[11] Perspectives n°13 mar/avr 2018
[11] Perspectives n°13 mar/avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de mar/avr 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aude

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 9,2 Mo

  • Dans ce numéro : la proximité, ça change la vie !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
Groupe de la majorité départementale Vote du budget départemental ou comment l’état va contraindre les collectivités à participer au desendettement public HERVÉ BARO Président du groupe majorité départementale Vice-président du conseil départemental La loi de programmation des finances publiques 2018-2022 se donne pour objectif de ramener à l’horizon 2022 le déficit public français à - 0,3% du PIB. Mais, comme l’Etat se considère dans l’incapacité de rééquilibrer son budget d’ici 2022 (- 3,2% en 2017), il attend des collectivités locales et des administrations sociales qu’elles dégagent des excédents à même de compenser l’essentiel de son déficit. Or l’Etat s’avère seul responsable du déficit actuel de la sphère publique française. Un chiffre le prouve  : 9,3%. Il s’agit du poids des collectivités locales dans la dette publique française en 2016. Le reste, soit 90,7%, c’est l’Etat et la sécurité sociale. Cette réalité n’a pas dissuadé l’Etat, « mauvais élève de la classe », d’appliquer TRIBUNE aux quelques 340 plus grandes collectivités, dont le Département de l’Aude, des mesures drastiques qui auront un impact considérable sur leur budget, dès l’année 2018. Trois dispositifs schématisent la surveillance renforcée qui sera désormais faite sur nos comptes. D’abord, le plafonnement de la croissance des dépenses de fonctionnement à 1,2% par an, y compris nos dépenses sociales découlant des compétences obligatoires dont nous ne maitrisons pas l’évolution. Ensuite le désendettement du secteur public local pour obtenir un excédent budgétaire de 19 milliards à l’horizon 2022, mesure qui implique l’impossibilité d’emprunter à partir de 2021. L’emprunt étant nécessaire pour équilibrer les projets d’investissement, sans emprunt, pas d’investissement. Sans investissement public, c’est le développement économique et l’emploi qui en pâtiront. Enfin, la création d’un plafond de capacité de désendettement, notamment fixé à 10 ans pour les Départements. Pour l’Aude, cette mesure est sans conséquence puisque actuellement, notre capacité de désendettement est de 3 ans et demi en moyenne. Le moyen pour nous y contraindre est la proposition d’une contractualisation fixant les objectifs financiers. Objectifs qui, s’ils ne sont pas atteints, entraineront des sanctions budgétaires Tout cela, sans tenir compte des réalités sociales, telles que le poids des allocations individuelles de solidarités pris en compte dans l’évolution des dépenses alors même que le Département n’en est pas maître. Et sans non plus d’ailleurs que leurs financements à long terme ne soient assurés par l’Etat qui ne semble pas avoir pris la mesure de l’impact budgétaire de la gestion du RSA et des mineurs non accompagnés par les Départements. En parallèle, de nouvelles coupes dans le budget des Agences de l’eau vont aussi impacter les collectivités au moment où elles doivent élargir leurs domaines d’actions avec notamment la GEMAPI. Certes, comptablement, le budget ne subira pas de baisse. Mais les Agences de l’eau devront financer obligatoirement l’Agence française de la biodiversité et l’Office national de la Chasse, avec pour conséquence des financements abaissés de 25% pour les projets des communes et des intercommunalités. Ainsi, en deux mesures, le gouvernement prouve le peu de confiance qu’il a dans les territoires et les impossibilités qu’il crée d’un développement cohérent et égal dans l’ensemble du pays.
Le miel Pays cathare 12 miels monofloraux et Produit naturel par excellence, le miel Pays cathare est un pur délice issu de petites productions audoises qui privilégient la qualité à la quantité. Ce miel se caractérise tant par ses méthodes de production que par ses qualités gustatives pour offrir le meilleur aux consommateurs. Parmi les variétés proposées  : le miel de garrigue à l’est du département, le miel de maquis et de châtaigniers dans la Montagne noire, le romarin dans le Narbonnais, le tilleul et le montagne dans les Pyrénées… sans oublier les miels de thym, d’acacia, de callune, de bruyère, de sapin, de lavande stoechas, de forêt d’arbousier, de rhododendron et de buplèvre. 1999 ANNÉE OÙ LE MIEL PAYS CATHARE vient rejoindre les produits d’un label haut de gamme qui privilégie l’excellence. 9 APICULTEURS PAYS CATHARE 38% DE FRUCTOSE Le pouvoir sucrant du miel est supérieur au sucre mais contient moins de calories. HÉLÈNE ET LAURENT POLONI Miellerie des Clauses 11 200 Montseret Visite tous les jours, toute l’année Contact  : 04 68 43 30 17 mielleriedesclauses@wanadoo.fr LE CHEF PRÉSENTE 4 miels polyfloraux composent la gamme du miel Pays cathare 15 à 25 kg DE MIEL EXTRAITS par ruche les bonnes années 10% C’est la part du miel Pays cathare dans la production totale de miel audois. Mon petit pain d’épice de la Miellerie des Clauses 400 g de farine 7,5 g de levure DIFFICULTÉ FACILE CARNET GOURMAND INGRÉDIENTS Verser dans un bol la farine, la levure, le sel, la cannelle et l’anis vert. Rajouter le lait et le miel très légèrement tiédis. Remuer jusqu’à obtention d’une pâte homogène. Laisser reposer 2 h (il faut que la pâte double de volume). 6 g d’épices (selon vos goûts) 20 cl de lait PRÉPARATION Env. 1 h CUISSON 60 min. 500 g de miel de la Miellerie des Clauses 1 pincée de sel Remuer à nouveau (casser) la pâte en rajoutant un petit peu d’eau. Verser la pâte dans un moule à cake et cuire au four à 150 °C durant 60 min. 4 PERS.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :