoriales, privées de la clause générale de compétence, se verront-elles concurrencées par les grandes intercommunalités qui gèreront des budgets de plus en plus importants et des compétences de plus en plus étendues ? Le conseil général peut se cantonner dans sa mission sociale. Sa place dans les orientations du développement de ce département en serait affaiblie. Prévenant et pour rester incontournable dans la future carte intercommunale, le Conseil général initie un schéma départemental d’aménagement et de développement durable du territoire (SDADDT), et se veut animateur des futurs grands équipements pour le département. Y sont associées de nombreuses structures pensantes de notre département (SCOT, PNR, Pays, Agglos…). Un tir groupé dans la perspective des réformes territoriales et fiscales. Cette stratégie montre l’inquiétude du PS pour une réforme qui risque de diluer leur influence dans la ruralité qui trouvera un interlocuteur privilégié dans l’intercommunalité... Et de l’importance des prochaines échéances électorales. Réforme de l’intercommunalité : un projet mal ficelé. n°199 juin 2011 Hervé BARO, Président du groupe de la Majorité Départementale, Vice-président du Conseil Général. La réforme des intercommunalités voulue par le gouvernement et qui a été présentée aux élus membres de la Commission départementale le 9 mai ne correspond pas à ce qu’on pourrait attendre pour notre département. S’il est toujours possible d’ergoter sur les limites des nouvelles intercommunalités proposées ou sur leur nombre définitif, l’essentiel est ailleurs. Et, malheureusement, l’essentiel est bien absent de ce projet. Penser l’intercommunalité de demain ne peut se résumer à un jeu de coloriage, fusse-t-il intéressant. A tracer des frontières intercommunales sur une carte, comme le fait Madame le Préfet, il est beaucoup plus exigeant de travailler en profondeur en s’intéressant aux projets et aux ressources financières et fiscales des territoires. En l’état, et même si nous sommes convaincus de la nécessaire évolution du paysage intercommunal audois, nous ne pouvons nous satisfaire de cette proposition faite. Il ne s’agit pas de questions de forme ou de vagues problèmes de méthode. C’est l’avenir des services au public audois qui est en cause si cette réforme est mal ficelée chez nous. En fusionnant des communautés de communes, en supprimant des syndicats mixtes ou des syndicats de communes, ce sont les services à la population que l’on touche. Dans certains cas, lorsque des études préalables ont été menées par les territoires eux-mêmes et que les élus ont pris la mesure de ces changements, les services au public sont conservés, de nouveaux même sont rendus. Certains territoires qui ont anticipé sont dans cette situation mais dans beaucoup d’autres cas, à cause de la précipitation du gouvernement et de l’absence de travail préalable des services de l’État, il n’en n’est rien et nous sommes en droit de nous interroger certes sur l’avenir de ces structures mais surtout sur les impacts possibles pour les populations. Le Conseil Général propose de mettre à disposition ses services pour accompagner les élus locaux dans les mois à venir. Nous espérons que l’État en fera de même et s’il en a encore les moyens. Car pour l’instant, force est de constater que ce n’est pas le cas comme en témoigne le simple fait que le logiciel de la direction des finances qui permet de faire des simulations sur les futures ressources des intercommunalités n’est toujours pas opérationnel ! Dans l’Aude comme dans tous les autres départements ! Après, forts de tous les éléments nécessaires, les maires et les conseils municipaux prendront, en connaissance de cause, leur décision. Ils sont les mieux à même d’appréhender les aspirations de leurs concitoyens. Ce n’est qu’à ce prix que nous aurons réussi la véritable réforme de l’intercommunalité que nous voulons, celle qui permettra de faire face aux enjeux d’avenir de nos territoires. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :