[11] Perspectives n°12 jan/fév 2018
[11] Perspectives n°12 jan/fév 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de jan/fév 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Aude

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : ce sont les audois qui en parlent le mieux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Éric Sinatora Loin des clichés Le Carcassonnais assure la direction du Groupe de recherches et d’animation photographique (Graph). Il se définit lui-même comme « un pur produit de l’éducation populaire ». De famille modeste, élevé aux valeurs de l’Amicale laïque. « Sans cette association, jamais je n’aurais été au théâtre, je n’aurais appris l’archéologie, eu une conscience politique… » Sans elle, Éric Sinatora n’aurait pas non plus suivi les cours du photo-club. Ni fondé en 1987, avec d’autres passionnés, le Graph, pour ne plus devoir aller à Paris pour voir de la photographie contemporaine. Licencié en histoire, Éric a aussi une formation d’animateur. C’est à ce poste qu’il va débuter avant de devenir directeur, convaincu de l’importance « d’éduquer à l’image, d’apprendre à analyser ce que l’on voit, de donner les clés d’un outil d’émancipation ». Parmi une multitude d’actions réalisées dans les quartiers, il cite le travail extraordinaire de ces femmes gitanes qui, faute de maîtriser l’écrit, ont pu, à travers une vision photographique de leur communauté, assurer cette transmission orale qu’elles craignaient de voir disparaître, et couper court aux clichés. Jusqu’à être primées nationalement et faire l’objet d’une double page dans Libération. La démarche perdure maintenant depuis trois générations. « Preuve que l’on peut être dans une démarche artistique tout en étant dans l’émancipation et l’insertion. » Les photographes contemporains, justement, ont aussi trouvé dans le Graph, qui compte aujourd’hui trois salariés et une quarantaine de bénévoles, un écrin où travailler en résidence. « Le Graph a toujours évolué avec les artistes », confirme Éric Sinatora. L’avènement du multimédia a offert à l’association d’éducation populaire l’opportunité d’élargir ses champs d’actions. En 1992, en partenariat avec l’université de Perpignan, elle ouvre un diplôme universitaire de photographie documentaire et écritures numériques. Unique en Europe. En octobre, le festival Fictions documentaires de photographie sociale fêtera ses deux ans, tandis qu’en mai se tiendra l’exposition de Fred Stein, comme en écho à Robert Doisneau qui avait soutenu les premières années de l’association. Aujourd’hui, dans les locaux du Graph, enfants handicapés, artistes, étudiants post-bac, migrants mineurs… ne font pas que se croiser. Ils font tomber les clichés. Éduquer à l’image, donner les clés d’un outil d’émancipation. En savoir plus  : 04 68 71 65 26 - www.graph-cmi.org
Un auteur, un livre Conversations Les entretiens qui forment ce livre ont été réalisés entre l’automne 2014 et l’automne 2015, entre le poète Serge Bonnery et Claude Massé, l’artiste catalan promoteur de l’Art brut décédé en janvier 2017. Quatre saisons de rencontres autour d’une tasse de café noir. Ces conversations, comme les visages de liège qui en peuplent les pages, riant d’eux-mêmes autant qu’ils se rient de nous, expriment la difficulté que chacun éprouve à se tenir droit dans le monde. À cette angoisse, Claude Massé répond par l’allégresse de l’acte créateur, comme un pied-denez à l’inquiétude qui le fonde. Né à Carcassonne en 1961, Serge Bonnery a vécu son enfance dans le Minervois. Il découvre la poésie au travers de l'œuvre de Joë Bousquet et ancre son écriture dans les lumières et les paysages méditérranéens. Membre fondateur du centre Joë-Bousquet et son temps, à Carcassonne, il participe, à ce titre, à l’organisation d’expositions, de rencontres et de lectures. Claude Massé l’homme liège, conversations avec Serge Bonnery, Trabucaire, 2016, 170 p., 20 € Le choix de la librairie de la Maison du Banquet & des générations Abbaye publique de Lagrasse, 4 rive gauche - 04 68 32 63 89 - librairie@lamaisondubanquet.fr PAR ICI LES SORTIES LE COUP DE CŒUR d’Arts Vivants 11 Peemaï, le groove du Mékong Dans le caveau de l’abbaye de Caunes, Peemaï nous offre en janvier un étonnant voyage musical en Asie du Sud-Est. S’inspirant des musiques traditionnelles du Molaù, le blues rural du Laos et de la région Issan en Thaïlande, ces quatre musiciens voyageurs se réapproprient ces couleurs musicales si particulières en y mêlant leur groove reggae et électro. La composition même du groupe surprend par sa diversité. On y retrouve le saxophoniste Hugues Mayot, mélodiste hors pair et membre de l’Orchestre national de jazz, le batteur Franck Vaillant, qui a notamment accompagné Arthur H, et deux musiciens originaires du Laos, David et Alfred Vilayeck, guitariste et bassiste. Ensemble, ils ont réussi à créer un « word ethnic groove » unique, fusionnant avec beaucoup de talent ces rythmes hypnotiques et musiques lancinantes à la musique actuelle européenne. Concert proposé dans le cadre du dispositif Hop ! Résidences et Territoires, coordonné par Arts Vivants 11. Samedi 27 janvier, 18h - Jazz au Caveau, Caunes- Minervois - Tarifs  : de 6 à 12 € - www.jazz-o-caveau.fr D’AUDE EN ARIÈGE QUAND LES ARTS TRAVERSENT À GUÉ… Les départements de l’Aude et de l’Ariège partagent pour la première fois une saison culturelle commune  : « Les Pierres de Gué – Scènes d’Aude et d’Ariège ». Initié par l’Estive, Scène nationale de Foix et de l’Ariège, ce projet innovant permet de mutualiser les moyens, mais surtout d’offrir une programmation riche et variée. Théâtre, musique, opéra, projection, marionnettes, plus de 25 compagnies audoises et ariégeoises se produiront ainsi sur les scènes locales jusqu’en juin. Le jeune public pourra par exemple découvrir, le 17 janvier à Mirepoix, la pièce de théâtre de Damien Bouvet, Le Poids du Fantôme. L’Estive de Foix accueillera le 16 février RiPoste, le spectacle de marionnettes de la compagnie le Poisson Soluble, également présenté le 16 mars à Chalabre. Le 10 février, les fans de musique ont rendez-vous à Moulin-Neuf pour la 4 e édition de RaMDaM CaRaVaN’, qui offrira six heures de concert non stop. Pour faciliter vos déplacements d’un territoire à un autre, un service de bus spécial sera mis en place. Les festivités se poursuivront dans l’Aude à partir de mars. Programme complet sur www.lespierresdegue.com JANVIER-FÉVRIER 2018 I AUDEMAG 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :